En direct

Réseaux secs : les entreprises mobilisées pour la transition énergétique

Pierre Delohen (Bureau de Lyon du Moniteur) |  le 23/09/2013  |  Hérault

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Hérault
Valider

A Palavas-les-Flots (Hérault) la troisième édition de la rencontre nationale des syndicats professionnels régionaux d’entreprises de construction et d’entretien des réseaux secs (SRER), la première depuis la création de l’Union nationale des SRER au mois de janvier 2013, a permis de mieux appréhender l’évolution des métiers des réseaux secs dans la perspective de la transition énergétique.

« Cette révolution culturelle nous entrainera à changer profondément notre façon de consommer des ressources a expliqué Yves Robert, président du SNER. Elle devrait nous permettre, chefs d’entreprises et partenaires – ERDF, GRDF, RTE, GRT Gaz,  syndicats d’électrification, Orange, collectivités – d’entrer dans un monde de créativité économique, sociale et démocratique, avec en particulier l’idée de « l’accès à tous".

Sans nier les contraintes quotidiennes qui pèsent sur les entreprises, les restrictions budgétaires, les nouvelles réglementations, l’application du moins disant, etc., cette rencontre a mis exclusivement en lumière l’émergence des nouvelles énergies, l’émergence des nouvelles technologies, l’émergence des nouveaux produits qui sont autant de raisons d’espérer dans un avenir entrepreneurial meilleur. Comme Jean-Baptiste Galland, directeur pôle stratégie et projet Smart-Grids ERDF et Jean Lemaistre, directeur stratégies-finances GRDF l’ont abondamment expliqué.

Enjeux communs

Dans son intervention conclusive, Catherine Cros, directrice de la politique industrielle et immobilière d’ERDF, a souligné combien les enjeux étaient communs dans cette révolution industrielle – ENR, nouveaux usages, réseaux intelligents –  entre ERDF et les PME-PMI particulièrement représentées dans les SRER. Et de citer la poursuite des investissements d’ERDF sur la base de plus de 3 milliards d’euros annuels au bénéfice du réseau, de 10 milliards d’euros pour le raccordement des ENR à l’horizon 2030, et encore de 1,5 milliard d’euros à l’horizon 2020 pour la mobilité électrique !

 « Plus d’énergies renouvelables et intermittentes exigent plus de réseau » a souligné Catherine Cros, des réseaux intelligents dont un des premiers maillons est le compteur Linky. A en croire le Premier ministre, le remplacement des 35 millions de compteurs actuels devrait être effectif à l’horizon 2020 pour un investissement estimé à 5 milliards d’euros. La transition énergétique est donc un formidable enjeu pour les entreprises de la filière électrique.

Et Catherine Cros d’appeler à la construction d’une relation durable avec les entrepreneurs fondée sur la performance, la responsabilité, le dialogue et la visibilité. Quant à Yves Robert, il a traduit cette ambition en initiales : SNER pour au Service des Nouvelles Energies Renouvelables.

Commentaires

Réseaux secs : les entreprises mobilisées pour la transition énergétique

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur