En direct

Recherche transfrontalière pour développer le photovoltaïque low-cost
Le photovoltaïque organique est peu coûteux mais fragile - © © Mitsubishi

Recherche transfrontalière pour développer le photovoltaïque low-cost

eric Leysens |  le 12/06/2012  |  Energies renouvelablesInternationalEuropeBas-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Energies renouvelables
International
Europe
Bas-Rhin
Valider

Le pôle Alsace Energivie lance le projet « Rhin-Solar » dont l'objectif est d'accentuer la recherche sur le photovoltaïque organique. Technologie permettant de se passer de silicium, elle est une solution low-cost pour transformer les rayons du soleil en électricité.

Les panneaux photovoltaïques organiques ne nécessitent pas de silicium. Ce sont les molécules qui captent la lumière et la transforment en électricité. Ils sont donc nettement moins coûteux que les solutions classiques. Mais, à ce jour, leur rendement, autour de 10 %,  est largement en dessous de celui des solutions utilisant du silicium cristallin, qui se situe au-dessus de 15%.

On trouve déjà du photovoltaïque organique dans notre quotidien comme par exemple sur des sacs à dos permettant de recharger son portable.

Mais le Pôle Alsace Energivie, dédié au bâtiment à énergie positive, souhaite que la technologie se démocratise dans le bâtiment.  C'est pourquoi il vient d'établir avec les entreprises ROWO et RBNano ainsi que le CNRS, l'Universités de Strasbourg, de Haute-Alsace, de Fribourg, le KIT-Karlsruhe et le CSEM-Bâle un projet de recherche baptisé « Rhin-Solar » dont l'objectif est de développer  l'énergie photovoltaïque organique.

« Pour être à même de rivaliser avec la Chine et les Etats-Unis dans le domaine du photovoltaïque,  il est indispensable d'unifier  la recherche », explique  Jean-Luc Sadorge, Directeur d'Alsace Energivie. Cinquante chercheurs, ingénieurs, doctorant et techniciens appartenant à des centres de recherche et entreprises de la vallée du Rhin, entre Strasbourg, Bâle et Fribourg travailleront sur le sujet.

Faible rendement et fragilité

«  Si le photovoltaïque organique a l'avantage d'être peu coûteux, il présente encore un rendement trop faible. Les scientifiques de « Rhin-Solar » vont donc chercher la bonne molécule et le meilleur agencement, précise Jean-Luc Sadorge. D'autre part, la technologie organique est fragile. Elle est par exemple très sensible à l'eau. Alors pour l'installer sur des toitures, il faut travailler l'encapsulage. »

Le pôle Rhin-Solar est doté d'un budget global de 4 millions d'euros, dont 1,7 million venant de l'Union Européenne via le programme Interreg IV Rhin-Supérieur et 550 000 euros venant de la Confédération suisse, des cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne.

Commentaires

Recherche transfrontalière pour développer le photovoltaïque low-cost

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur