En direct

Reprise des chantiers : ce que contient le guide
Pour rouvrir un chantier, l'employeur doit d’abord obtenir l’accord des clients, formalisé par un avenant au marché. - © Hanohiki - stock.adobe.com

Reprise des chantiers : ce que contient le guide

Caroline Gitton |  le 03/04/2020  |  CoronavirusVie du BTPFrance OPPBTPFFB

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Coronavirus
Formation BTP
Vie du BTP
France
OPPBTP
FFB
Capeb
FNTP
CFDT Construction
Artisans
Négoce
Guide OPPBTP
Valider

Les conditions de reprise des activités du BTP dans le contexte de crise sanitaire causée par l’épidémie de Covid-19 sont désormais connues. Le guide élaboré par les partenaires sociaux, l'OPPBTP et l'Etat a été publié le 2 avril. Panorama des principales consignes pour éviter la contagion.

A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Alors que les chantiers du BTP se sont arrêtés les uns après les autres ces derniers jours, les entreprises désireuses de reprendre leur activité malgré l’épidémie de Covid-19 devront réviser l’organisation du travail à l’aune des mesures barrières imposées par les autorités sanitaires. Conçu avec l’appui de l’organisme professionnel de prévention du secteur (OPPBTP), le « Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de construction » énonce ainsi les mesures préventives urgentes à mettre en œuvre pour protéger les salariés et leur entourage de la contamination. Elaboré par des collaborateurs de l’OPPBTP, des médecins du travail et des préventeurs d’entreprise, le texte a reçu l’approbation des fédérations d’employeurs du secteur (Capeb, FFB et FNTP). Ce guide a reçu l’agrément des ministères de la Transition écologique et solidaire, de la Ville et du Logement, des Solidarités et de la Santé, et du Travail. Après moult négociations, ce document est finalement paru le 2 avril 2020, en soirée.


Le guide pose le principe de la priorité pour les entreprises du secteur, « d’adopter des mesures de prévention protégeant la santé des collaborateurs, conformément aux responsabilités des employeurs, et de les inciter à veiller sur leur santé, leur sécurité et à celle de leur entourage ». Il appartient à chaque employeur d’évaluer sa capacité à se conformer aux mesures listées par le texte et de les prendre en compte en actualisant le document unique d’évaluation des risques professionnels (Duer). Les entreprises sont ainsi tenues de respecter strictement les consignes pendant toute la durée du confinement décidée par les autorités. A défaut, elles devront cesser leur activité. Le guide comprend en outre, en annexe, des fiches et affiches explicatives pour les salariés (gestes pour se protéger, utilisation du masque, mais aussi règles à respecter dans les bungalows ou encore conduite à tenir si un salarié ou un intervenant présente des signes de la maladie).


Exigences préalables


L’employeur doit d’abord obtenir l’accord des clients. Pour chaque opération, le maître d’ouvrage formalise, après analyse, le cas échéant par le maître d’œuvre et le coordonnateur sécurité et protection de la santé (SPS), en accord avec les entreprises intervenantes, une liste des conditions sanitaires afin de s’assurer que les différents acteurs pourront mettre en œuvre et respecter, dans la durée, les mesures édictées.

En cette période de forte activité des services de secours, il pourra être utile de vérifier leur disponibilité en consultant les sites internet des préfectures.

Il est recommandé de ne pas autoriser les apprentis, stagiaires et alternants mineurs à se rendre sur chantier et en atelier. La FFB et la FNTP émettent toutefois la même préconisation pour leurs adhérents concernant tous les apprentis, indifféremment de leur âge. Le contrat de travail ne doit pas être rompu, la formation doit dans la mesure du possible se poursuivre à distance et l’apprenti doit continuer à être rémunéré.

Ne pourront travailler, sous aucun prétexte, les personnes présentant un risque élevé de développer une forme sévère de la maladie (à cause d’affection ou d’insuffisance respiratoire chronique, d’insuffisance cardiaque, d’hypertension artérielle ou encore d’obésité avec indice de masse corporelle égal ou supérieur à 40)

Organisation du chantier


Le guide recommande de limiter autant que faire se peut la coactivité, en réorganisant les opérations. Si besoin, l’employeur pourra demander le soutien du coordonnateur SPS.

Il faudra d’autre part contrôler l’accès au chantier des salariés et autres intervenants et le refuser à toute personne présentant les symptômes de la maladie : toux, fièvre, perte d’odorat et/ou de goût. Dans la mesure où certains patients atteints du Covid-19, pourtant contagieux, ne présentent pas de symptômes de fièvre en début d’infection, les mesures de prise de température à l’entrée des locaux et des chantiers ne sont pas recommandées à l’entrée des chantiers par le Haut conseil de santé publique.

Autre préconisation : questionner lors de leur prise de poste les salariés sur leur santé et d’éventuels symptômes (un questionnaire « santé » figure en annexe du guide).

Autre consigne : désigner un référent Covid-19 pour l’entreprise et par chantier – dirigeant, chef de chantier ou salarié chargé de prévention, qui peut coordonner les mesures à mettre en œuvre et à respecter. Les auteurs du document insistent également sur la nécessité d’assurer une information et une communication de qualité auprès des salariés afin d’assurer une bonne compréhension des règles sanitaires (organiser des réunions régulières sur le sujet, si possible chaque jour, signaler aux compagnons la survenue d’un cas sur un chantier…). Les employeurs devront, de plus, associer étroitement les représentants du personnel à leur ­démarche de prévention.

Exécution des tâches


Chaque début de tâche sera précédé d’une revue des modes opératoires pour garantir le respect d’une distance d’au moins un mètre entre deux individus. Le texte propose des pistes pour réduire les risques de rencontre : limiter le nombre de personnes intervenantes, mettre en place un plan de circulation, organiser la réception des matériaux et matériels de façon à éviter tout contact physique…

Pas question par ailleurs, compte tenu du contexte, de baisser la garde sur les risques traditionnels (chutes de hauteur, risque électrique, postures…), car l’absence de personnel, de matériels et de sous-traitants peut engendrer une dégradation des conditions opérationnelles habituelles.

Mesures d’hygiène


Sur les chantiers, la règle de distance physique doit, le cas échéant, amener à diviser par deux la capacité d’accueil des bases vie, organiser des ordres de passage ou encore décaler les prises de poste.

L’entreprise devra installer un point d’eau avec savon ou un distributeur de solution hydroalcoolique à l’extérieur des bungalows. Autres mesures : afficher les consignes sanitaires applicables dans ces installations, faire respecter celles concernant le lavage des mains, et assurer une fréquence quotidienne de nettoyage des locaux. Il s’agira aussi de procéder à la désinfection du matériel utilisé par deux compagnons entre chaque usage, étant précisé que le guide prône l’attribution des outillages à titre individuel.

Dans tous les cas (y compris pour les chantiers chez les particuliers, à moins que les compagnons ne soient équipés en autonome, ou disposent de gel hydroalcoolique), l’activité ne sera autorisée que si les salariés peuvent se laver fréquemment les mains et ont accès à un point d’eau avec du savon. Dans les dépôts, bureaux et ateliers, l’entreprise devra assurer, toutes les deux heures, la désinfection des surfaces de contact les plus usuelles (poignées de porte, tables, claviers…), et mettre à disposition du gel hydroalcoolique dans les lieux fréquentés.


Port du masque


Le port du masque de protection respiratoire et des lunettes est obligatoire dans les suivants :

-En cas de travail à moins d’un mètre d’une autre personne (masque chirurgical a minima) ;

-Pour les interventions chez les particuliers, deux situations nécessitent le port d’un masque. Si le foyer du client abrite une personne « à risque », le port d’un masque chirurgical par le professionnel est obligatoire, en plus du respect nécessaire des règles de distanciation.

S’il abrite un personne atteinte du Covid-19, et que l'intervention ne peut être différée, le port d’un masque chirurgical est obligatoire pour le professionnel mais aussi pour tous les résidents du domicile.

Dans les autres cas, le port du masque n’est pas obligatoire et fait l’objet d’une discussion dans le cadre du dialogue social de l’entreprise.

Les auteurs du guide conseillent toutefois, en cette période de pic épidémique, et sauf en cas d’impossibilité technique avérée, d’assurer le respect de cette mesure barrière même pour les salariés qui en sont équipés, afin d’éviter les risques de contact. L’employeur devra d’autre part assurer la formation des salariés à l’utilisation du masque.

Chantiers chez les particuliers


L’employeur vérifier avec le client, au préalable, les conditions d’intervention permettant le respect des consignes sanitaires. Il faudra également prendre soin de respecter la distance de sécurité d'un mètre, et d’éloigner les habitants de la zone d’intervention. Au domicile d’une personne à risque ou malade, seules les interventions indispensables et urgentes pourront être réalisées, à condition de respecter un protocole spécifique : déplacement en véhicule individuel, port du masque, ainsi que de gants et d’une combinaison jetable…

Engins et transports


Les auteurs du texte conseillent de privilégier avant tout les modes de transport individuel. A défaut, veiller à assurer une distance minimale d’un mètre entre les salariés, avec une personne par rang.

En cas d’utilisation partagée d’un véhicule, et pour les engins, prévoir le nettoyage des surfaces de contact entre utilisateurs (volant, boutons de commande, poignée de changement de vitesse…) et mettre à disposition des lingettes désinfectantes et du gel hydroalcoolique.

Commentaires

Reprise des chantiers : ce que contient le guide

Votre e-mail ne sera pas publié

jcn

02/04/2020 22h:38

Et bien c'est édifiant...dans nombre de situations le masque, qui est réservé en France au personnel soignant et indisponible dans les autres cas, est finalement obligatoire pour la poursuite des travaux...ce même masque que le gouvernement disait inutile il y a encore quelques jours... La grande majorité des chantiers ne reprendront pas, sauf à placer les chefs d'entreprise en défaut face à leur responsabilité pénale...Du grand n'importe quoi

Votre e-mail ne sera pas publié

Test

03/04/2020 09h:26

BonjourLa condition première de reprise doit être le test de chaque employé avant la reprise. Cela permettra de maintenir en confinement les employés déjà atteints du covid-19 et diminuer le risque à 60%.

1 réponse

Belle belle 10310

03/04/2020 15h:45

Entièrement d accord .comment faire lorsque vous transpotez plusieurs collègues?lorsque vous mangez à 5voir plus dans une cabane de chantier???

Votre e-mail ne sera pas publié

Kiki1960

03/04/2020 11h:05

Un teste sur le covid 19 de chaque personne qui reprend le travail devrais être fait pour sécurisé les gens

Votre e-mail ne sera pas publié

MORTIFERE / COBAILLE

03/04/2020 11h:14

Bonjour, comme à sont habitude ce Gouvernement privilégie la Finance à la Santé des Français(e)s >, laissant retravailler le BTP ( qui est au quotidien en contactes physique par Obligation ) EQUEURANT !!! Rien ne sera mis en place ou INSUFFISANT dans plusieurs Entreprises = c'est du en Marche ou Crève !

Votre e-mail ne sera pas publié

pikat29

03/04/2020 12h:23

Il suffit de côtoyer un minimum le monde du BTP pour savoir que ce guide ne sera pas, ou peu appliqué. Il est déjà compliqué de faire porter un casque, alors un masque ……. ou de laisser un chantier propre ! Renvoyer les ouvriers sur les chantiers c'est les mettre en danger ainsi que leurs proches ! c'est de la mise en danger de la vie d'autrui ! HONTEUX

Votre e-mail ne sera pas publié

Jmfr

03/04/2020 13h:16

Apres lecture de ce document ; dans le cas d ouvrage tertiare , dans le secteur de l electricite ; il est strictement impossible de respecter ces mesures et de les mettre en place .C est de la pure theorie et les personnes ayant redigees ce fascicule doivent reellement apprendre comment on travaille sur un chantier. Entre la theorie et la pratique il y a une grande difference .. Et puis qui vas payer ces frais supplementaires pour les chantiers deja engages ? Les entreprises ? Non . Le contrat initial est modifie avec cette contrainte supplementaire en cours de chantier apportee au niveau du PPSPS .

Votre e-mail ne sera pas publié

Laurent

03/04/2020 13h:21

Je pense que les personnes qui donne ce genre de precaution(médecin patron de grande entreprise etc)ne mettent pas trops les pieds sur les chantier btp à part pour des réunions je vois mal des ouvriers pouvoir respecter des distances ou aller se laver les mains ça va faire une sacré queue au robinet . Tous ça peut marcher pour une entreprise de 2 ou 3 ouvrier .si le btp reprend ça feras environ 2 million de personne dehors alors à quoi auras servi le confinement je suis chef d équipe TP et toute ces mesures sont irréalistes

1 réponse

Bellebelle10310

03/04/2020 15h:49

Entièrement d accord .Il ne s'agit qu une question d'argent.

Votre e-mail ne sera pas publié

Bellebelle10310

03/04/2020 15h:42

Complètement ridicule comment font ceux qui transportent des collègues de travail?Quand ils mangent dans une cabane de chantier de 6mètres carré de surface à 5 voir plus????

Votre e-mail ne sera pas publié

Une acheteuse

06/04/2020 14h:37

Les commentaires ci-dessous me rassurent.. OPPBTP que faites vous et les autres syndicats et regroupements... Ces mesures ne peuvent être appliqué que chez des particuliers et oú 2 ouvriers max travaillent.Robinets, port du du masques lool. Une belle blague. Nos vies ne valent rien visiblement.

Votre e-mail ne sera pas publié

Archi

06/04/2020 19h:27

Il faut m'expliquer le paradoxe : D'un côté on nous dit (à raison) de rester chez nous et de ne sortir que pour LE STRICT NÉCESSAIRE afin d'écourter le confinement et ainsi minimiser les impacts négatifs de la crise... et d'un autre côté quelques bureaucrates utopistes du BTP voudraient voir reprendre les chantiers et laisser circuler quotidiennement des centaines de milliers de personnes pour aller bosser sur des chantiers ?? Le tout, bien sûr, sans discernement entre les petits chantiers d'entretien et de maintenance (qui peuvent effectivement être urgents) et les grands chantiers pouvant accueillir des centaines de compagnons. Et il faudra nous expliquer comment ces chantiers comptent tourner s'ils ne sont pas approvisionnés (matériaux, matériel, appareillage etc.) sachant que la plupart des fournisseurs français et étrangers ne peuvent pas produire ni acheminer leur produits. On confond encore efficacité et gesticulation. Du grand n'importe quoi !

Votre e-mail ne sera pas publié

Raen

06/04/2020 20h:22

Bonsoir, Le chantier ou l'intervention chez les particuliers, comme cité dans le guide, couvre-t-elle les techniciens installateurs de fibre optique? Dans l'attente de vous lire, cordialement

Votre e-mail ne sera pas publié

corobatiment .

08/04/2020 23h:34

bonjour . je suis moi même grutier a tour , étant amené a travailler en binôme ( amplitude élevée de travail journalier ) . sachant que la cabine est très exiguë avec la respiration et l éternuement en conduite,il semble compliqué d effectuer une désinfection efficace lors du changement de poste,sans compter le stress que cette situation engendre . j aimerais et je présume tout les grutiers de France , avoir une réponse a cette question . je vous souhaite a tous une bonne santé en ces jours difficiles.

Votre e-mail ne sera pas publié

Nicolas

17/04/2020 10h:35

Je trouve grave de ne pas obliger l'employeurs de nous faire porter des masques, même avec une reprise j'exercerai mon droit de retrait tant que je ne serai pas munis de protection adéquates gant + masque ffp2 je n'irais pas au boulots pour en mourir et tu tuer mes proches.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 07/2020

Voir

Fabriquer la ville durable

Fabriquer la ville durable

Date de parution : 06/2020

Voir

Traité de charpente et couverture

Traité de charpente et couverture

Date de parution : 06/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur