En direct

Réhabilitation Des bureaux convertis en logements en douceur
PHOTO - TECH 88 BURO 1.eps - ©

Réhabilitation Des bureaux convertis en logements en douceur

le 01/03/2007  |  LogementsArchitectureRéalisations

Un immeuble de bureaux à structure métallique datant des années 1970 est transformé en résidence pour étudiants. Diagnostic soigné de la structure, cloisonnement en plaques de plâtre et laine minérale, et pompe à chaleur lui permettront de réussir sa mutation.

Alors que tout le prédestinait à la démolition, l’immeuble créé en 1970 dans le quartier de la Perralière à Villeurbanne (Rhône) par Marcel Lods, Paul Depondt et Henri Beauclair, architectes, a finalement été sauvé. Le bâtiment de neuf étages, entièrement réalisé en structure métallique, subit actuellement une réhabilitation lourde en un ensemble de 270 logements d’étudiants. Initialement conçu pour un usage de bureaux, il doit satisfaire les exigences réglementaires en vigueur actuellement dans les établissements recevant du public et propres à sa nouvelle affectation.

« Compte tenu des contraintes de mise en conformité, ce projet paraissait insensé mais nous sommes en train de relever le défi », commente Pierre Nallet, maître d’ouvrage du projet. « Une des principales difficultés a été de s’assurer que la structure était en mesure de supporter les nouvelles charges d’exploitation du bâtiment », indique Joseph Noc, ingénieur du bureau d’études AEN. « Nous ne disposions d’aucun plan de construction. Seul le descriptif établi par le constructeur de l’époque faisait mention d’une surcharge admissible de 250 kg/m2.»

Structure modélisée. En première phase de diagnostic, le bureau d’études structure a procédé à un relevé sur site de l’ossature métallique du bâtiment. Les planchers sont supportés par des panneaux treillis tridimensionnels. Les solives en poutres-treillis espacées de 920 mm sont recoupées perpendiculairement par des entretoises également en poutres treillis espacées de 900 mm. A leurs extrémités, elles sont supportées par des traverses formant une trame rectangulaire d’environ 5 m par 5 m. Les charges apportées par les planchers sont alors transmises à des poteaux de type HEA, de section constante en façade et dégressive pour les files intérieures.

A partir de ces mesures, le bureau d’études a alors entièrement modélisé la structure pour vérifier les surcharges acceptables. « Le calcul que nous avons réalisé avec le logiciel Robot nous a ainsi permis de valider les hypothèses faites en 1970, autorisant une surcharge de 250 kg/m2 », précise Joseph Noc. Mais cette valeur admissible était insuffisante pour répondre aux nouvelles exigences du bâtiment. En effet, en définissant le projet des futurs logements, le bureau d’études a estimé que les charges prises en compte dans le calcul des planchers dépasseraient 300 kg/m2, dont 150 kg/m2 dus à la surcharge des appartements. Décidé à faire valoir la faisabilité de l’opération, le bureau d’études a alors fait réaliser des prélèvements pour définir la qualité des aciers mis en œuvre. « Les essais de traction réalisés sur les éprouvettes ont permis de démontrer que la contrainte de limite élastique était supérieure à 275 MPa », explique Joseph Noc. « La qualité de l’acier était donc supérieure à celle habituellement rencontrée au moment de la construction », ajoute-t-il.

Le diagnostic poussé de la structure s’est révélé fructueux. Aucun renforcement de structure n’a été nécessaire pour admettre la descente de charge du nouveau projet.

PHOTO - TECH 88 BURO 2.eps
PHOTO - TECH 88 BURO 2.eps

Commentaires

Réhabilitation Des bureaux convertis en logements en douceur

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur