En direct

Loading the player ...

Ricardo Bofill : « J’ai voulu transplanter l’architecture classique dans la modernité »

le 19/02/2013  |  France HéraultParisProfessionArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Culture
France
Hérault
Paris
Profession
Architecture
Valider

Pour la deuxième conférence des « Mardis de l’architecture », le 12 février à Paris, l’architecte catalan Ricardo Bofill répondait aux questions de Gilles Davoine, rédacteur en chef d’AMC ; Thierry van de Wyngaert, président de l’Académie d’architecture ; Franz Olivier Giesbert, directeur du Point et Guillaume Poitrinal, président du directoire d’Unibail-Rodamco.

Retour sur les 50 ans de carrière de Ricardo Bofill, des années 1960 où il crée son atelier d’architecture à Barcelone à aujourd’hui, où toujours actif, il construit dans le monde entier. Il nous rappelle les fondamentaux méditerranéens de son architecture mais avoue changer facilement d’écriture, au gré des programmes et des pays. Il confie son goût pour la grande échelle et pour le dessin de morceaux de ville. Il revient sur son expérience française dans les années 1970 et 1980 -notamment dans les villes nouvelles et à Montpellier- et admet n’avoir pas réussi à transplanter l’architecture de la ville classique dans la modernité.

Commentaires

Ricardo Bofill : « J’ai voulu transplanter l’architecture classique dans la modernité »

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil