En direct

Restructuration lourde d’un lycée du centre-ville à Toulouse

Christiane Wanaverbecq (Bureau Sud-Ouest du Moniteur) |  le 08/09/2016  |  ArchitectureBâtimentHaute-GaronneEducationERP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Réalisations
Bâtiment
Haute-Garonne
Education
ERP
Valider

La première des quatre tranches de la restructuration générale du lycée Pierre-de-Fermat au centre-ville de Toulouse a été livrée cet été. Les travaux, dont le montant s’élève à près de 40 millions d’euros, s’achèveront en 2019.

En visite en région Occitanie ce mardi 8 septembre, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a inauguré avec Carole Delga, présidente de la région Occitanie, la première tranche de la restructuration du lycée Pierre-de-Fermat à Toulouse qui accueille à cette rentrée 1 870 élèves.

L’établissement, prestigieux pour ses excellents résultats en classes préparatoires aux grandes écoles, fait l’objet d’une restructuration générale.

Renforcer et renouveler l’image

Pensée par l’agence toulousaine W-Architectures (Voinchet & Associés), elle vise à apporter lumière naturelle, performance énergétique et une meilleure organisation des flux dans un ensemble de six bâtiments répartis sur un site de deux hectares environ. Le parti pris est à la fois simple et ambitieux. W-Architectures a cherché à renforcer et renouveler l’image générale de l’institution: d’une part, en éliminant les altérations récentes et d’autre part, en utilisant une «écriture architecturale» contemporaine parfaitement identifiable, mais maîtrisée, afin de prolonger tout en les enrichissant celles des XIXe et XXe siècles. Cet enrichissement concerne l’architecture et les espaces extérieurs mais aussi intérieurs, qu’il s’agisse des locaux d’enseignement, de restauration ou encore des circulations.

Circulations plus fluides

La première tranche, livrée cet été après deux ans de chantier, concerne le bâtiment principal (bâtiment n°12) qui comprend notamment l’administration, l’intendance et une partie des locaux enseignants, la restauration et des locaux de sciences. Cette partie compte désormais des cuisines et réfectoires modernisés, des circulations plus fluides, le tout gardant l’esprit de la construction originelle en briques et béton.

Compte tenu d’un espace très contraint, le bâtiment principal est surélevé d’un niveau (environ 1 500 m2) afin d’augmenter la surface de l’établissement. Y sont rassemblés tous les plateaux techniques (physique et chimie).

Une autre extension à l’arrière de l’aile côté cour des dépenses, qui héberge les cuisines, abrite toute la machinerie, la ventilation et l’unité de reyclage. Les architectes ont choisi la radicalité concevant un bâtiment en béton de quatre mètres d’épaisseur dont l’effet massif est cassé par les cannelures verticales sur la façade extérieure.

Escalier monumental

L’ensemble s’organise autour du patio (35mx35m) qui retrouve ses proportions originelles. «Il s’agit d’insérer la nouvelle architecture et de prolonger l’écriture rigoureuse de Stym Popper par la mise en œuvre d’une nouvelle façade constituée de meneaux en béton», précise l’architecte Raphaël Voinchet.

Pour l’essentiel, le lycée s’organise à partir de l’aile Est du bâtiment n°12. Elle abrite la circulation principale du rez-de-chaussée, entièrement renouvelée, alors que ses trois entrées sont requalifiées et rendues plus lisibles. Des démolitions importantes des parties les moins nobles sur trois niveaux ont ainsi permis de créer le vaste hall d’entrée desservant tous les niveaux par un escalier monumental. «Lumineux, le hall est le point de concours des circulations où seront connectées toutes les ailes du lycée», précise Frédéric Morand, architecte et chef de projet chez W-Architectures.

Mise aux normes thermiques

L’opération a aussi consisté à complètement revoir l’organisation de la cuisine capable de livrer 2 500 repas par jour aux élèves du collège limitrophe, aux lycéens et aux étudiants des classes préparatoires, chacun disposant de son propre réfectoire.

Enfin, le premier objectif de la restructuration est la mise aux normes thermique du bâtiment. Elle se concrétise par la construction d’une nouvelle chaufferie, l’isolation thermique des façades et combles, le remplacement de l’ensemble des menuiseries extérieures, la protection solaire extérieure des salles exposées, et enfin, la reprise de la distribution du chauffage. Ainsi, l’objectif visé est de baisser la consommation d’énergie de 40% et d’atteindre la classe B au titre de la performance énergétique

Réalisé en site occupé au cœur de la vieille ville, le chantier va se poursuivre avec trois nouvelles tranches. En 2019, à la fin des travaux, la capacité d’accueil du lycée Pierre-de-Fermat passera de 2 100 à 2 300 élèves.

Maîtrise d’ouvrage: région Occitanie Pyrénées-Méditerranée – SPL Midi Pyrénées Construction;

Bureau de contrôle: Apave; OPC: ECO;

Maîtrise d’œuvre: W-Architectures (mandataire), TPFi Ingénierie (BET TCE), Gamma conception (cuisine), Nobatek (BET environnement), Alayrac (économiste);

Principales entreprises: DI Environnement (désamiantage), Crespy (démolition, gros œuvre, VRD), Nestadour (charpente métallique), SOP 34 (charpente, couverture), Bourdarios (façades), PSE (étanchéité), Realco (menuiseries extérieures aluminium), CGEM (menuiseries extérieures Bois), Carré (serrurerie), ETP (plâtrerie, faux plafonds), Coucoureux (menuiseries intérieures) Cerm Sols (sols souples), 3AS Entreprise (revêtement de sols durs), SLP (peinture), Spie Sud-Ouest (électricité, courants forts et faibles), Eiffage énergie (CVC, plomberie), Delagrave (Paillasses);

Surface de plancher: 31 5OO m² réhabilités, dont 1 4OO m² de surélévation.

Coût: 36,5 millions d’euros

Calendrier: juin 2O14-août 2O16 (phase 1); juillet 2O16-février 2O18 (phase 2, restructuration du bâtiment 13, hébergeant des salles de cours et des logements); février-novembre 2O18 (phase 3, restructuration du bâtiment 1O, hébergeant des salles de cours dévolues aux classes préparatoires); décembre 2O18-été 2O19 (phase 4, restructuration du bâtiment 11 hébergeant des salles de cours et de deux petits gymnases).

Commentaires

Restructuration lourde d’un lycée du centre-ville à Toulouse

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur