En direct

Rénover le chauffage électrique fait baisser les charges de 10%

SANDRA HEMZELLEC |  le 27/07/2001  |  Réglementation techniqueEquipementRénovationProduits et matérielsMaison individuelle

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Equipement
Rénovation
Produits et matériels
Maison individuelle
France entière
Meurthe-et-Moselle
Vosges
Immobilier
Logement
Technique
Travaux publics
Valider

L'Opac des Vosges et l'agence commerciale résidentielle Lorraine Champagne-Ardenne d'EDF ont dressé début mai le bilan de leur partenariat signé en 1996. Pendant quatre ans, les deux parties ont procédé à la rénovation du chauffage électrique de 1 781 logements de l'Opac, soit 10 % du parc total. L'originalité de ce partenariat réside dans la volonté de procéder à une réhabilitation globale, et non ponctuelle, des installations électriques. L'opération portait, par ailleurs, sur un terrain rural très diffus puisqu'elle concernait 59 communes. « Il s'agit de l'une des premières réalisations d'envergure en France », assure Dominique Langet, responsable de l'agence commerciale d'EDF, basée à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Les installations obsolètes, datant de la fin des années 70, donnaient à EDF une mauvaise image de marque. L'opérateur subissait des pressions des locataires réclamant une réduction de leurs charges. « Nous étions donc tenus d'aider le maître d'ouvrage à mener cette réhabilitation », poursuit Dominique Langet. EDF a ainsi apporté une aide de 2,6 millions d'euros (10,7 millions de francs) sur un coût total de 4,7 millions d'euros (31 millions de francs).

Pour mener à bien cette opération, les deux partenaires ont d'abord réalisé un diagnostic du bâti comprenant de l'habitat individuel groupé et du logement collectif, en collaboration avec le bureau d'études techniques strasbourgeois Ecotral.

Un équipement «thermosphère»

Chaque site a ensuite bénéficié d'une rénovation du système de chauffage. Les techniciens ont procédé soit au changement des convecteurs, soit à l'installation d'un équipement « thermosphère » ou à hydro-accumulation. Sur une maison individuelle profitant d'une installation « thermosphère », EDF constate notamment que 80 % de la consommation s'effectuent en heures creuses avec un coût moyen annuel de 6,86 euros/m2 (45 francs). En chauffage, « les locataires ont gagné en qualité de confort grâce à une diffusion de chaleur plus régulée et réalisent des économies d'énergie comprises, en moyenne, entre 10 et 15 % », explique Jean-François Marchal, directeur de l'Opac des Vosges, qui travaille depuis une dizaine d'années sur ce thème. Pour Dominique Langet, il existe deux comportements différents. « Les clients qui surconsommaient à cause d'ouvrants peu étanches et d'installations vétustes, enregistrent une baisse de leurs factures de l'ordre de 10 %. Ceux qui utilisaient une énergie alternative se remettent au chauffage électrique, désormais plus confortable et économique », constate Dominique Langet. La réhabilitation des installations s'est accompagnée ponctuellement d'une rénovation du bâti, et notamment de travaux d'isolation des logements.

PHOTO :

VOSGES. L'Opac a entrepris, avec EDF, la rénovation des chauffages électriques de 10% de son parc immobilier. Coût total : 4,7 millions d'euros.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur