En direct

Rénovation énergétique des copropriétés: les professionnels se mobilisent
Une conférence consacrée à l’accélération de la rénovation énergétique des copropriétés, animée par Fabien Renou, rédacteur en chef du Moniteur, ouvrait le 6e édition du Forum parisien de l’éco-rénovation en copropriété. - © © APC

Rénovation énergétique des copropriétés: les professionnels se mobilisent

Nathalie Moutarde (Bureau Ile-de-France du Moniteur) |  le 01/02/2018  |  EnergieTechniqueEfficacité énergétiqueParis

Comment accélérer la rénovation énergétique des copropriétés ? Tel était le thème de la conférence plénière de la 6e édition du Forum parisien de l’éco-rénovation, organisée par l’Agence parisienne du climat et la Ville de Paris. Parmi les solutions avancées: la stabilité des aides et des dispositifs, la montée en compétence de syndics…

Avec 1 800 personnes inscrites et une cinquantaine d’exposants présents, la 6e édition du Forum parisien de l’éco-rénovation en copropriété a mobilisé tous les acteurs concernés: professionnels du bâtiment, syndics, financeurs, copropriétaires… L’événement, qui s’est déroulé le 31 janvier dans les salons de l’Hôtel de Ville, était organisé par l’Agence parisienne du climat (APC) et la mairie Paris. Une conférence consacrée à l’accélération de la rénovation énergétique des copropriétés, animée par Fabien Renou, rédacteur en chef du Moniteur, a donné le coup d’envoi de cette journée.

A Paris, un million de logements à rénover d’ici à 2050

Dans la capitale, le mouvement de rénovation des immeubles en copropriété est cette fois bien enclenché. Quelque 28 000 logements sont actuellement accompagnés dans le cadre du dispositif Eco-Rénovons Paris, lancé en 2016. «Il se passe vraiment quelque chose», a souligné Anne Girault, directrice générale de l’APC. «C’est plutôt une belle satisfaction, a déclaré Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris, chargée du plan climat et de l’environnement. Mais si nous voulons tenir les objectifs de l’Accord de Paris, aller vers une ville neutre en carbone en 2050, c’est un million de logements qu’il va falloir rénover. Et donc, il faut accélérer».

La concertation sur le plan de rénovation énergétique des bâtiments se poursuit

A l’occasion de ce débat, Emmanuel Acchiardi, sous-directeur de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP) a annoncé que la concertation lancée fin novembre par le gouvernement sur le Plan national de la rénovation énergétique des bâtiments, prévue pour durer deux mois, se poursuivait jusqu’au 15 février. Cette consultation prend la forme d’une enquête en ligne, qui a déjà recueilli 500 contributions, et de réunions locales en régions. «On voit déjà se dessiner une attente forte pour que le sujet des copropriétés soit plus visible», a indiqué Emmanuel Acchiardi.

Développer une offre de services adaptés

Un constat partagé par Michel Gioria, directeur régional de l’Ademe Ile-de-France. «Dans le cadre de cette concertation, plusieurs acteurs préconisent de segmenter le marché de la rénovation et nous conseillent de décomposer le marché de la copropriété en plusieurs grandes familles, présentant des caractéristiques identiques, afin de développer une offre de services adaptés. Nous avons, par exemple, des propositions portant sur la création d’un label RGE copropriété».

Donner une place spécifique à la copropriété dans le plan de rénovation constitue la première des huit propositions formulées par l’APC dans le cadre de sa contribution. «Pourquoi ne pas donner un objectif de rénovation en copropriété, par exemple 20% des 500 000 logements à rénover par an au niveau national. Cela donnerait un cap à l’ensemble des copropriétaires et des acteurs», a suggéré Anne Girault.

Création d’une filière énergétique au sein de l’Ecole supérieure de l’immobilier

De son Jean-Marc Torrollion, président de la FNAIM, a mis en avant deux points: la nécessité de parler «juste» aux copropriétaires et la formation des syndics. «Au départ, pour convaincre les copropriétaires d’engager des travaux de rénovation énergétique, nous avons beaucoup parlé de retour sur investissement… et nous nous sommes plantés ! Il faut plutôt insister sur le confort apporté par les travaux ou sur la valorisation du bien», a-t-il reconnu. «J’ai l’humilité de vous dire que les syndics doivent monter en compétence. Ils en sont conscients, a poursuivi Jean-Marc Torrollion. Pour être le pivot d’un sujet aussi technique que celui-ci, il faut naturellement se former.» C’est la raison pour laquelle la FNAIM va prochainement créer une filière énergétique au sein de l’Ecole supérieure de l’immobilier. Enfin, comme d’autres intervenants à la table ronde, le président de la FNAIM a insisté sur la nécessaire stabilité des aides et des dispositifs.

«Pour que ça marche, il faut un triptyque, a conclu Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable. II faut que les copropriétaires soient accompagnés par cet ensemblier qu’est le syndic et il faut un territoire qui accompagne le mouvement.»

Commentaires

Rénovation énergétique des copropriétés: les professionnels se mobilisent

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX