En direct

Réhabilitation énergétique : un marché de 390 000 logements

claude mandraut |  le 31/01/2014  |  Collectivités localesBâtimentFrance entièreTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Bâtiment
France entière
Technique
Valider
Aquitaine -

Le document publié par la Cellule économique du bâtiment des travaux publics et des matériaux de construction d’Aquitaine (Cebatrama), avec le concours du bureau d’études La Calade, sur « Analyse du bâti aquitain et élaboration de stratégies de réhabilitation » montre que les professionnels de la filière auraient de belles perspectives. Encore faut-il que des solutions de financement soient mises en œuvre pour accompagner les travaux identifiés. En Aquitaine, 1,75 million de logements ont été recensés. Il apparaît que les maisons individuelles (68 % du parc) consomment 81 % de l’énergie totale des logements.

Scénario économiquement acceptable

La consommation moyenne d’énergie en Aquitaine par logement étant de 187 kWh/m².an, avec le facteur 4 fixé à l’horizon 2050, elle devrait passer à 50 kWh/m². an. La Cebatrama a essayé d’imaginer un scénario économiquement acceptable par rapport aux gains énergétiques. « Il faut déterminer où l’on place le curseur pour savoir si cela vaut la peine de continuer à rénover plutôt que de raser », commente Jean-Paul Goubie, président de la Cebatrama. Selon le scénario de la Cebatrama qui, en fonction des différents types de bâti, estime que l’on peut arriver à des consommations allant de 50 et 130 kWh/m².an, la réhabilitation lourde de 390 000 logements sur dix ans (2014-2023) représenterait 15,5 milliards d’euros de travaux, soit des besoins en financement de l’ordre de 10,2 milliards. Car actuellement, les travaux de réhabilitation énergétique « au fil de l’eau » ne dépassent pas 530 millions d’euros par an dans la région. Les ménages privilégient les changements de menuiserie et les équipements de chauffage. La Cebatrama préconise un recours plus important à l’isolation des façades et des planchers haut ou bas et l’intégration de la ventilation, de la régulation et des énergies renouvelables. Dans ces conditions, 10 500 emplois (en équivalent temps plein) devraient être créés ou maintenus dont 8 100 dans la pose, 2 000 dans la distribution et la production d’équipements et 600 pour l’exploitation et la maintenance.

PHOTO - 774032.BR.jpg
PHOTO - 774032.BR.jpg - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur