En direct

Rennes: un repreneur pour l’immeuble BPO
Inauguré en 1990, l’ancien siège de la banque bretonne, réalisé par l’agence ODBC, se démarquait notamment par ses façades en double vitrage vissé suspendu. - © © Stéphane Couturier

Rennes: un repreneur pour l’immeuble BPO

nathalie bougeard |  le 13/05/2016  |  ArchitectureIlle-et-Vilainebpo

La FRB Bretagne et la Capeb, associées au conseil régional, vont acquérir ce bâtiment récompensé par douze prix d’architecture. Conçu par les architectes Benoît Cornette(1) et Odile Decq, cette construction représentative du courant high-tech était menacée de destruction depuis l’été dernier.

Odile Decq a le sourire. À la rentrée 2019, les apprentis du centre de formation aux métiers du bâtiment intégreront cet ancien centre administratif, inoccupé depuis deux ans et implanté à Montgermont à quelques kilomètres de Rennes. «C’est une très belle issue. Je trouve ça formidable que les apprentis du bâtiment et leurs enseignants s’y installent; ils pourront toucher du doigt toutes les innovations de cette construction», s’enthousiasme-t-elle. Même son de cloche d’Hugues Vanel, président de la FRB Bretagne: « Que les apprentis qui apprennent les gestes de leur métier soient dans ce site exceptionnel nous réjouit. Nous en avions marre qu’ils soient relégués au fin fond des zones industrielles».

Pourtant, quand en juin dernier, la banque informe Odile Decq qu’un permis de démolir va être déposé, l’issue semble inéluctable: le bâtiment inauguré en 1990 et couronné en 1996 d’un Lion d’or à la Biennale de Venise est vide depuis deux ans et en vente depuis 2009. En outre, il coûte cher à l’entreprise. L’acquéreur potentiel préfère détruire l’ouvrage. Convaincue que ce bâtiment marque une étape dans l’architecture, Odile Decq se mobilise: «Je ne suis absolument pas pour la sauvegarde systématique des bâtiments. Mais celui-ci comporte des éléments qui démontrent sa singularité. Par exemple, sa façade en double vitrage suspendu ou encore sa structure métallique alors qu’à l’époque, en France, il n’y en avait que pour le béton».

Une mobilisation «à la bretonne»

D’où la pétition «Save the BPO’s building» qui reçoit la signature de 1 100 personnes dont cinq prix Pritzker(2) et aussi celle du président de Rennes Métropole. Un soutien important car cette propriété privée échappe aux règles de protection du patrimoine. «François Goven (inspecteur général de l’architecture et du patrimoine au ministère de la Culture, NDLR) a diligenté une expertise, nous avons entendu le propriétaire et pris contact avec la maire de Montgermont et le président de Rennes Métropole. De fait, pour imaginer une solution différente, le soutien des élus locaux est nécessaire», explique Jean-Loup Lecoq, directeur régional des affaires culturelles. De son côté, la Plateforme, association locale qui promeut la qualité architecturale, adresse une lettre aux élus bretons. Politisé, le dossier a plus de chances d’aboutir.

À l’étroit sur son site de Saint-Grégoire, le CFA via les professionnels qui siègent au conseil d’administration est intéressé. Reste à trouver l’argent. À cette manœuvre délicate, Hugues Vanel et son homologue de la Capeb convainquent le conseil régional de Bretagne, financeur de l’apprentissage. «Finalement, la branche professionnelle et la collectivité vont financer à parts égales», précise-t-il. Et d’ajouter: «C’est une mobilisation «à la bretonne». En outre, si la BPO ne raisonnait qu’économiquement, nous n’aurions pas pu sauver le bâtiment».

Un cabinet d’architecture vient d’être mandaté pour des études préliminaires pour envisager les travaux à prévoir. Des travaux nécessaires pour transformer un immeuble de bureaux en établissement recevant du public mais aussi parce que le système de ventilation est dégradé.

Sur son terrain de près de 4 hectares, l’immeuble d’Odile Decq et de Benoît Cornette pourrait rouvrir ses portes à la rentrée 2019 et accueillir 1 100 apprentis. Convaincu que la mutualisation est profitable et pas seulement pour des raisons financières, Hugues Vanel espère convaincre les Compagnons du devoir de rejoindre l’aventure.

Commentaires

Rennes: un repreneur pour l’immeuble BPO

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX