En direct

Réforme de la formation : les pistes des employeurs

Caroline Gitton |  le 08/12/2017  |  ConjonctureApprentissage BTPformation continue

Trois DRH partagent leurs propositions au sujet de l'apprentissage, du compte personnel de formation et de la place des OPCA.

Le gouvernement veut aller vite sur la réforme de la formation. Un projet de loi « visant à la création de nouvelles libertés et nouvelles protections professionnelles » doit en effet être déposé avant le printemps prochain, pour une adoption d'ici à la fin de l'été. L'exécutif a tout d'abord confié à un groupe de travail le soin d'établir un diagnostic et de formuler, pour la fin janvier 2018, des propositions pour améliorer le fonctionnement de l'apprentissage. En contrepoint, les partenaires sociaux négocient actuellement sur la formation professionnelle : ils doivent, en principe, trouver un modus vivendi sous les mêmes délais.

Restaurer l'image de l'apprentissage

Les orientations du gouvernement : davantage de transparence en matière d'orientation des jeunes en apprentissage. C'est l'un des axes de la feuille de route de l'exécutif, dévoilée au mois d'octobre. L'objectif est donc de permettre aux étudiants de mieux connaître, en amont, les débouchés des formations qu'ils pourraient choisir. Il est également question de réformer les aides et la taxe d'apprentissage, afin « de mieux garantir les besoins de court et moyen terme des employeurs ».

L'avis de Laurence Bonnet, responsable RH du groupe Sogeclim (47 salariés)

« Quelque 80 % de nos effectifs sont issus de l'apprentissage.

Nous accueillons en moyenne, dans ce cadre, trois jeunes chaque année. Ils arrivent chez nous, pour la plupart, en échec. Il en irait sans doute autrement si on avait promu l'apprentissage plus tôt au cours de leur scolarité : il faut cesser de le présenter comme une voie par défaut.

Proposer du préapprentissage dès la classe de cinquième me semblerait une bonne solution. Nous souhaiterions par ailleurs verser librement la taxe d'apprentissage, en privilégiant ainsi les CFA dans lesquels nos jeunes sont formés.

L'idée ? Aider ces établissements à se moderniser : renouvellement du matériel, formation des équipes pédagogiques… Je me représente les fonds de la formation comme de l'argent qui dort : il faut l'utiliser pour en faire bénéficier les organismes concernés. »

Préserver la place des OPCA

Les orientations du gouvernement : les missions des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) seront-elles réduites ? Dans sa feuille de route, l'exécutif s'assigne en tout cas l'objectif de doter les actifs « de la capacité de se former de façon autonome », sans dépendre « d'un intermédiaire, quel qu'il soit ». Il entend encore « libérer les salariés de la complexité du système de formation » pour leur permettre, « de façon indépendante, de construire leur parcours professionnel grâce aux outils du numérique ».

L'avis d'Anouck Pauchard, responsable RH de Couserans Construction (55 salariés)

« Si l'on devine les intentions de l'exécutif, l'employeur pourrait se retrouver à rechercher des formations pour ses salariés sur une plate-forme informatique. Aujourd'hui, pour être prises en charge, nos formations doivent être validées par Constructys, l'OPCA du BTP, avec qui nous sommes liés par une convention de gestion et d'accompagnement. Nous entretenons avec notre conseillère régionale une relation de proximité : elle connaît notre entreprise et notre fonctionnement. Ses conseils sur le choix des organismes de formation, enrichis de retours d'expérience d'autres entreprises, et ses informations sur les aides existantes nous sont utiles. Ne plus bénéficier de l'appui de Constructys représenterait pour les employeurs une charge supplémentaire dans la gestion des RH et une régression pour notre profession, employeurs et salariés. »

Elargir la liste de formations éligibles au CPF

Les orientations du gouvernement : dans le document d'orientation remis aux partenaires sociaux, l'exécutif évoque la possibilité de revenir sur le système des listes de formations éligibles au compte personnel de formation (CPF). Car ce dernier « restreint les possibilités d'accès à la formation et rajoute un niveau de complexité supplémentaire à un ensemble déjà peu lisible ».

L'avis de Biljana Kostic, adjointe DRH chez Ingérop (1 700 salariés), représentante de Syntec Ingénierie à la Commission paritaire nationale de l'emploi (CPNE)

« Chez Ingérop, les collaborateurs commençaient à peine à s'habituer au droit individuel à la formation (DIF), qu'il a fallu passer au CPF. Ils se sont tout d'abord sentis enfermés, car les formations éligibles étaient surtout des formations certifiantes, même si certains ont pu suivre des formations longues de type MBA ou mastères spécialisés. Le CPF s'est ensuite ouvert aux cours de langues, puis au bilan de compétences. Nous souhaiterions avoir encore plus de liberté afin que les collaborateurs puissent actionner le CPF pour suivre des formations en lien avec leur métier. Pas moins de 2 000 dossiers sont traités chaque mois par l'OPCA de la branche Syntec, ce qui est un bon chiffre mais encore très loin des CPF potentiellement activables. La formation fait partie de nos orientations stratégiques depuis longtemps : nous y consacrons chaque année près de 4 % de notre masse salariale. »

PHOTO - 10315_650454_k2_k1_1565086.jpg
PHOTO - 10315_650454_k2_k1_1565086.jpg
PHOTO - 10315_650454_k3_k1_1565088.jpg
PHOTO - 10315_650454_k3_k1_1565088.jpg
PHOTO - 10315_650454_k4_k1_1565089.jpg
PHOTO - 10315_650454_k4_k1_1565089.jpg

Commentaires

Réforme de la formation : les pistes des employeurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur