En direct

Renforcer l'isolation pour diminuer le chauffage

FRANCOISE VAYSSE, FRANCOIS SAGOT |  le 10/10/1997  |  Maison individuelleProduits et matérielsEquipementRéglementation techniqueEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Maison individuelle
Produits et matériels
Equipement
Réglementation technique
Europe
France entière
Immobilier
Logement
Technique
Valider

-Il est possible de réduire de 20 % les déperditions sans remettre en cause le système constructif traditionnel.

Les trois quarts des déperditions thermiques s'échappent par l'enveloppe d'une maison : murs, planchers, toiture, vitres, porte d'entrée (voir ci-dessous). Le renforcement de l'isolation du bâti constitue donc le moyen le plus simple pour diminuer les consommations de chauffage.

Pour André Pouget (1) du bureau d'études du même nom, auteur d'un ouvrage sur la thermique, « si c'est une hérésie dans le collectif de diminuer de 20 %, le coefficient de déperdition thermique (GV) par rapport à la valeur réglementaire en gardant une isolation par l'intérieur, en revanche, dans l'individuel, on est capable d'atteindre cette valeur, tout en restant dans un optimum technico-économique et en traitant les ponts thermiques ». Un avis partagé par Guy Hermelin président du groupement du mur manteau (G2M) pour qui « le développement des techniques d'isolation par l'extérieur dans la construction de maisons individuelles, même si elles présentent des avantages indéniables, se heurte à des habitudes de pose fortement ancrées dans les entreprises ».

Il semble toutefois qu'une diminution supérieure à 20 % des déperditions est difficile à atteindre avec des constructions traditionnelles de type murs porteurs en blocs de béton préfabriqués avec isolation rapportée par l'intérieur. Elle se heurte en effet, à un problème technique d'homogénéité de l'isolation (ponts thermiques) et économique d'amortissement de l'investissement, compte tenu des gains d'énergie escomptés. Pour atteindre des valeurs supérieures, il faut alors s'orienter vers des constructions sèches ou un système d'isolation par l'extérieur.

Un seuil à GV -20 %

Stéphane Ducatteau de MI SA (2) explique la démarche adoptée par le constructeur : « nous avons réussi à diminuer le GV de 15 % voire 20 %, afin d'être conforme au label Promotelec « confort électrique », en remplaçant la ventilation simple flux par une ventilation hygroréglable et en renforçant l'isolation des planchers, des combles, des murs ».

Le guide Qualitel « habitat performant » résume le choix offert aux constructeurs : soit augmenter les épaisseurs de doublage soit améliorer la performance du matériau de doublage, de façon à ne pas perdre de surface habitable. Pour renforcer l'isolation, il est également possible d'agir sur les parois vitrées en préférant un vitrage faiblement émissif, des menuiseries isolantes aux performances homogènes avec celles du vitrages et en prévoyant un système d'occultation (voir ci-dessous).

(1) André Pouget est auteur avec Sylvie Charbonnier et Catherine Parant, d'un « guide de la thermique dans l'habitat neuf », paru aux Editions Le Moniteur. (2) Maisons individuelles SA .

SCHEMA :

L'isolation du bâti constitue le moyen le plus simple pour diminuer les consommations du chauffage.

SCHEMA :

Il est possible de diminuer les déperditions des fenêtres en choisissant un vitrage faiblement émissif, des menuiseries isolantes et en prévoyant un système d'occultation.

Isoler par l'extérieur pour rénover une maison

Fortement développée en Allemagne, la technique de l'isolation par l'extérieur n'est utilisée, en France, que pour la rénovation. Elle est retenue par les particuliers pour améliorer le confort de leur habitat et pour rénover les façades. Elle intervient souvent après le remplacement des menuiseries par des châssis dotés de double vitrage. Eric Ressy de la société FCA spécialisée dans la rénovation de pavillons, remarque que « la mise en oeuvre de l'isolation par l'extérieur suppose des travaux annexes comme le déplacement des gouttières, le rallongement des appuis de fenêtres voire des modifications de toiture. Ces travaux parfois complexes nécessitent une formation de façadier ». L'un des handicaps de l'isolation par l'extérieur est lié à l'esthétique des façades : en recouvrant d'un « manteau » de 6 à 8 cm de polystyrène les murs, les éléments de décoration disparaissent. C'est pourquoi des fabricants comme STO (ici pour cette maison à Suresnes), proposent des profilés en fibre de verre capables de recréer une modénature.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur