Rénovation énergétique des copropriétés : les syndics sont
Copropriété Fontaine d’Aligre à Paris : un exemple "référent" de rénovation énergétique - © © Jean-Baptiste Gurliat / Mairie de Paris

Rénovation énergétique des copropriétés : les syndics sont "la clé de tout"

AEF |  le 25/04/2014  |  Apprentissage BTPEnvironnementImmobilierPerformance énergétiqueSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Apprentissage BTP
Environnement
Immobilier
Performance énergétique
Santé
Energie
Technique
Valider

Une rencontre co-organisée par le Plan Bâtiment Durable et Le Moniteur le 23 avril a mis en lumière le rôle essentiel des syndics pour accompagner la rénovation énergétique des copropriétés. Avec en corollaire, la nécessité de formations ad hoc.

Les syndics sont "la clé de tout", explique Philippe Pelletier, le président du Plan Bâtiment Durable, en conclusion de la rencontre co-organisée par le Plan et "Le Moniteur" sur le thème de la formation et de l’information des copropriétaires et des professionnels en matière de rénovation énergétique, le 23 avril. Les syndics devant néanmoins composer avec le climat de défiance, la difficulté de relation régnant entre eux et les copropriétaires, l’enjeu est, selon lui, de les former "sur le plan technique" mais aussi sur le plan "psychologique" pour qu’ils puissent transmettre aux copropriétaires que "la rénovation énergétique est une chance, avec la valeur ajoutée que cela va pouvoir donner au bien". Pour rappel, la rénovation dans les copropriétés est l’un des chantiers prioritaires pour le Plan Bâtiment Durable en 2014.


Les syndics, auxquels la loi Alur fixe de nouvelles obligations comme la mise à jour de nouveaux documents destinés à fournir aux copropriétaires une meilleure connaissance de la situation de leur immeuble, "n’ont pas le temps d’accompagner le projet" de rénovation énergétique et "ce n’est pas leur métier", explique le sociologue Gaëtan Brisepierre, au cours de la table ronde. D’où la nécessité de les former, ajoute Hervé Lasseigne, co-président du groupe "Rénovation énergétique des copropriétés" lancé par l’association Apogée, qui a développé un programme de formation à destination des syndics désormais soutenu par l’Ademe. "Nous visons l’objectif de 1 000 syndics formés d’ici à la fin de l’année", précise-t-il.

Raccourcir le temps de la décision

Alors que la durée moyenne de la prise de décision de travaux en copropriété est réputée longue - trois ans minimum selon les acteurs présents -, "il faut accélérer le processus de décision" ajoute Hervé Lasseigne, qui appelle notamment à une "assemblée générale exceptionnelle" pour présenter l’audit aux copropriétaires. "Il n’est pas possible de présenter un projet de surélévation en cinq minutes" illustre-t-il.


Un bon moyen de ne pas prolonger inutilement le temps de la décision, selon Anne Ged, directrice de l’APC (Agence parisienne du climat) : l’amélioration de la communication auprès du conseil syndical, le commanditaire des travaux. "Il faut arriver à capter en peu de temps l’attention de tout le monde, le jeune cadre branché, la ménagère de 70 ans, le retraité de 85 ans et les autres", poursuit l’architecte François Pelegrin. Lequel évoque l’intérêt d’organiser une exposition du projet dans le hall d’entrée de l’immeuble ou encore d’avoir recours à la maquette numérique (BIM, pour Building Information Model) qui apporte un "aspect visualisation important" qui peut permettre de faire "adhérer [au] projet" les copropriétaires. L’outil rendant également possible le partage des informations entre les différents professionnels.


Pour Gaëtan Brisepierre, sociologue, si un copropriétaire devient "leader énergétique" et parvient à mobiliser les autres copropriétaires, ce modèle militant "ne pourra pas résoudre le problème massif" de la rénovation énergétique des copropriétés. "Nous sommes passés en phase d’expérimentation, avec un monde professionnel qui doit s’adapter à [toutes les] typologies" assure-t-il.
"En un an, les choses ont bougé, les vents nous sont favorables", prolonge Anne Ged, appelant à aller plus loin, en travaillant sur la notion de confiance mutuelle, en créant aussi de nouveaux métiers dédiés. Il reste "des points de blocage à lever" pour apporter de la "fluidité dans la décision" insiste-t-elle.


Interdire la location de biens n’ayant pas fait l’objet d’une rénovation énergétique

Pour amplifier le mouvement, plusieurs intervenants insistent encore sur la nécessité de "simplifier et de stabiliser" la question du financement dans le temps, comme le formule Hervé Lasseigne. "Le CIDD a changé tous les ans, il y a une incertitude sur les règles financières. Or la copropriété est bloquée si l’écart [potentiel] peut s’élever à 10 ou 15 % sur les travaux" poursuit-il. Les participants évoquent aussi l’éco-prêt collectif qui tarde à être lancé et qualifient le tiers financement de formule intéressante, avec toutefois des marges de progression, en l’état. Et François Pelegrin de souligner aussi l’intérêt de simplifier et d’harmoniser les dossiers de demandes de subventions.

"Le rôle des collectivités est majeur" en matière d’information et d’animation, continue Philippe Pelletier. "Nous pensons de plus en plus que le sujet de la rénovation énergétique [doit laisser s’exprimer] les particularismes locaux", note-t-il. Pour mémoire, des espaces infos énergie sont notamment installés dans les territoires et accompagnent les copropriétaires. Le président du Plan Bâtiment Durable salue encore le parcours législatif parcouru, "de la belle ouvrage" selon lui, et explique qu’il défendra auprès de la ministre Sylvia Pinel, comme il l’avait fait auprès de ses prédécesseurs, Benoist Apparu et Cécile Duflot, l’impossibilité pour des propriétaires bailleurs de mettre en location des biens qui n’auraient pas fait l’objet d’une rénovation énergétique.


Source AEF Habitat et Urbanisme www.aef.info

Commentaires

Rénovation énergétique des copropriétés : les syndics sont "la clé de tout"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur