En direct

Retour sur l'explosion de Bondy
- ©

Retour sur l'explosion de Bondy

Defawe Philippe |  le 31/10/2007  |  France TravailEnergieEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Travail
Energie
Europe
Valider

L'explosion d'une conduite de gaz, mardi à Bondy (Seine-Saint-Denis), due à la perforation accidentelle d'une conduite de gaz lors de travaux de voirie, pose de nombreuses questions et notamment celle du difficile repérage des réseaux souterrains lors de la réalisation de travaux sur le domaine public, qui exige de recueillir des renseignements précis auprès des exploitants.

Rappel des faits : mardi, vers 14 heures, une pelleteuse qui travaillait à la construction d'un rond-point a perforé une conduite de gaz. "A ce moment là le conducteur des travaux a surgi dans le restaurant en criant: Fermez les portes! Eteignez vos cigarettes! Et ça a explosé", a raconté un témoin à l'AFP.
En fin de journée, Gaz de France confirmait que l'explosion suivie d'un incendie était "la conséquence d'une canalisation de gaz naturel endommagée lors de travaux".
Selon un bilan encore provisoire, l'explosion fait un mort et près de 50 blessés, dont treize graves.

La réalisation de ces travaux qui portaient sur le réaménagement de la RD 10 (maître d’ouvrage : Conseil général de Seine-Saint-Denis a été confiée à un groupement d’entreprises qui s’est réparti le chantier selon des zones géographiques. "L’entreprise Bourgeois est plus particulièrement chargée de la zone où l’accident s’est produit" a fait savoir le Conseil général qui précise que tous les intervenants du chantier ont suivi les procédures réglementaires de demande de renseignements et de déclarations préalables aux travaux auprès des différents concessionnaires (éléments indispensables à l’organisation de chantiers de voirie).
Cette étape indispensable est souvent rendue difficile faute d'une connaissance exhaustive des réseaux de canalisations souterraines. "Nous demandons le plan des ous-sols à tous les concessionnaires : GDF, EDF, Veolia… Il y a toujours des erreurs. Ca nous arrive souvent de percer une conduite parce que le plan n'est pas bon" expliquait Francis Dubrac, le patron d'une entreprise de BTP de Seine-Saint-Denis, au Parisien.

Au lendemain du drame, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a donc tenu à préciser les modalités des demandes de renseignements (DR) et des déclarations d'intention de commencement de travaux (DICT).
Pour tous travaux de proximité, le maître d'ouvrage doit faire une demande (DR) pour obtenir les "plans de zonage" des divers exploitants: EDF, GDF, France Télécom, Suez, Veolia ... puis il doit les communiquer aux entreprises qui exécutent les travaux.
Lorsqu'une entreprise a obtenu le marché, elle doit à son tour lancer une DICT auprès des exploitants, au moins 10 jours avant le début des travaux, qui ne peuvent pas commencer avant d'avoir obtenu leurs réponses.
"Mais se pose alors le problème des plans communiqués, pas toujours très précis", explique-t-on à la FNTP. Ainsi, remarque-t-on, GDF "doit faire état des passages des canalisations, mais n'est pas tenu d'indiquer les branchements vers les bâtiments".
Autres sources d'erreur: les plans sont donnés en deux dimensions et n'indiquent pas la profondeur, des changements ne sont pas toujours reportés sur les plans, sans parler des canalisations très anciennes qui ne sont même pas répertoriées.
Conscient de cette situation et des "dysfonctionnements", la FNTP a installé un Observatoire national DR/DICT qui veut, en liaison avec l'Afnor (Association française de normalisation), rendre plus fiables les indications en normalisant les relevés.
La fédération demande notamment "un marché de repérage des réseaux de proximité" qui serait assuré par des sociétés spécialisées chargées d'établir des "cartographies" très précises des endroits où des travaux doivent être réalisés. De telles sociétés existent déjà, mais leur contribution n'est pas encore obligatoire.
"Chaque fois que l'on creuse, on peut tomber sur une canalisation inconnue, quelles que soient les précautions prises", reconnaît-on à la FNTP qui a lancé une campagne de sensibilisation des personnels par voie d'affiches sur les chantiers.

Pour éviter ce genre de drame, des solutions techniques existent aussi, mais elles sont encore très peu utilisées en France. Deux technologies dominent ce marché naissant : les systèmes de création de vide et les systèmes de terrassement et de curage par aspiration, plus adaptés à ce type d'intervention. Concrètement, il s'agit d'un camion équipé d'un énorme aspirateur pouvant générer des dépressions de 55.000 Pa et atteindre des profondeurs de 15 mètres, sans danger aucun pour les canalisations. En Europe, 300 et 400 machines de ce type interviennent sur des chantiers, souvent en location. "Beaucoup d'entreprises ou de collectivités locales ignorent l'existence de cette technique" regrette Alain Scheidecker, gérant de New Technology BTP (groupe Resentra) qui dispose d'un parc de 11 machines en France. "Notre offre est pourtant adaptée à tous les types de chantiers et notamment des chantiers comme Bondy".

Jean-Philippe Defawe

Des techniques comme le curetage par aspiration permettent d'éviter la casse de canalisations non signalées. (cliquez sur l'image pour l'agrandir) - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur