En direct

Rapport Duron: réactions mitigées pour les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine
Le morcellement du Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), renvoyé aux calendes grecques, a provoqué l’ire d’Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine. - © © SNCF Réseau

Rapport Duron: réactions mitigées pour les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine

Orianne Dupont (Bureau de Bordeaux du Moniteur) |  le 02/02/2018  |  Etat

Le rapport Duron, rendu hier au gouvernement par le Conseil d’orientation des infrastructures (COI), liste les travaux prioritaires à effectuer sur le territoire. Dans le Sud-Ouest, si les lignes Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Dax et Montpellier-Béziers-Perpignan sont retenues, leur réalisation est considérée avec une nouvelle approche et les délais ne sont pas ceux envisagés par les collectivités locales.

Le COI a travaillé sur trois scénarios pour chacun des projets d’infrastructures avec des financements et des calendriers différents. Ils ont été envisagés avec des budgets de l’Agence de financement des infrastructures des transports de France (AFITF) de 48 milliards d’euros (scénario 1), 60 milliards d’euros (scénario 2) et 80 milliards d’euros (scénario 3), tous sur 20 ans. Ils correspondent à des calendriers avec des réalisations plus ou moins éloignées dans le temps: les scénarios 3 des projets de la région Occitanie, par exemple, prévoient des dates d’engagement des travaux pour 2023 ou 2027 quand ceux du scénario 1 pourraient démarrer après 2037.

Bordeaux-Toulouse en deux phases

La LGV Bordeaux-Toulouse est considérée comme prioritaire, mais sa réalisation serait phasée. «Le phasage doit permettre de commencer par les sections les plus utiles à la désaturation de la ligne existante», précise le rapport. Les premiers travaux seraient engagés sur la partie Toulouse-Agen. «C’est surtout sur la partie Bordeaux-Agen qu’il y a une saturation !» s’emporte Alain Rousset, le président de la région, qui se dit déçu des conclusions transmises hier à la ministre des Transports Elisabeth Borne. «On a une commission dans laquelle un technicien prérédige le texte sans cohérence avec les besoins du territoire et sans prendre en compte l’avis des premiers intéressés. C’est d’une désinvolture totale !»

En Occitanie, la mobilisation a payé

Plus mesurés, les élus de la région Occitanie semblent s’estimer heureux. «Alors qu’un certain nombre de projets sont reportés sine die, le rapport confirme l’utilité et la nécessité des infrastructures structurantes que sont les lignes LGV Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Béziers-Perpignan. La mobilisation de l’ensemble des forces vives de l’Occitanie a payé.» Ils estiment cependant que «La ligne LGV Bordeaux-Toulouse comme la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan doivent s’inscrire dans le scénario 3, le plus volontariste, du rapport.» Les élus de l’Occitanie demandent à être reçus par le président de la République avant l’écriture du projet de loi. Pour peser, la région Occitanie déclare également que «les pistes de financements nouveaux portées par les collectivités concernées auprès du gouvernement (taxe sur le transport routier en transit international dans la région, nouvelle répartition de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques et une taxe sur les bureaux liée à la valorisation du foncier induite par la LGV, NDLR) sont en grande partie reprises dans les préconisations du COI. Elles nous donnent raison sur le fait que ces deux projets sont parfaitement soutenables dans les années à venir, tout en maîtrisant la dépense publique.» Alain Rousset va également rapidement donner suite pour accélérer la réalisation des projets de sa région.

Bordeaux-Dax «reconsidérée»

Ce qui a déclenché l’ire du président de la région Nouvelle-Aquitaine hier, c’est la distinction entre les lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, cette dernière n’étant pas jugée prioritaire. «L’opportunité de la ligne nouvelle Bordeaux-Dax doit être réinterrogée à plus longue échéance» avec des travaux qui ne démarreraient pas avant 2037 dans deux des trois scénarios. «Le Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO) est morcelé, renvoyé aux calendes grecques, s’insurge Alain Rousset. Et il paraît incohérent de dire que le problème est financier alors que l’on s’assoit sur 1 milliard d’euros de crédits européens pour les lignes transfrontalières !» Pour la Nouvelle-Aquitaine, le GPSO est un ensemble qui fonctionne avec la ligne Tours-Bordeaux et ce projet n’a de sens que si les trois lignes sont réalisées. «Il y a un très bon taux de fréquentation sur les lignes vers Bayonne et Toulouse, note le président, ce «Y» devait rentabiliser la LGV. C’est sûr qu’en faisant par petits bouts, la ligne ne sera pas rentable.» L’autre point qui contrarie le président est le mur de camion entre Bordeaux et l’Espagne. «Je suis révolté face à la remise en cause de la nécessité du report modal pour les camions. Comment peut-on dire qu’il n’y a pas saturation quand seules 2% des marchandises entre la France et l’Espagne passent par le train ?»

Et cerise sur le gâteau, pour les élus des deux régions qui travaillent ensemble depuis plusieurs années pour la réalisation de leur projet commun, le COI stipule qu’«un calendrier de réalisation optimisé n’est envisageable (pour le GPSO, NDLR) que si l’engagement d’autres dépenses est sensiblement décalé, notamment la réalisation de la nouvelle ligne Montpellier-Béziers-Perpignan.»

La ministre des Transports Elisabeth Borne doit annoncer ses choix fin février. Un calendrier de réalisation de tous ces projets doit être inscrit dans une loi d’orientation des mobilités, prévue en avril.

Occitanie: autoroute Castres-Toulouse retenue

Parmi les grands projets d’infrastructures étudiés par le COI, la réalisation de la liaison autoroutière Castres-Toulouse fait l’objet d’un avis favorable des membres du conseil. «Ce projet d’autoroute est indispensable au développement du territoire», a commenté la présidente de la région Occitanie Carole Delga. Les scénarios 2 et 3 étudiés dans le rapport préconisent un engagement des travaux sur la période 2O18-2O22. Par ailleurs, le conseil confirme la nécessité pour l’Etat de participer à hauteur de 115 millions d’euros à la subvention d’équilibre. «La déclaration d’utilité publique doit être la prochaine étape à engager rapidement pour démarrer les travaux», a ajouté la présidente.

Nouvelle-Aquitaine: l’A63 concédée et le grand contournement de Bordeaux à l’étude

Le COI a intégré à ses projets prioritaires la mise à 2x3 voies de l’A63 entre Bordeaux et Salles avec une mise en concession autonome de cette partie, afin que l’Etat n’ait pas à supporter les 3OO millions d’euros de travaux. Autre projet évoqué qui a récemment fait débat à Bordeaux Métropole: le grand contournement de Bordeaux. Le COI recommande de poursuivre les études et la concertation, mais ne préconise pas d’engager sa programmation avant 2O38. Pour les projets liés à la route, Alain Rousset regrette que la mise en place d’un système de régulation sur la rocade pour le covoiturage ne soit pas proposée. C’est une mesure, qui, au vu de l’arrivée massive de population aurait pu, selon lui, enrayer la saturation de cette infrastructure.

Commentaires

Rapport Duron: réactions mitigées pour les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX