En direct

Refaire la ville : six exemples Sartrouville La redécouverte des Indes

FRANCOISE VAYSSE, JEAN-FRANCOIS CALTOT, REMI CAMBAU, FREDERIC FELIX, RICHARD GOASGUEN, VERONIQUE DE JACQUELOT, CLAUDE MANDRAUT, JEAN-MARC MATALON |  le 11/06/1999  |  ImmobilierLogementsÉvénement

Sommaire du dossier

  1. Les usagers - Les jeunes: la nouvelle cible des HLM
  2. Les usagers - Les personnes agées: le nouveau concept de résidences en HLM
  3. Les usagers - Les démunis: quelle politique de logement ?
  4. Les nouveaux métiers - HLM: des emplois stratégiques
  5. Les zones tendues - Metz: l'Opac joue la technopole
  6. Les zones tendues - Pessac: à la recherche d'une cohérence
  7. Les zones tendues - Rodez: stratégie locale de développement
  8. Les zones tendues - Bourgoin-Jallieu: muscler le centre-ville
  9. Des missions de plus en plus diversifiées - L'accueil des populations spécifiques
  10. Des missions de plus en plus diversifiées - Les organismes d'HLM, acteurs urbains
  11. Des missions de plus en plus diversifiées - La réhabilitation: mission importante pour les organismes d'HLM
  12. Des missions de plus en plus diversifiées - La démarche qualité des organismes d'HLM
  13. Des missions de plus en plus diversifiées - L'activité immobilière des organismes d'HLM
  14. Offrir une gamme complète de services - Domotique: les locataires de l'Office de Pau sont satisfaits
  15. Offrir une gamme complète de services - Gestion de proximité: les ouvriers occupent les quartiers
  16. A la découverte du monde HLM - La marche forcée vers les services: garantir les prestations de base
  17. Offrir une gamme complète de services - Animation: un soutien aux projets des locataires
  18. Offrir une gamme complète de services - Insertion: de nouveaux gisements d'emplois
  19. Offrir une gamme complète de services - Suivi social: l'Opac de l'Ain recrute une conseillère
  20. Offrir une gamme complète de services - A la découverte du monde HLM
  21. A la découverte du monde HLM - 5 grandes familles
  22. Mission sociale des HLM - Les points de vue de Roger Quilliot,Yves Baise, Jacques Badet et Jacques Berké
  23. Mission sociale des HLM: les expériences - Insertion par l'économique
  24. Mission sociale des HLM - La grande peur du recentrage
  25. Mission sociale des HLM - Les chiffres du mouvement HLM: lente paralysie de l'accès au parc
  26. Mission sociale des HLM : les expériences - Logement des démunis
  27. Mission sociale des HLM: les expériences - Un bilan social voit le jour en Paca
  28. Mission sociale des HLM: les expériences - Gestion de l'habitat
  29. Quel ancrage social ?
  30. Le réancrage social des HLM
  31. Gestion locative : Boulogne-sur-mer : un exemple de démolition-reconstruction de maisons individuelles
  32. Gestion locative : La montée de la tension
  33. Gestion locative : La « réunion du mardi », baromètre social de la « Plaine du Lys »
  34. Patrimoine : Des logements neufs pour les démunis à Paris
  35. Attributions du label Qualitel HPE 3 étoiles
  36. Qualitel dans l'expectative
  37. Patrimoine : Le prix du PLA a progressé plus vite que l'inflation en région parisienne
  38. Patrimoine : La réhabilitation vulnérable
  39. Patrimoine : «L'état du patrimoine, premier facteur de préservation du lien social»
  40. Revirement sur la démolition
  41. Finances Comment faire face au coût du logement social ?
  42. Finances : Le très social est-il déficitaire ?
  43. Gestion locative Face à des occupants plus pauvres, la pratique évolue
  44. Patrimoine : La construction au ralenti
  45. SOMMAIRE DOSSIER HLM
  46. La dure loi de la demande
  47. Entretien LOUIS BESSON : « Différencier l'offre pour pouvoir proposer un logement à tous »
  48. Le congrès HLM de Marseille
  49. Un parc social mieux adapté aux ressources des plus modestes
  50. Vandoeuvre Réhabilitation par tranches d'une cité
  51. Nantes Restructuration d'un pavillon vétuste
  52. Marseille Fondations sur micropieux, parkings en rez-de-chaussée
  53. Où créer des logements sociaux ?
  54. Des solutions techniques pour baisser les charges
  55. Qualité d'usage : comment optimiser les plans
  56. TVA sur la réhabilitation du locatif social
  57. Orly Construire à moins 25 % : pari gagné
  58. Renouvellement urbain Les organismes d' HLM condamnés à réussir
  59. Entretien DANIEL LEBEGUE « Nous sommes prêts à passer à la vitesse supérieure »
  60. Un « Monsieur ville » chez 3F
  61. DANIEL GRANDE, directeur du GIE Villes et Quartiers
  62. Patrimoine Une échelle de risques chez Efidis
  63. Refaire la ville : six exemples Malakoff Cité du Million : une démolition-reconstruction à taille humaine
  64. Refaire la ville : six exemples Marseille Trois bailleurs remodèlent la cité du « Plan d'Aou »
  65. Refaire la ville : six exemples Sartrouville La redécouverte des Indes
  66. Refaire la ville : six exemples Eure Gestion dynamique du patrimoine : l'Opac colle au marché
  67. Refaire la ville : six exemples Bordeaux Une restructuration en douceur pour les « Hauts de Garonne »
  68. Refaire la ville : six exemples Meaux Un double pari : assainir les finances et sauver le patrimoine
  69. HLM Des solutions pour diminuer les charges
  70. EAU Une expérimentation sur les consommations
  71. CHAUFFAGE Isolation renforcée pour diminuer les coûts
  72. CHAUFFAGE Une photographie des charges des locataires
  73. COGENERATION Production de chaleur et d'électricité combinée
  74. Effectuer un audit de chaufferie
  75. L'apres-démolition
  76. Entretien avec Paul-Louis Marty, délégué général de l'Union sociale pour l'habitat
  77. Les architectes créent de nouveaux liens entre ville et habitat
  78. Logement social 800 000 « passoires thermiques » à rénover
  79. Mobilisation des régions Des financements indispensables pour boucler les réhabilitations thermiques
  80. Mobilisation des organismes La baisse des charges des locataires justifie les efforts
  81. Alsace CUS Habitat recherche l'efficience économique
  82. Savoie Albertville, pionnier de l'éco-prêt
  83. Philippe Tilloux, directeur de Périgueux habitat « Il ne faut pas se contenter de raisonner en réduction des charges »
  84. Picardie Oise-Habitat démarre sans aide la modernisation de trois immeubles
  85. Aquitaine La performance énergétique, axe stratégique d'Agen Habitat
  86. Bretagne Isolation par l'extérieur pour Aiguillon Construction
  87. Bretagne Des panneaux photovoltaïques comme brise-soleil chez Habitat 35

La restructuration - lourde - du quartier des Indes passe aujourd'hui pour être un succès.

Le quartier des Indes est un village de 5 000 habitants, répartis en hameaux dits « Neuilly », « Barbès » ou « les Tours ». Ses maisons se comptent en centaines de logements - 1 650 précisément -, regroupés au sein de dix-neuf bâtiments de quatre à treize étages pour les sept plus hauts. Les gens se connaissent : un quart d'entre eux sont arrivés à la création du quartier et ont vu naître, depuis vingt-cinq ans, la moitié de ses occupants. Les enfants fréquentent la maternelle du quartier ou traversent la rue Paul-Bert pour se rendre à l'école primaire ou au collège qui drainent également les quartiers avoisinants. A la frontière des Indes, de l'autre côté de la rue du Berri, certains pavillons ont été achetés par d'anciens occupants de la résidence. Tous se retrouvent pour prendre le bus ou le RER vers le centre-ville ou la Défense... 10 % de la population de Sartrouville habite le quartier des Indes qui a refusé de devenir un ghetto.

Des interventions multiformes du bailleur et de la municipalité

Venues des bidonvilles de Nanterre, dans les années 70, les premières familles ont sans doute apprécié le confort de leurs nouveaux logements. Depuis, les ouvriers de l'industrie automobile qui, à leur tour, avaient investi le quartier, ont déménagé. Et, en vingt ans, l'atmosphère des lieux, crise économique aidant, s'est complètement dégradée. La violence était devenue quotidienne, et les habitants souffraient de l'état de leur quartier quand la signature, en 1993, d'un « contrat de ville » a permis, au fil des ans, d'inverser progressivement la situation. A ce jour, 291 millions de francs de travaux ont déjà été réalisés, 25 millions sont programmés et 30 à 50 millions resteront à faire pour achever la rénovation du quartier. Le taux de rotation des logements s'est stabilisé de 7,74 % en 1992 à 8,94 % en 1998, tandis qu'il progressait de 5,81 % à 11,7 % sur les autres sites du Logement français, le bailleur, en zones urbaines sensibles. Le taux de vacance est de 2 % seulement, et les appartements libres sont attribués en priorité aux habitants du quartier. Ainsi, 22 petits logements en rez-de-chaussée ont-ils été créés pour permettre échange ou « décohabitation ».

En collaboration avec la municipalité, le Logement français a donc mené un programme multiforme d'interventions. Tous les bâtiments et leurs halls d'entrée ont bien sûr été rénovés. La dalle commerciale et son parking souterrain, transformés en « coupe-gorge », ont été cassés. Un « mail » est-ouest a été créé à la place, ainsi qu'une nouvelle voie, nord-sud, pour mieux relier le quartier au reste de la ville. L'environnement paysager des immeubles a été redessiné. On ne compte plus les arbres plantés, les bancs et les aires de jeux installés.

Pour sécuriser les habitants, le nombre de gardiens est passé, dès 1993, de 6 à 15. Chacun est installé dans une loge au pied de son immeuble et tient un relevé des incidents. Des « agents de tranquillité » sont en cours de recrutement pour assurer, la nuit, le week-end et les jours fériés, un service de proximité auprès des locataires à partir du mois de septembre prochain.

84 % des habitants estiment que le quartier s'améliore

Le bailleur a également cherché à soutenir la vie associative tout en favorisant l'installation d'équipements et de commerces sur le quartier. Tenu de montrer l'exemple, le Logement français a ainsi installé son antenne régionale, en 1994, rue du Berri. Quelques commerçants (pharmacie, boucherie, boulangerie, épicerie, pizzeria) l'ont suivi. Les vingt-six associations du quartier disposent, aujourd'hui, de 1 600 m2 de locaux, soit 1 200 m2 de plus qu'en 1993. La Caisse d'allocation familiale a ouvert, en décembre 1998, son antenne départementale sur place. Le quartier des Indes dispose aujourd'hui de services publics, tels une crèche, un point d'accueil PMI/Croix-Rouge, un pôle emploi-formation (PEF), bientôt repris par la municipalité, et un bureau information jeunesse (BIJ)... Par ailleurs, depuis 1993, trente-neuf contrats de travail ont été signés entre des jeunes de la résidence et les entreprises participant à la réhabilitation.

Selon une enquête, réalisée fin 1997 par l'institut Louis-Harris, à la demande du Logement français, 84 % des habitants du quartier estiment qu'il est en voie d'amélioration, 65 % se déclarent très ou assez satisfaits d'y vivre, 51 % le jugent sûrs contre 24 % qui le trouvent dangereux... Un sentiment diffus d'insécurité persiste toujours. Les enfants pourtant jouent à nouveau dehors au pied des immeubles quand une partie de leurs aînés parlent encore de « casser du flic ». Rien n'est jamais gagné. De façon plus positive, les occupants des tours jalousent les jardinières des immeubles bas, dotés de balcons, tandis que ceux de « Barbès » (au nord-ouest) envient ceux de « Neuilly » (au sud-est) parce que le pied de leurs immeubles n'a pas encore été réaménagé. D'ici à un an, la place Maurice-Audin qui marque l'entrée du quartier, aura également été refaite. Les habitants espèrent beaucoup y voir s'installer un marché. Le quartier revit.

PHOTO : La dalle a été cassée, un «mail» créé, ainsi qu'une nouvelle voie pour mieux relier le quartier au reste de la ville.

Commentaires

Refaire la ville : six exemples Sartrouville La redécouverte des Indes

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur