En direct

Retailleau veut remettre la clause Molière dans le débat sur le travail détaché
Molière - © © Ville de Pézenas

Retailleau veut remettre la clause Molière dans le débat sur le travail détaché

le 28/08/2017  |  RéglementationRéglementation des marchés privésCommande publique

Alors qu’Emmanuel Macron s’est lancé dans une délicate négociation sur le travail détaché en Europe, le président de la région Pays de la Loire Bruno Retailleau estime que le président français doit passer du discours aux actes en acceptant la clause Molière.

Sur le fond de la directive européenne concernant les travailleurs détachés, rien ne semble opposer le sénateur de Vendée et président du groupe LR au Sénat au président de la République. « Emmanuel Macron tente d'engager une négociation sur ce sujet avec les autres pays européens ; c'est une bonne nouvelle. Mais les moulinets ne servent à rien s'ils ne sont pas suivis par des actes concrets » a-t-il déclaré avec sa casquette de président de la région Pays de la Loire en lançant aussitôt ses première flèches en évoquant l’attitude du gouvernement sur un autre dossier sensible : la clause Molière, une clause d’interprétariat qui pourrait être introduite dans les marchés publics. « Le gouvernement veut attaquer devant le Conseil d'Etat la clause Molière que j'ai prévue pour les marchés de la région des Pays de la Loire et qui vient pourtant d'être validée par le Tribunal Administratif » se plaint-il.


Ironisant sur le « en même temps » qui fait la marque de fabrique de la politique d’Emmanuel Macron, estime que le gouvernement « prétend combattre les dérives du travail détaché dans le droit européen mais qui veut les protéger dans le droit français ». Et le président de la région Pays de la Loire de donner un conseil au président de la République : « de balayer d'abord devant sa porte s'il veut que les autres pays fassent le ménage chez eux ». « Il doit saisir l'opportunité de la clause Molière pour passer du discours aux actes en prouvant sa détermination à protéger nos emplois et nos entreprises » a-t-il ajouté.

Pour en savoir plus sur la clause Molière, consultez notre dossier.

Commentaires

Retailleau veut remettre la clause Molière dans le débat sur le travail détaché

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur