En direct

Réhabilitation et cycle de vie : l’acier indéfiniment
La possibilité de totalement recycler l’acier constitue un atout considérable en matière d’environnement, d’autant que cette opération n’altère en rien les propriétés du produit. - © Doc. D.R.

Réhabilitation et cycle de vie : l’acier indéfiniment

le 03/11/2010  |  DéchetsFrance TechniqueEnvironnement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Innovation
Déchets
France
Technique
Environnement
Valider

La possibilité de totalement recycler l’acier constitue un atout considérable en matière d’environnement, d’autant que cette opération n’altère en rien les propriétés du produit.

Dans une construction métallique, il est possible de tout récupérer et de tout recycler, à l’exception de certaines pièces noyées dans les fondations, en particulier si elles sont profondes, souligne Jean-Sébastien Thomas, d’ArcelorMittal. Qu’il s’agisse des poutrelles ou de toute autre pièce y compris les ronds à béton, chacune d’entre elles peut être renvoyée dans la chaîne de production où elle sera réutilisée pour une nouvelle confection d’éléments de construction. » Une récupération facilité par le caractère magnétique de l’acier. À titre de comparaison, cette opération nécessite pour l’aluminium des installations complexes faisant appel aux courants de Foucault.

La construction se nourrit donc des aciers issus d’autres usages et les utilise au minimum pendant quarante à cinquante ans quand l’automobile les recycle en moyenne au bout de dix ans, et les emballages au bout de six mois !

Des propriétés mécaniques conservées

Une réduction sensible de la durée de vie moyenne des constructions dans leur état initial montre l’importance croissante que prend le recyclage des matériaux dans notre économie. « Avant d’évoquer le cycle de l’acier, il faut rappeler que sa production s’effectue à partir de deux procédés, les hauts-fourneaux ou les fours électriques, précise Jean-Sébastien Thomas. Les premiers servent essentiellement à la production primaire, quand le fer est enrichi à l’aide de coke. Les seconds sont dédiés en particulier au recyclage des ferrailles. L’usage du four électrique réduit considérablement la pollution puisqu’en ordre de grandeur (0,4 t au lieu des 2 t de CO2 par t d’acier produit dans un haut-fourneau). De nombreux produits utilisés dans la construction (poutrelles, ronds à béton par exemple) sont élaborés majoritairement via des fours électriques. »

Autre avantage, aucune des propriétés d’origine de l’acier ne disparaît au cours des opérations de recyclage, en particulier ses qualités mécaniques. N’importe quel type d’ouvrage peut indifféremment être fabriqué à partir d’acier recyclé ou d’acier provenant de minerai de fer, quelles qu’en soient les caractéristiques.

Dix tonnes utilisées pour une tonne produite

« Le recyclage est une donnée culturelle de la filière acier, particulièrement bien rodée après plus d’un siècle d’existence. Et ce cycle, dans le cas de l’acier peut être considéré comme infini. » Une qualité exceptionnelle à laquelle aucun autre matériau ne peut prétendre. « Chaque cycle conduit toutefois à la disparition d’une partie du matériau qui n’excède pas 10 %. Ce qui fait dire que pour 1t d’acier produit en haut fourneau, 10 t d’acier sont de fait utilisées. »

Enfin, si l’on considère que le poids d’énergie grise lié à la construction est faible au regard de la consommation de la construction elle-même (moins de 20 % à cause du chauffage et de l’éclairage), à l’avenir, la banalisation du BBC – voire l’obligation de construire avec des performances énergétiques de très haut niveau – va équilibrer ces deux données. De fait, le cycle de vie des matériaux reprendra une importance significative. « L’acier sera alors d’autant mieux placé, souligne Jean-Sébastien Thomas. D’autant que la comparaison ne peut se faire de tonne de matériau à tonne de matériau mais bien de fonction à fonction : par exemple l’acier est en moyenne, a minima, six fois plus léger que le béton. Enfin, il ne faut pas négliger les parts d’eau et d’air dans le respect de l’environnement. »

Un taux de recyclage variable selon l’usage

Emballage : 67 % en France

Automobile : 95 %

Bâtiment : de 80 à 85% en fonction du type de produit

- Structures et bardage > 95 %

- Fondations : très faible, voire nul

- Dans le béton : environ 50 % des armatures

Quant au transport, qu’il faut bien sûr prendre en compte, il est peu impactant : « de l’ordre de 5 % » estime Jean-Sébastien Thomas.

Cet article fait partie du dossier

Technique

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur