Collectivités territoriales

Refonte de la fiscalité locale : ce qu’il faut retenir des journées de France Urbaine

Mots clés : Etat et collectivités locales - Fiscalité - Gouvernement

La rencontre entre élus des grandes villes et le Premier ministre s’est déroulée dans un esprit constructif. Après la ville de Nice, d’autres collectivités devraient signer les premiers pactes financiers.

Edouard Philippe n’était pas venu les mains vides le 5 avril à Dijon, aux deuxièmes journées nationales de l’association France urbaine que préside Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole. Le Premier ministre se savait attendu par les élus des agglomérations de plus de 200 000 habitants, opposés à la contractualisation financière avec l’Etat qui encadre les dépenses de fonctionnement des collectivités.

D’ailleurs, François Rebsamen, le président de Dijon Métropole lui a réservé un accueil plutôt froid : « C’est une entrave aux projets des collectivités locales (…) nous ne sommes pas demandeurs du retour à une quelconque forme de tutelle totalement contraire à l’esprit des lois de décentralisation. » Une position tranchée par rapport à celle du président de France urbaine, qui s’est dit attaché à la poursuite du dialogue...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X