En direct

Retour aux sources

Raphaëlle Saint-Pierre |  le 24/11/2017  |  ProfessionArchitectureRéalisationsCultureArdèche

Equipement culturel -

Au pied du mont Gerbier-de-Jonc, là où naît la Loire, ce petit centre d'interprétation a été conçu à base de matériaux bruts pour un rendu minéral assumé.

Depuis juin, les 450 000 visiteurs et randonneurs qui passent chaque année par le mont Gerbier-de-Jonc (Ardèche) peuvent s'arrêter au centre d'interprétation des sources de la Loire, aménagé dans un petit bâtiment construit en 1904 par le Touring Club du Puy-en-Velay. Une exposition sur trois thèmes y est présentée : les sources de la Loire, le volcanisme et le paysage. Tout autour, et sur 600 mètres de long, les paysagistes de l'agence Territoires ont peaufiné la requalification du site avec l'organisation du stationnement des voitures et du départ du chemin pour l'ascension du volcan - longtemps confisqué par un restaurateur qui en faisait payer l'entrée - et la création d'une promenade-belvédère sur le parc naturel régional des monts d'Ardèche.

Quant aux architectes, le conseil général leur a demandé de retrouver l'aspect originel de la maison du Touring Club. « Le climat rude, les paysages austères balayés par la burle nous ont donné envie de travailler sur un rapport de matériaux bruts et l'expression du savoir-faire artisanal », explique Charles-Henri Tachon, l'un des architectes. Après lui avoir rendu sa silhouette limpide, ils l'ont coiffée d'une toiture en panneaux photovoltaïques qui rappellent les ardoises d'origine « tout en apportant une lecture contemporaine sur le plan environnemental et architectural ». En façade, ils ont choisi de conserver les stigmates des transformations successives. Les baies ont retrouvé leurs proportions mais les parties modifiées sont comblées avec du béton brut, coulé dans des coffrages en planchettes de châtaignier brossé pour marquer la fibre du bois, qui se distingue discrètement de la pierre. « Nous voulions garder l'aspect minéral pour l'homogénéité générale tout en produisant un contraste », précise l'architecte.

L'escalier menant à l'entrée est en phonolithe, « une pierre rare, sonore à la percussion, dont est formé le mont Gerbier-de-Jonc », explique David Lafon, de l'agence Gélin-Lafon. Confrontés à l'exiguïté des lieux, les architectes ont proposé d'ajouter une cour couverte à l'arrière. Le mur du fond de cette nouvelle salle reprend l'inclinaison du flanc du mont et laisse pénétrer la roche à l'intérieur. « La structure massive en béton de la verrière qui la couvre est volontairement surdimensionnée pour effacer la serrurerie », précise Charles-Henri Tachon. Ses poutres latérales sont inclinées en direction du mont, de manière à libérer une vue en contre-plongée qui participe de la scénographie.

Escalier suspendu en acier laqué. Pour agrandir visuellement l'espace, le béton de l'extension vient habiller les murs du rez-de-chaussée. Un escalier suspendu en acier laqué mène à l'étage qui se présente comme une boîte en châtaignier glissée dans la structure de pierre. Au-dessus, des panneaux de bois lamellé-croisé forment la structure du toit et le plancher du dernier étage. Le volume des combles ainsi évidé devient exploitable pour l'accueil des groupes.

Les locaux techniques, dont la chaudière à bois, sont aménagés sous la terrasse tandis que l'ancienne cave abrite des sanitaires publics particulièrement soignés. Seul regret, les nouvelles boutiques en bois destinées aux marchands de produits régionaux, dont les architectes avaient étudié en détail l'uniformisation, l'esthétique et l'aspect pratique, ont finalement été réalisées sans eux. « Le chantier nous a échappé, le conseil général s'étant adressé directement à des artisans. Nous avons été mis devant le fait accompli… », déplore David Lafon.

Maîtrise d'ouvrage : conseil général de l'Ardèche. Maîtrise d'œuvre : Charles-Henri Tachon et Gélin-Lafon, architectes ; Territoires, paysagiste ; Soler Gasseng, architecte d'exécution ; Armelle Bres et Agence Basalte, scénographes. BET : EVP Ingénierie (structure), Chaléas (fluides), Vincent Pourtau (économiste). Principales entreprises : Gontier (terrassement, gros œuvre, charpente métallique, sols), Traversier (charpente, couverture, zinguerie, étanchéité, photovoltaïque), Vareille (menuiseries intérieures et extérieures, doublage intérieur bois), Escharavil (serrurerie, métallerie). Surface : 290 m2 SU. Montant des travaux : 2,7 M€ HT (dont 1,53 M€ HT pour le bâtiment).

PHOTO - 10087_634545_k2_k1_1529034.jpg
PHOTO - 10087_634545_k2_k1_1529034.jpg - © PHOTOS ET DOCUMENT : MATTHIEU DUPONT / DÉPARTEMENT DE L' ARDÈCHE
PHOTO - 10087_634545_k3_k1_1529039.jpg
PHOTO - 10087_634545_k3_k1_1529039.jpg - © PHOTOS ET DOCUMENT : MATTHIEU DUPONT / DÉPARTEMENT DE L' ARDÈCHE
PHOTO - 10087_634545_k4_k1_1529041.jpg
PHOTO - 10087_634545_k4_k1_1529041.jpg - © PHOTOS ET DOCUMENT : MATTHIEU DUPONT / DÉPARTEMENT DE L' ARDÈCHE
PHOTO - 10087_634545_k5_k1_1529042.jpg
PHOTO - 10087_634545_k5_k1_1529042.jpg - © PHOTOS ET DOCUMENT : MATTHIEU DUPONT / DÉPARTEMENT DE L' ARDÈCHE

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur