En direct

Retour d’expérience autour d’une pelle Caterpillar 374 D

CONRAD FREELING |  le 22/06/2012  |  Réglementation techniqueEntreprisesIndustrieMatériel de chantierTerrassement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Entreprises
Industrie
Matériel de chantier
Terrassement
Transports
Technique
Gros œuvre
Valider

La pelle utilisée par Vinci Construction Terrassement sur le chantier de la LGV Est affiche une productivité accrue.

La Caterpillar 374D succède à la 365C comme machine de production pour les grands terrassements. Sur le papier, elle présente beaucoup de similitudes mais elle affiche un poids plus important en atteignant 75 t. Son contrepoids prend 9 % à 10 940 kg et la largeur de son train de roulement augmente de 160 mm, contribuant à une meilleure stabilité. Avec l’abaissement des roues folles (forgées et non plus mécanosoudées), le train de chenilles gagne en résistance, corrigeant ce qui fut un défaut de la 365C. Le modèle mobilisé par Vinci Construction Terrassement sur le chantier de la LGV Est affiche une configuration flèche-balancier standard et un godet de 5,2 m³. La pelle est employée à du déblai de grandes masses, des reprises de stocks ou bien des fouilles pour ouvrage, comme devant le futur tunnel de Saverne où elle était couplée à deux tombereaux rigides Caterpillar 769C pour préparer une culée. Dans ce terrain argilo- calcaire meuble, elle chargeait chaque dumper en trois coups.

Nerveuse

« La 365C avait un gros défaut : elle avait tendance à tanguer, ce qui rendait sa conduite inconfortable. La 374D a nettement amélioré sa stabilité, mais ça pèche encore… Elle a davantage de force et ses mouvements sont devenus plus rapides, ce qui améliore sa productivité, mais je trouve son balancier d’origine un peu court. Son rendement se situe entre 300 et 400 m³/h avec des pointes jusqu’à 500 m³/h dans des conditions optimales. Comparée à la Liebherr 964 qui est souple et puissante, la 374D est plus nerveuse et plus rapide », témoigne Julien Zysk, conducteur de travaux chez Vinci Construction Terrassement. Côté motorisation, cette machine récente garde un C15 d’ancienne génération (Etape 3A) qui passe de 302 à 355 kW. Ce surcroît de puissance augmente le débit des pompes hydrauliques qui passe de 400 à 440 l/min quand la pression nominale gagne 10 % à 350 bars. Voilà qui devrait augmenter la consommation de carburant mais un système de boucles fermées greffé sur les vérins améliore le rendement du circuit hydraulique. Cette innovation et la possibilité de monter un godet plus gros font, d’après Caterpillar, économiser 14 % de gazole par tonne excavée par rapport à une 365.

PHOTO - 644942.BR.jpg
PHOTO - 644942.BR.jpg - © Conrad Freeling

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur