En direct

« Renforcer les compétences des architectes »

 Propos recueillis par Nathalie Moutarde |  le 24/01/2014  |  Collectivités localesArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Architecture
Valider
RÉGION -

Elu à la tête de l’ordre régional des architectes en novembre 2013, Jean-Michel Daquin présente ses futurs grands objectifs.

Quelles sont vos priorités pour les trois ans à venir ?

J’ai trois priorités qui sont intimement liées. D’abord, il s’agit toujours et encore de défendre l’intérêt public de l’architecture. Il doit être partagé par tous les acteurs du cadre de vie et ne pas être contourné, encore moins dans une période où la demande sociale et politique de construire plus, plus vite et moins cher, est forte. Pour garantir cet objectif, et j’en viens à la deuxième priorité, il faut replacer l’architecte au cœur du processus de construction. Ce n’est plus toujours le cas, avec, par exemple, le tiers des commandes en maîtrise d’ouvrage publique passé en conception-réalisation. Enfin, il faut renforcer les compétences. La profession ne peut exiger le respect de l’intérêt public de la création architecturale et la reconnaissance de sa position centrale dans l’acte de construire, si, dans le même temps, elle ne renforce pas ses compétences. Je vis cette dernière priorité comme une urgence.

Pourquoi ?

L’évolution de la demande exige d’être plus performant. Le renforcement des compétences passe par la formation et la mise en place de structures mieux adaptées aux réalités de la commande et du process de réalisation des projets. Aujourd’hui, un architecte ne peut plus travailler seul. La mise en partage du savoir-faire apparaît comme la meilleure réponse à la complexification du métier.

Vous avez présidé la commission des marchés publics créée en 2011. Quel est son bilan ?

La commission a été saisie 180 fois par des architectes contestant, ou simplement s’interrogeant, sur des conditions d’appels d’offres. Les thèmes traités portent sur le détournement des règles de procédures, l’absence de primes dans les Mapa, la faiblesse de celles-ci dans les concours… Le temps passé à dialoguer avec les maîtres d’ouvrage publics a permis d’améliorer les pratiques. C’est pourquoi nous allons créer une commission dédiée à la maîtrise d’ouvrage privée, également conçue comme un lieu d’échanges et de dialogue. Certaines pratiques nous préoccupent comme le découpage entre maîtrise d’œuvre de conception et d’exécution ou l’arrêt de la mission de l’architecte au permis de construire.

Comment les architectes vivent-ils la crise ?

La crise est vécue difficilement par l’ensemble de la profession dans sa diversité. Les mutations en cours remettent en cause les conditions d’exercice et les pratiques professionnelles. Les architectes ne peuvent pas espérer d’amélioration de leur situation dans le statu quo. Il faut anticiper, être acteur. En particulier, les décrets d’application de la loi MOP doivent être actualisés. Sinon, ses obligations seront de plus en plus ignorées au détriment des architectes. Il ne faut pas non plus rater le train de la révolution numérique. L’ordre a vocation à garantir l’intérêt public, mais aussi à proposer des modalités nouvelles pour y parvenir.

PHOTO - 773095.BR.jpg
PHOTO - 773095.BR.jpg - © Sindbad BONFANTI

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur