En direct

Réseau scientifique et technique de l'Etat : plaidoyer pour une réforme ambitieuse
Idrrim - © ©Idrrim

Réseau scientifique et technique de l'Etat : plaidoyer pour une réforme ambitieuse

Olivier Baumann |  le 01/03/2013  |  BâtimentSeine-et-MarneFrance entièreEtatTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Bâtiment
Seine-et-Marne
France entière
Etat
Transports mécaniques
Infrastructures
Valider

L'institut des routes, des rues et des infrastructures pour la Mobilité (Idrrim) a remis un rapport au Ministre des transports prônant le maintien et le développement des compétences de son ministère dans le domaine des infrastructures de transports. Selon l'institut, ce sont rien moins que la capacité d'innover et la compétitivité de la France qui sont jeu.

"Il ne faut pas oublier que c'est le partenariat historique entre le Réseau scientifique et technique (RST) de l'Etat et les entreprises privées qui ont fait de la France un pays d'excellence en termes d'infrastructures de transport, rappelle Marc Tassone, directeur général de l'Institut des routes, des rues et des infrastructures pour la Mobilité (Idrrim). Il faut veiller à ce que cet équilibre subtil ne soit pas rompu. Il en va de notre capacité d'innover et de la compétitivité de la France et des ses industries d'infrastructures. C'est le sens de l'appel que nous avons lancé au ministre des transports à travers le rapport stratégique que nous lui avons remis le 15 février".

La mutation du réseau scientifique et technique

Ce rapport, intitulé "Maintien et développement des compétences techniques dans le domaine des infrastructures de transports au sein du ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie : Un enjeu majeur pour le soutien à l’innovation et pour la compétitivité de la nation" (consultable ici) , s'inscrit dans la perspective de la création du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, ou Cerema, le 1er janvier 2014.

A cette date, 3 300 personnes seront regroupées au sein de cet établissement public qui rassemblera l'essentiel du Réseau scientifique et technique de l'Etat: le Sétra [1], les 8 Cete[2], le Certu[3] et le Cetmef[4] (voir l'article du Moniteur du 13 décembre dernier).

Dans un communiqué, l'Idrrim indique qu'elle voit dans la création du Cerema une bonne réforme qui, si elle est correctement menée en concertation avec les collectivités, permettra de promouvoir les compétences du réseau scientifique et technique de l’Etat, profondément utiles aux acteurs publics (Etat et collectivités territoriales) et au secteur industriel privé, très présent à l’international.

Des organismes du RST déjà considérablement affaiblis

Toutefois, l'institut appelle à la vigilance: si le gouvernement s'est engagé pour 2013 à veiller strictement à la protection des moyens humains et financiers entrant dans le périmètre du projet et à maintenir ses moyens les deux années suivant sa création, il souligne dans son rapport que "cette réforme arrive alors que certains organismes du RST ont déjà été considérablement affaiblis ces dernières années : les Cete ont vu leurs effectifs diminuer dangereusement et la réorientation vers de nouvelles activités a encore accentué la tendance. Le Sétra, déplacé à Sourdun, près de Provins (Seine-et-Marne), connaît une baisse significative de ses personnels expérimentés (effectif global diminué de près de 30% et majoritairement formé aujourd’hui d’ingénieurs juniors plus que de seniors)". Et de s'alarmer que "dans les années à venir, la direction du budget va encore faire porter l’effort sur les réductions d’effectifs, or les directions opérationnelles ont déjà beaucoup de mal à assurer leurs missions".

Une nouvelle façon d'innover

Le deuxième axe du rapport concerne l'innovation. Partant du constat que l'"Appel à projet d'innovations routes et rues" relancé il y a quelques années par le ministère ne fonctionne pas aussi bien qu'il le pourrait, notamment du fait de la difficulté qu'il y a à trouver des maîtres d'ouvrage prêts à expérimenter de nouvelles techniques sur leurs réseaux, l’Institut  suggère de mettre en place un système novateur de soutien à l’innovation. Celui-ci serait de nature à développer toutes les initiatives en créant notamment un fonds alimenté par tous les acteurs, qui permettrait d’établir un partage des risques entre l’inventeur et l’expérimentateur.

Enfin, l’Idrrim propose de créer les conditions pour que les infrastructures de mobilité trouvent toute leur place dans le dispositif des filières vertes. Seraient développés dans une nouvelle filière verte "infrastructures de transport durables" l’ensemble des techniques économes en énergie ou en ressources naturelles ainsi que les systèmes de transports et d’infrastructures intelligents (ITS), porteurs de développement économique et d’innovations technologiques. Celle-ci permettrait, en s’appuyant sur les compétences du futur Cerema et sur les entreprises françaises, de soutenir et développer l’intelligence française dans le domaine et d’aboutir à des développements industriels majeurs.

L'Idrrim: l'instance partenariale des acteurs des infrastructures

Créé en 2010, l’Idrrim a pour mission de fédérer la communauté des acteurs publics et privés agissant dans le domaine des infrastructures de mobilité (Etat, collectivités locales, services techniques, ingénierie privée, entreprises, associations partenariales, écoles et organismes de recherche, établissements du réseau scientifique et technique de l’Etat). Lieu de convergence et d’échanges, l’Institut a pour mission de fédérer et mobiliser l’ensemble des acteurs de la profession autour d’un objectif commun : favoriser, développer et promouvoir une vision et un référentiel partagés en matière de conception, de réalisation, de maintenance et de gestion des routes, des rues, des infrastructures de déplacement, des espaces publics de mobilité et des services associés. Véritable label de confiance et de fiabilité, l’Institut a également vocation à assurer la promotion et le rayonnement du savoir-faire technique français à l’étranger en matière d‘infrastructures de déplacement.

Commentaires

Réseau scientifique et technique de l'Etat : plaidoyer pour une réforme ambitieuse

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur