En direct

Renzo Piano prend l’air de Nouméa

Florent Lacas |  le 17/05/2013  |  ArchitectureAutres DOM-TOM

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Autres DOM-TOM
Valider

« Le moniteur » N° 4929 du 15 mai 1998

En avril 1998, l’architecte italien Renzo Piano se voit remettre le prix Pritzker, la plus prestigieuse récompense internationale dans le domaine de l’architecture. Dans son numéro du 15 mai 1998, « Le Moniteur » consacre trois pages à sa dernière œuvre alors en date, le centre culturel Jean-Marie-Tjibaou à Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Celui-ci est constitué de dix cabanes alignées sur une ligne de crête, dont les formes s’inspirent des cases traditionnelles locales. « Chacune d’entre elles est une double coque en bois plus ou moins ventrue selon les hauteurs (jusqu’à 28 m) dont la forme aérodynamique est conçue pour affronter des vents cycloniques qui peuvent atteindre 240 km/h », détaille « Le Moniteur ». La structure est faite en lamellé-collé de bois d’iroko. Avec cette œuvre, Renzo Piano estime se situer « à la frontière entre l’architecture et l’anthropologie ». « Les substrats de la mémoire collective locale nous ont guidés, explique-t-il. L’art d’être ensemble, le sens de l’éphémère, la flexibilité, le grain du tissage. Le son, aussi : nous avons voulu que les cases sonnent, fassent de la musique avec le vent. La culture kanake est une culture du geste, de la danse, de la chanson… toutes choses immatérielles qui s’envolent avec l’air. » Questionné sur l’obtention du Pritzker par la journaliste du « Moniteur » Elisabeth Allain-Dupré, Renzo Piano se dit touché. « Le jury a vraiment primé, je crois, la complexité du substrat culturel et social qui imprègne notre architecture, qui la ‘‘contamine’’ en quelque sorte. Alors, que cette ouverture au monde soit reconnue, bien sûr que cela fait plaisir ! » Pour assurer la survie de son art, à l’aube du XXI e siècle, Piano insiste sur l’importance de maîtriser les détails. « L’architecture doit gagner, ou regagner, le contrôle du processus de construction, par cet attachement obstiné qui fait que l’on commence et termine un projet sans jamais perdre le contrôle sur la création. Au sein de mon bureau, le Renzo Piano Building Workshop, nous ne dessinons jamais un détail en disant aux entreprises ‘‘ faites ça ’’. Non, nous fabriquons, nous faisons exécuter un prototype, nous regardons et ensuite nous corrigeons. »

PHOTO - 722498.BR.jpg
PHOTO - 722498.BR.jpg - ©
PHOTO - 722499.BR.jpg
PHOTO - 722499.BR.jpg - ©
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Agence pour le développement de la culture kanake, Mission interministérielle pour les grands travaux, Secal. Maîtrise d’œuvre : Renzo Piano Building Workshop, architectes. Surface : 7 650 m² utiles. Coût : 200 millions de francs (30,5 millions d’euros).

Et aussi dans le numéro du 15 mai 1998

En mai 1998, la Fédération nationale du bâtiment décide de modifier son appellation : elle deviendra la Fédération française du bâtiment. Une dénomination en rapport avec un pays, plus adaptée au mouvement de construction européenne. • En 1998, des maîtres d’ouvrage HLM recrutent des « éco-ambassadeurs » afin d’aider les occupants à mieux utiliser leurs appareils de chauffage ou électrodomestiques, et les conseiller sur l’achat de matériels à faible consommation.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur