En direct

Réhabilitation - Un immeuble des années 1950 isolé par une enveloppe matelassée
PHOTO - 271900.HR.jpg - © PHOTOS : AGENCE VIGUIER

Réhabilitation - Un immeuble des années 1950 isolé par une enveloppe matelassée

philippe donnaes |  le 15/01/2010  |  EnergieArchitectureAménagementTechniqueRéglementation technique

La mise en œuvre d'une isolation par l'extérieur, protégée par une membrane, permettra d'améliorer les performances thermiques du bâtiment tout en lui donnant un aspect contemporain.

Un immeuble lyonnais, construit en 1958 à l'usage de parking puis surélevé en 1988 (R 6) pour recevoir des bureaux, connaît une nouvelle mutation. A l'extrémité de la ZAC de Thiers, face à la gare classée des Brotteaux, ce bunker de béton dénotait dans le paysage urbain composé d'immeubles neufs.

Lifting technico-architectural

Une solution aurait consisté à détruire l'existant pour reconstruire un bâtiment neuf. « Notre objectif est précisément de prouver, à travers cette opération, qu'il est possible de remettre le bâtiment dans l'époque, tant du point de vue architectural qu'en termes de performances techniques », explique l'architecte Jean-Paul Viguier. Tout en respectant les contraintes économiques et de délais. Un pari en passe d'être gagné puisque l'immeuble réhabilité, qui devrait être livré en septembre 2010, après douze mois de travaux, « affichera une consommation inférieure à 50 kWh/m².an, pour un coût du mètre carré divisé par deux en regard d'une opération neuve », révèle Blin Vose Trincal, directeur de projet à l'agence Viguier. Principale composante de cette réussite : la mise en œuvre d'une isolation par l'extérieur constituée de deux couches d'isolant rigide (2 × 10 cm) auxquelles viennent s'ajouter 10 cm de laine de roche pour donner à la façade un aspect « matelassé », un liner en polyoléfine venant envelopper l'ensemble. Ce revêtement polymère sera déroulé depuis le haut de l'immeuble, donc sans aucune coupure horizontale, la fixation s'effectuant en parties haute et basse au moyen de connexions mécaniques. Les lés seront solidarisés verticalement par soudage. Cet habillage matelassé sera mis en valeur par des boutons lumineux implantés dans l'enveloppe (et servant aussi de fixation).
Pour parachever le relookage architectural, une toile perforée, portée par une structure métallique légère tubulaire, elle-même fixée à la façade, viendra ceinturer le bâtiment comme un voile translucide. « Elle permettra de sortir l'édifice de son époque en lui redonnant une forme quadrangulaire, plus en adéquation avec les canons actuels, explique Jean-Paul Viguier, le bâtiment d'origine présentant des coins coupés caractéristiques des années 1950. » La toile dépassera en toiture afin de dissimuler la couverture existante en tuiles rouges et de conférer au bâtiment une image contemporaine.

Recherche environnementale

« De nuit, le bâtiment sera vu en fantôme à travers le voile translucide grâce à la mise en lumière des façades, poursuit Blin Vose Trincal, l'ensemble participant à créer l'illusion d'un ouvrage neuf. »
Autre point remarquable au plan thermique : les baies en aluminium anodisé seront équipées de ventelles de 25 cm de large permettant de rafraîchir le bâtiment durant la nuit tout en interdisant toute intrusion. Un dispositif de rideau extérieur, piloté par la GTB, assurera la protection solaire en fonction de l'orientation.
Côté production énergétique, la partie sud de la toiture sera équipée de capteurs photovoltaïques intégrés au bâti (90 m² de tuiles), produisant jusqu'à 11 470 kWh/an. Un ensemble de mesures qui rendront le projet éligible au label BBC (bâtiment basse consommation).
Côté éclairage, le patio central existant sera abaissé d'un niveau (de R 3 à R 2) pour accroître la part de lumière naturelle, une verrière permettant également d'apporter un éclairage naturel zénithal au niveau R 1. Les bureaux seront par ailleurs éclairés par des mâts individuels intégrant une cellule infrarouge de détection de présence et gradation automatique selon un seuil paramétrable. Enfin, les eaux pluviales récupérées alimenteront le jardin aquatique réalisé par l'aménageur de la ZAC. -

Fiche technique

- Maîtrise d'ouvrage : Sofilo. Assistance à maîtrise d'ouvrage : Coteba. Assistance à maîtrise d'ouvrage HQE : Oasiis. Maîtrise d'œuvre : Jean-Paul Viguier SA d'architecture. BET structures/fluides : Agibat Ingénierie. BET environnement : SE et ME. BET économie : Sletec. BET acoustique : Génie Acoustique. Bureau de contrôle : Socotec. Coordonnateur SPS : Alpes Contrôles.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%

Commentaires

Réhabilitation - Un immeuble des années 1950 isolé par une enveloppe matelassée

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX