En direct

Reconversion De la fabrique de chocolat à l’école du paysage
PHOTO - archi425 blois travaux.eps - © Valérie de Calignon

Reconversion De la fabrique de chocolat à l’école du paysage

MILENA CHESSA |  le 16/11/2007  |  ArchitectureRéalisationsAménagementFrance entièreTravail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Réalisations
Aménagement
France entière
Travail
Travaux publics
Rénovation
Loir-et-Cher
Valider

Après une longue attente, l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois (Loir-et-Cher) s’est glissée dans la peau de l’ancienne chocolaterie Poulain. Une mutation réalisée en douceur par l’atelier d’architecture Canal.

Douze ans ! C’est la durée pendant laquelle l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage (ENSNP) de Blois aura campé sur la pelouse de l’école d’horticulture de la ville, dans des locaux préfabriqués « provisoires ». « N’étant pas une école de jardiniers, la campagne n’était pas notre place, estime Jean-François de Boiscuillé, directeur de l’établissement. L’ENSNP forme des ingénieurs qui auront la charge de concevoir le paysage urbain de demain, alors s’installer à présent dans une ancienne fabrique en centre-ville semble être une situation mieux adaptée », convient-il. Vœu enfin exaucé l’été dernier, à deux pas de la gare qui draine les 130 élèves venus de toute la France.

Seconde vie. L’ouverture de l’école donne une seconde vie à l’unique bâtiment subsistant de la chocolaterie Poulain, dont l’activité a été transférée hors de la ville en 1991. Une reconversion d’un patrimoine industriel du début du XXe siècle opérée de manière « attentionnée » par l’atelier parisien d’architecture Canal. D’une superficie de 4 500 m2, l’édifice se développe sur trois niveaux principaux, plus un pavillon avec terrasse en toiture. Sa structure en béton armé qui date de 1919, revêtue d’un parement en briques, révèle sa beauté nue dans les espaces intérieurs (voir ci-contre).

L’accès au hall d’entrée s’effectue depuis un parvis minéral et arboré, à travers sept portes métalliques vitrées. Le hall, vaste lieu de transit en contact direct avec la ville, peut servir de lieu d’exposition : son plafond se trouve agrémenté d’une longue barre d’acier orangée, sur laquelle viennent s’accrocher divers travaux. Les bureaux de l’administration logent discrètement en mezzanine, derrière la première rangée de colonnes « champignons ». Ils sont desservis par deux escaliers métalliques latéraux, et par une coursive munie d’un garde-corps aux vitrages teintés (intercalaire PVB vert).

Organisation spatiale.Le reste du bâtiment est scindé en deux, dans le sens de la longueur, par une « barrette » multifonction. Volontairement implantée dans la partie la moins éclairée, celle-ci abrite les locaux techniques, distribue les fluides dans les étages, et accueille les circulations verticales. L’architecte Patrick Rubin souligne que « la présence dans une même cage d’escalier de volées inversées, type Chambord, permet de doubler les issues de secours ».

Les salles de cours, ateliers et autres laboratoires bénéficient d’un éclairage direct en façade. « Dans l’école comme dans l’ancienne usine : ni faux-plafonds, ni faux-planchers, les réseaux restent apparents, raconte Patrick Rubin. Autre pratique historique à laquelle nous faisons allusion : celle de peindre la base des colonnes dans une couleur sombre, afin d’atténuer les traces de mains... autrefois pleines de cambouis ou de chocolat ! ». Ainsi, malgré le changement d’usage, l’établissement conserve un peu de sa mémoire.

PHOTO - archi425 blois hall.eps
PHOTO - archi425 blois hall.eps - ©
PHOTO - archi425 blois mezzanine.eps
PHOTO - archi425 blois mezzanine.eps - © Valérie de Calignon
PHOTO - archi425 blois couloir.eps
PHOTO - archi425 blois couloir.eps - ©
PHOTO - archi425 blois interieur classe.eps
PHOTO - archi425 blois interieur classe.eps - © milena chessa
CARTE - archi425 blois COUPE TRANS.eps
CARTE - archi425 blois COUPE TRANS.eps - © milena chessa
DESSIN - archi425 blois exterieur.eps
DESSIN - archi425 blois exterieur.eps - © Valérie de Calignon
CARTE - archi425 blois COUPE SCHEMA.eps
CARTE - archi425 blois COUPE SCHEMA.eps - © Valérie de Calignon
Restauration du plancher-champignon

De l’ancienne chocolaterie Poulain de Blois, active de 1862 à 1991, il ne reste aujourd’hui que l’atelier de fabrication bâti en 1919 par Paindavoine et Collignon. Ces deux ingénieurs-constructeurs parisiens y emploient, pour la première fois en France, un type de structure en béton armé inventé neuf ans auparavant par leur confrère suisse Robert Maillart : la dalle plate sans sommier, soutenue par des colonnes au sommet évasé dites « colonnes champignons ». Les éléments porteurs, hauts de 4,57 m, suivent une trame de 6,15 m x 6,83 m sur les trois niveaux de l’édifice, avec un diamètre qui s’affine d’étage en étage. Patrick Rubin, architecte chargé de la reconversion des locaux, énumère les travaux réalisés sur les colonnes du rez-de-chaussée : « reprise en sous-œuvre des bases à consolider, referraillage des diverses parties abîmées, replâtrage des fûts et des corolles, puis peinture ».

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : rectorat de l’Académie d’Orléans-Tours.

Maîtrise d’œuvre : Canal, atelier d’architecture (Patrick Rubin et Annie le Bot, avec Laurence Dronne, études et Uriel Ruleta, chantier). BET : Ibat (structures), Inex et Itecc (fluides).

Surface : 4 500 m2 HON.

Coût : 3,20 millions d’euros HT, hors ravalement.

Principales entreprises : Gueble (gros œuvre, maçonnerie), Rodriguez (cloisons, plâtrerie), Eurodeco (peinture), Amec Spezia (électricité courants forts), Forclum (courants faibles), CMA Entreprises (menuiserie intérieure, serrurerie, miroiterie), SRS (revêtements de sols).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur