En direct

RHONE-ALPES L'engagement ambitieux de la région pour une politique durable des transports

PIERRE DELOHEN |  le 18/04/2003  |  France entièreAménagementTransports mécaniquesTransportsEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Aménagement
Transports mécaniques
Transports
Europe
Haute-Savoie
Architecture
Valider

« Avec la liaison à grande vitesse, fret et voyageurs, Lyon-Turin, c'est l'Europe qui est en jeu, martèle Anne-Marie Comparini, présidente du conseil régional Rhône-Alpes. D'autant plus à l'heure de son élargissement. » Un préambule à la session du conseil régional Rhône-Alpes du 17 avril 2003 qui devait permettre de débattre des grandes infrastructures en Rhône-Alpes, avant le vote d'une délibération sur les transports.

Pour Anne-Marie Comparini, il s'agit de « confirmer une politique des transports ambitieuse et durable », fondée sur le report modal, le développement économique et l'aménagement du territoire avec une priorité à l'investissement dans les modes les moins polluants, comme le ferroviaire. Pour le seul Lyon-Turin, la région promet de financer dès 2003 à hauteur de 15 millions d'euros les études sur le fret. Pour le volet ferroviaire du contrat de Plan Etat-région, Anne-Marie Comparini entend pouvoir « négocier avec l'Etat un avenant au contrat qui permette à la région de mettre en oeuvre la totalité de ses engagements indépendamment des affectations de l'Etat sur projets jugés prioritaires par la région ».

La région n'oublie pas la route avec les projets autoroutiers d'enjeu régional : sa participation moyenne sera de 60 % du financement attendu des collectivités (sous réserve d'un engagement initial de l'Etat de 75 %) pour les projets « à engager d'ici 2006 » tels l'A41, l'A48, et l'A89 (DUP en phase finale). Pour l'A41 dont la procédure de mise en concession est lancée, la région dérogeant à ses principes du fait « des enjeux forts locaux » confirme sa participation de 10 % du financement public.

Sur le volet routier du contrat de Plan, Anne-Marie Comparini souligne que « son retard ne sera pas rattrapé » : « La région doit pouvoir mettre en oeuvre ses engagements financiers indépendamment des crédits d'Etat. » Elle travaille au transfert des engagements financiers que la région a pris avec l'Etat vers les départements pour réaliser les opérations inscrites au contrat de Plan sous maîtrise d'ouvrage départementale ou d'Etat déléguée au département. Sollicité par la Haute-Savoie, le conseil régional participerait pour 25 % (plafonné à 25 millions) dès la fin 2004 au chantier de la déviation de Thonon-les-Bains (122 millions).

« La région doit pouvoir mettre en oeuvre ses engagements financiers indépendamment des crédits d'Etat » - Anne-Marie Comparini, présidente du conseil régional Rhône-Alpes, à propos du contrat de Plan

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur