En direct

Réinventer Paris : l’aventure se poursuit pour 75 équipes
Carte des sites retenus - © © www.reinventer.paris

Réinventer Paris : l’aventure se poursuit pour 75 équipes

Marie-Douce Albert et Nathalie Moutarde |  le 13/07/2015  |  Réinventer ParisParisArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Réinventer Paris
Paris
Architecture
Valider

Nouvelle étape pour l'appel à projets urbains innovants « Réinventer Paris ». Parmi les 372 équipes ayant déposé un dossier de candidature à la mi-mai, 75 sont admises à remettre une offre définitive courant novembre. La Ville a retenu trois à quatre groupements pour chacun des 23 sites parisiens à réinventer.

La liste des équipes retenues pour la phase 3 de l'appel à projets urbains innovants « Réinventer Paris », lancé en novembre 2014,» est désormais connue et consultable sur le site reinventer.paris. Sur les 372 groupements ayant déposé un dossier de candidature en mai -parmi les 815 ayant manifesté leur intérêt-, la Ville en a sélectionné 75, qui sont donc autorisés à poursuivre la compétition. Elle a retenu trois à quatre équipes pour chacun des 23 sites parisiens à réinventer « pour qu'ils deviennent des modèles de la ville du futur en matière d'architecture, de nouveaux usages, d'innovation environnementale, d'écoconstruction ».


Caractère innovant du projet

Les jurys (un par site) se sont tenus entre la mi-juin et le 10 juillet, composés d'adjoints à la maire de Paris, de représentants de l'ensemble des groupes politiques du Conseil de Paris, des maires des arrondissements concernés et des villes voisines, d'experts associés à la Ville, de membres de la Commission du Vieux Paris et du Conseil parisien de la Jeunesse. « Les choix ont été assez consensuels, il n'y a pas eu de clivage politique », se félicite-t-on au cabinet de Jean-Louis Missika, adjoint en charge de l'urbanisme.

Les critères de sélection avaient été énoncés dans le cahier des charges de la consultation : le caractère innovant du projet, sa faisabilité économique, l'offre de prix, les qualités architecturales et d'intégration dans l'environnement, les caractéristiques environnementales, la cohérence entre la nature du projet et la capacité financière du porteur de ce projet. « Le fait que les équipes aient ou non associé des acteurs originaux a aussi été pris en compte », ajoute-t-on au cabinet de l'adjoint à l'urbanisme.

Les 23 lauréats connus en janvier 2016

Les équipes retenues doivent maintenant peaufiner leur projet en vue d'une remise des offres définitives la deuxième quinzaine de novembre. La sélection finale sera opérée par un jury international qui dévoilera la liste des 23 lauréats courant janvier 2016. « Notre souci maintenant est de voir comment permettre aux projets non retenus d'exister quand même à Paris. On ne voudrait pas que toutes ces idées s'évaporent », conclut-on au cabinet de Jean-Louis Missika.

Une sélection très diversifiée

Icade, Bouygues, Nexity, BNP Paribas, la Compagnie de Phalsbourg. Mais aussi Emerige ou Hines. Mais encore Eiffage ou Gecina : les valeurs sûres de la maîtrise d'ouvrage figurent dans la short-list diffusée par la mairie de Paris... Mais pas seulement. La Ville a aussi sélectionné des porteurs de projets plus alternatifs comme la fondation Architectes de l'urgence, pour le site de Buzenval, ou encore Habitat et Humanisme, l'organisme fondé par le père Bernard Devert, qui se positionne sur Ourcq-Jaurès.

Côté maîtrise d'œuvre, on constate aussi un panachage. Sont présents des architectes bien installés mais aussi des jeunes professionnels prometteurs. Parmi ces derniers, on remarque notamment les agences NP2F et Des clics et des calques, toutes deux lauréates de récentes sessions des AJAP. Sur les sites patrimoniaux tels que l'hôtel de Coulanges, on retrouve notamment les Architectes en chef des monuments historiques Alain-Charles Perrot et François Chatillon.
Mais y aurait-il compétition qui vaille sans « starchitectes » ? Quelques-uns sont bien au rendez-vous comme l'agence néerlandaise OMA, le Britannique David Chipperfield, le Japonais Shigeru Ban ou, pour la France, Dominique Perrault. Enfin, la volonté parisienne de promouvoir la végétalisation du bâti a attiré quelques références en la matière, tel que le pape des murs verts, Patrick Blanc, mais aussi les sociétés Topager et Les Fermes de Gally, spécialisées dans l'agriculture urbaine.

Commentaires

Réinventer Paris : l’aventure se poursuit pour 75 équipes

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 2

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 2

Date de parution : 11/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 3

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 3

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur