En direct

RE 2020 : la filière gaz entre surprise et déception
- © PRIMAGAZ

RE 2020 : la filière gaz entre surprise et déception

A.P. |  le 25/11/2020  |  RE2020France Artisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Industrie
RE2020
France
Artisans
Valider

L'annonce par Barbara Pompili de la diminution drastique de l'utilisation du chauffage au gaz dans la construction neuve a laissé la filière pantoise. Par la voix de leurs présidents, l'Association française du gaz qui représente la filière et l'association Coénove qui promeut le gaz renouvelable dans le mix énergétique, ont fait part de leur déception.

"Pour être sincère, il y a deux sentiments qui dominent. Le premier c’est la surprise. Je suis surpris  notamment de la brutalité des annonces concernant les maisons individuelles. Et ce d'autant plus que la construction neuve est loin d’être l’enjeu prioritaire en matière de décarbonation. L’autre sentiment c’est la déception. Il est décevant que la mutation du gaz naturel vers le gaz renouvelable n’ait pas été prise en compte".

Bernard Aulagne, président de Coénove, association qui réunit les acteurs de la filière gaz autour des questions de performance énergétique et des énergies renouvelables, n'a pas cherché à cacher l'effet désagréable des annonces de Barbara Pompili sur la place donnée au chauffage au gaz dans la future RE 2020.

Un sentiment partagé par Patrick Corbin, président de l'AFG, le syndicat professionnel de l'industrie gazière française : "Nous sommes déçus de l'intention politique exprimée : la RE2020 prévoit la sortie du gaz dans le logement neuf ; dès l'entrée en vigueur des décrets en 2021 pour les maisons individuelles et à partir de 2024 pour les logements collectifs. Alors que le réseau de gaz naturel sera de plus en plus renouvelable à horizon 2050, le gouvernement fait fi des gaz renouvelables pour les logements neufs", a-t-il déploré dans un communiqué.

Sur le même sujet La réglementation environnementale 2020 sonne le glas du gaz dans les maisons neuves

Gaz renouvelable

"Pourquoi n’avoir fait aucune référence au gaz renouvelable ni à ce qu’il peut apporter ?", se demande aussi Bernard Aulagne. "C’est d’autant plus regrettable qu'il existe un projet, le projet méthaneuf (gaz renouvelable pour le logement collectif), qui est sur le bureau de l’administration depuis plus d’un an et qui n’a pas été pris  en compte. Alors qu’on flèche les efforts vers l’approvisionnement en gaz renouvelable de l’industrie et des mobilités, il y a de la place pour développer le biométhane dans le bâtiment, accompagné d’un vrai travail d’efficacité énergétique."

La filière, qui ne s'exprime pas sur un impact éventuel de ces restrictions sur son activité tient tout de même à alerter sur certaines conséquences économiques.

"Le débat concernant la pointe électrique reste central et devra être abordé", insiste ainsi Patrick Corbin. "En effet, bien que ces logements gagneront en efficacité énergétique, ils augmenteront la charge de la pointe, passant de 200 000 à 400 000 nouveaux logements à l'électricité chaque année."

Renchérissement

Pour sa part, Bernard Aulagne pointe, lui, le renchérissement des coûts de construction : "L'annonce d’une baisse du Bbio de 30% c’est extrêmement ambitieux. On doit être à -10, -15% actuellement. Cela va être très difficile à obtenir pour les constructeurs en termes de surcoûts."

Autre point nébuleux pour la filière : si l'AFG et Coénove ont apprécié la volonté affichée de ne pas favoriser le retour du chauffage électrique par effet joule, aucune mesure concrète n'a été annoncée, "notamment concernant le niveau du Cep nr, pour passer du vœu pieux à la réalité" pointe ainsi Bernard Aulagne. "Nous attendons des précisions quant aux critères permettant de l'exclure", confirme Patrick Corbin.

"Quoi qu’il en soit, conclut Bernard Aulagne, la filière gaz va se mobiliser pour montrer qu’elle peut être au rendez-vous de la construction neuve."

Commentaires

RE 2020 : la filière gaz entre surprise et déception

Votre e-mail ne sera pas publié

D'joe

28/11/2020 10h:00

Je trouve complétement absurde et irresponsable l'annonce de Pompili !!! L'électricité n'est pas une énergie propre comme ils veulent nous l'imposer et vu l'état actuel de réseau électrique Français il y aura beaucoup de problème. Ils sont contre le nucléaire mais refusent de développer les énergies renouvelables, hydraulique par exemple, pour la fabrication de l'électricité. Le gaz à toute sa place dans le logements neuf, souvent moins onéreux avec un pouvoir calorifique bien supérieur.

Votre e-mail ne sera pas publié

DF CHAUFFAGISTE 60

29/11/2020 07h:24

LES KHMERS VERTS MINORITE BRUYANTE IDEOLOGUES LES ECOLOS NOUS IMPOSE DES CHOIX POLITIQUES ON SUPPRIME LE FIOUL ET VOILA LE GAZ AVEC DES CONSEQUENCES GRAVE SUR L EMPLOI CES 150 LOUFOQUES N ON AUCUNE LEGITIMITé CONSTITUTIONNELLE EN FRANCE NOUS N .AVONS PAS DE PETROLE MAIS NOS ELITES ont des IDEES POUR FAVORISER LE TOUT ELECTRICQUE LE LOBBY EDF ATTAQUE NOTRE PROFESSION ON LACHERA RIEN EDF EN CAS DE GRAND FROID EST INCAPABLE DE G FOURNIR LES KW ON MARCHE SUR LA TETE LES ECOLOS MINISTRE VOUS ETES DECONNECTES DE LA REALITE ET HORS SOL BRAVO M BERNARD AULAGNE POUR VOTRE TRAVAIL DE FOND

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

(Ré)investir les toits

(Ré)investir les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil