En direct

Relance de la construction :  la FFB demande une
Jacques Chanut, nouveau président de la FFB, - © Thomas Gogny / Le Moniteur

Relance de la construction : la FFB demande une "carotte fiscale" au gouvernement

Adrien Pouthier |  le 21/08/2014  |  TechniqueBâtimentMeuseEtat

En réponse à l'interview du président de la République François Hollande accordé au journal Le Monde dans lequel il confirmait avoir demandé au gouvernement de préparer un nouveau "plan de relance" du secteur du logement, le président de la FFB, Jacques Chanut a insisté jeudi 21 août sur l'importance de mesures fiscales fortes.

Dans un entretien accordé au journal Le Monde, François Hollande a annoncé avoir demandé au gouvernement de préparer un nouveau "plan de relance" du secteur du logement, qui "touchera à la fiscalité, aux procédures et aux financements".

Pour le président de la Fédération française du bâtiment, Jacques Chanut, c'est sur l'aspect fiscal qu'il faudra insister : "Il manque une carotte fiscale" et "on n'évitera pas des mesures fiscales fortes pour redonner confiance à ce marché", a estimé Jacques Chanut au micro de la radio BFM Business, jeudi 21 août. "Il faut un choc suffisamment fort pour que la psychologie se débloque", a-t-il ajouté, autrement dit, pour redonner confiance dans ce marché.

Primo-accession

Comme il l'avait expliqué au Moniteur.fr au mois de juillet à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre à Matignon (lire notre article), c'est la primo-accession qui permettra de relancer la machine selon le président de la FFB. "Pour arriver aux 500.000 logements (construits par an, ndlr) promis par François Hollande, il faut faire 130.000 primo-accédants par an", alors qu'"il y en a eu 37.000 l'année dernière", a observé Jacques Chanut. Ce n'est "pas un problème de taux (d'emprunt) mais un problème d'apport", a-t-il expliqué.

Pour le résoudre, il avait notamment évoqué avec le Premier ministre une réforme du prêt à taux zéro : "il faut un différé de remboursement plus long pour permettre de solvabiliser au maximum les jeunes ménages. Aujourd’hui 5 ou 7 ans ce n’est pas assez.  Il faut au moins 10-15 ans. Un différé de remboursement plus long permet en effet que la somme qui leur est prêtée peut être considérée comme un apport  par les banques. Cela peut réellement débloquer rapidement les choses. », avait-il expliqué au Moniteur.fr

Parmi les "mesures qu'il faut annoncer dans le mois qui vient", Jacques Chanut a également préconisé une mesure de "solidarité intergénérationnelle" afin de donner la possibilité d'acheter et louer entre ascendants et descendants.


 

De nouvelles mesures de relance, oui, mais quid des anciennes ?

Dans un article intitulé "La tension monte dans l'immobilier et le logement", le site d'information économique LesEchos.fr, donne jeudi 21 août la parole à des élus qui s'interrogent sur la mise en place et l'efficacité des nombreuses mesures déjà existantes.

Ainsi, sur la mise à disposition du foncier de l’Etat, que le quotidien n'hésite pas à qualifier de "fiasco" :  "J’ai alerté sur le problème mais ça n’a pas eu l’air de déranger les préfets d’Ile-de-France? !, tempête, exaspéré, le député (PS) de la Meuse et président du mouvement HLM Jean-Louis Dumont. Que font le préfet de région et le gouvernement?? Avant même des mesures de relance, si on mettait en œuvre les outils dont on dispose déjà, la situation s’améliorerait nettement?!"

Sur les leviers de la loi Alur : "lors de l’examen du projet de loi Alur sur le logement l’an dernier, nous soutenions le transfert à l’échelon intercommunal des plans locaux d’urbanisme, il avait été voté par l’Assemblée nationale et la ministre a préféré y renoncer pour ménager le Sénat?!?", regrette amèrement Michel Piron, député Union des démocrates et indépendants et l’un des grands experts de l’urbanisme à l’Assemblée."

Et sur le Grand Paris du logement, c'est la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann qui s'inquiète : "Personne n’en parle, mais quand on fait le bilan des contrats­ de développement territoriaux signés avec les élus locaux pour réaliser le Grand Paris, on s’aperçoit que le nombre de logements programmés autour des gares du Grand Paris est inférieur de 15?% à 25?% à celui prévu par le schéma directeur définissant les 70.000 logements à construire, et on voit que la part des bureaux a été augmentée d’autant?!"?

Lire l'intégralité de l'article

Commentaires

Relance de la construction : la FFB demande une "carotte fiscale" au gouvernement

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX