En direct

RESTITUTION DES PAYSAGES STADE DE FRANCE

BERNARD ALDEBERT, ELISABETH ALLAIN-DUPRE, NATHALIE COULAUD, FRANCOISE DAJON LAMARE, GUILLAUME DELACROIX, NORA HACHACHE, PASCALE JOFFROY |  le 31/01/1997  |  SportEnvironnementBâtimentAménagementFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Sport
Environnement
Bâtiment
Aménagement
France
Europe
Santé
Architecture
Technique
Valider

Une dépollution grand format

Les supporters de la Coupe du monde de football 1998 devront logiquement jouir en toute quiétude du spectacle se jouant sur la pelouse. Pourtant, une ombre plane sur le chantier du Stade de France : le terrain est-il aussi pollué qu'on le prétend ?

« Il existe deux types de pollution sur le Cornillon, rappelle Pierre Parisot, président du Consortium : celle liée aux anciennes occupations du site, et celle de la nappe phréatique (à 3 m sous la pelouse). » Ancien propriétaire des lieux, Gaz de France estime sa mission achevée. L'audit de caractérisation de la pollution avait révélé, voilà quatre ans, la présence de seize HAP (1), sous forme de plaques de « goudron ». « Suivant l'arrêté préfectoral élaboré par le STIIC (2), nous avons procédé à l'incinération des terres les plus imprégnées, précise Luc Demoulin, responsable de la mission de réhabilitation des anciennes usines à gaz. Le reste a été placé dans un tertre biologique pendant deux ans : 15 000 m3 de matériaux ont été dépollués à moins de 30 mg d'HAP par kilogramme de terre, par activation de bactéries naturelles. »

En 1995, le GIE Stade de France décaisse la parcelle, en remuant 800 000 m3 de matériaux ! Surprise : des flaques d'hydrocarbures apparaissent. « Le terrain est géotechniquement défavorable, souligne Pierre Parisot. La zone est constituée de bosses emprisonnant des flottants pétroliers, qui ont été percées par les engins de forage des pieux. » On découvre aussi des traces gazeuses de white spirit, d'ammoniac et de dioxyde de soufre. « L'audit avait relevé, il est vrai, une coupe de carbone au sud-est du site, lâche Luc Demoulin. L'hypothèse évoquée à l'époque par l'IFP (3) était la suivante : la nappe, beaucoup plus basse il y a vingt ans, est remontée avec le départ des industriels. Les surnageants migreraient aujourd'hui vers le nord-ouest, en passant sous le stade ! »

La formulation des bétons de fondation est alors corrigée, avec l'introduction de fumées de silice, et l'épaisseur d'enrobage des aciers augmentée. « Nous avons construit une enceinte étanche pour circonscrire la pollution, déclare Gaëtan Desruelles, directeur général du Consortium. C'est une paroi moulée en bentonite ciment de 14,50 m de profondeur, réalisée par Sefi à l'aplomb extérieur de la toiture de l'ellipse. » A l'intérieur de cette « boîte » de confinement, les huiles et les gaz sont prélevés et traités. « L'objectif est triple, explique Patrice André, directeur d'Antea. Evacuer les flottants à la surface de la nappe, dépolluer les gaz en phase travaux et permettre le rejet direct dans l'atmosphère pendant l'exploitation. » Pour cela, un réseau de ventingest placé sous le dallage en béton du bâtiment et sous la pelouse étanchée par une membrane en PVC : il s'agit de drains qui collectent les émanations pour les traiter dans une usine à côté du parvis. Les flottants sont, eux, pompés par des puits, épurés et stockés avant évacuation par la société Sanitra. De plus, des tests in situ ayant révélé une concentration ponctuelle d'hydrocarbures à 50 % de la limite d'explosivité, deux oxydeurs catalytiques ont été installés en urgence sur le glacis pour brûler les parties les plus touchées.

Pour les coûts, la Sanem (4) annonce, par la voix de Noël de Saint-Pulgent, son président, une facture « significativement inférieure » aux 200 millions de francs annoncés dans la presse, avec 20 millions pour la paroi étanche et 30 millions pour la récupération des gaz et des flottants. GDF avoue avoir dépensé 60 millions. Reste à chiffrer les travaux pris en charge directement par le Consortium.

Ce grand écrémage (50 t évacuées à ce jour) ne vise pas l'impossible : la dépollution du Cornillon. Le pompage du terrain devrait s'intensifier avant les matchs, pour permettre l'arrêt des pompes - qui libèrent 80 dB(A) - pendant les manifestations sportives ! Comme le confirme Gérard Filis, ingénieur d'Antea, « une barrière aérodynamique est créée, afin de garantir une teneur en gaz maximale de 100 ppm (5) sur la pelouse en 1998 ». Rendez-vous est pris... (1) HAP : hydrocarbures aromatiques polycycliques.

(2) STIIC : service technique interdépartemental d'inspection des installations classées, émanation de la préfecture de police.

(3) IFP : Institut français du pétrole.

(4) Sanem : Société anonyme nationale d'économie mixte.

(5) Ppm : particules par million de volume (10 - 6 m3).

PHOTOS :

1. Le terrain du Stade de France était autrefois occupé par des usines à gaz de GDF.

2. 30 km de drains en PVC 50 mm et en PEHD 60 mm forment un maillage de l'ordre du mètre carré sous les gradins et la pelouse ; mis en dépression par un débit d'air de 5 000 m3/h, ils aspirent les gaz aux quatre coins de l'arène et les envoient dans une unité de traitement sur charbon actif.

3-4. Actuellement, sept puits de rabattement de 18 m, creusés entre les escaliers monumentaux, pompent les flottants qui sont épurés dans un décanteur-déshuileur, et stockés dans des cuves. Les eaux débarrassées sont envoyées dans le réseau d'eaux usées général.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil