En direct

Rénovation complète pour le Pentagone

XAVIER FODOR |  le 12/07/2002  |  Sécurité et protection de la santéRénovationEnergieCommunicationInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Sécurité et protection de la santé
Rénovation
Energie
Communication
International
Equipement
Travaux publics
Valider

La remise en état et la modernisation de ce bâtiment de plus d'1 million de m2 passent par le remplacement de tous les réseaux thermiques, électriques et de télécommunications. Un chantier de 4 milliards d'euros.

Le 11 septembre 2001, le Pentagone, siège du secrétariat de la Défense et de l'état-major général des armées des Etats-Unis, a été en partie dévasté par l'écrasement d'un avion piraté par des terroristes. Cet attentat est intervenu alors que le Pentagone faisait l'objet du plus gros programme de rénovation en cours dans le pays. Après 55 ans de service, ce bâtiment considéré comme l'un des plus grands immeubles de bureaux au monde (1) était détérioré au point qu'il a même été envisagé de le fermer ! Il doit essentiellement sa survie au classement de sa façade et à sa desserte idéale à Washington.

S'il impacte l'extérieur de l'édifice (construction d'une gare routière, d'une plate-forme de service...), le programme concerne essentiellement l'intérieur du Pentagone. « Il consiste à enlever toutes les entrailles du bâtiment pour n'en conserver que le squelette », se plaît à dire le directeur du projet, Walker Lee Evey, soulignant par là que le temps n'a pas eu d'effet sur l'infrastructure en béton. « Il vise à remplacer, en les descendant dans un tunnel technique, tous les systèmes de ventilation, de chauffage et de lutte contre le feu, les réseaux électriques, d'éclairages et de télécommunications. Il faut aussi réorganiser l'espace en installant des cloisons mobiles, ajouter 50 ascenseurs... » Surtout le bâtiment doit totalement être désamianté. L'amiante est en effet omniprésent dans le plâtre des plafonds, les conduits d'aération, les tuyaux et les revêtements de sol. Ce point a déterminé le découpage du programme en cinq ailes (voir croquis), phases nécessaires à l'évacuation par roulement des 25 000 employés du site.

Un budget réévalué à 4,15 milliards d'euros

La première étape des travaux a consisté en l'installation d'un nouveau système de chauffage et de climatisation qui dessert le bâtiment depuis un local enterré au centre du site. La modification des sous-sols a ensuite démarré. Celle-ci doit permettre par abaissement des plafonds la création d'un entresol entre le rez-de-chaussée et le premier étage, ajoutant à terme plus de 97 000 m2 au Pentagone !

« Cette réhabilitation était achevée depuis peu dans la première aile quand s'est produit l'attentat. Un autre challenge s'est alors engagé : celui de démolir puis reconstruire tout ce qui avait été touché dans la partie nommée Phoenix », explique Walker Lee Evey qui accorde à cette catastrophe un point « positif » : la multiplication par 4 de son budget initial (à 4,15 milliards d'euros) et la réduction - malgré le surplus de travail - d'autant d'années la durée du chantier. Celui-ci est supervisé par Hensel Phelps Construction Co (ailes 2 à 5) épaulé des cabinets Shalon Baranes Associates, HDR Architecture Inc, Southland Industries et Mc Dean. C'est le groupe Amec qui s'occupe de l'aile 1 et de « Phoenix » avec une trentaine de sous-traitants.

D'un programme de rénovation « classique », ce chantier est devenu une priorité nationale au même titre que « ground zero » à New York. Avec cette particularité : « Contrairement à nos habitudes, tout notre budget sera dépensé. Les entrepreneurs ont carte blanche pour faire ici ce qu'il existe de mieux pour le demi-siècle à venir. »

(1) 1 129 525 m2 répartis sur cinq étages, l'immeuble a été construit en 1941.

PLAN : Le nouveau phasage du programme, après l'attentat

Aile 1 : oct. 2001-mars 2003 ; Phoenix : oct. 2001-nov. 2003 ; aile 2 : oct. 2001-nov. 2005 ; aile 3 : nov. 2005-oct. 2007 ; aile 4 : oct. 2007-oct. 2009 ; aile 5 : oct. 2009-déc. 2010 (En vert sur le croquis, l'état d'avancement du projet). Débutée en octobre 2001, la démolition de Phoenix n'a pris que 4 semaines et les 122 000 m2 endommagés dans l'attentat sont déjà reconstruits avec, fin avril 2002, la couverture du bâtiment ! La majorité des travaux sera symboliquement achevée au 11 septembre 2002 (photo du bas).

Un chantier entièrement géré par informatique

Depuis 1996 une société spécialisée, A/E Data Integration, supervise l'informatisation du programme. Son président, William E. Skinner, explique que l'opération partait mal : « La numérisation et la réactualisation des plans n'a pas été facile car il n'existait aucune coordination entre les services. Celui qui voulait tendre un câble de téléphone le faisait, au point que le réseau dépasse aujourd'hui les 96 000 km de long ! » C'est MicroStation de Bentley Systems qui a été retenu. « Nous ne l'avons pas imposé car ce qui nous importait était de recevoir des fichiers au format DGN. La moitié des entreprises utilisait AutoCAD mais a migré sans problème sur MicroStation. L'avantage est de pouvoir, à terme, centraliser dans une seule base de données plus d'1 million de fichiers graphiques et 5 millions alphanumériques. Ces documents sont aujourd'hui produits et échangés par un millier d'utilisateurs. Certes des plans en papier circulent toujours, mais l'objectif est de tout dématérialiser à la fin de l'aile 2. »

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur