En direct

Rapport « Carto » amiante : les modes opératoires s’améliorent
L'OPPBTP et la DGT recherchent à présent des chantiers pour effectuer de nouvelles mesures en situations réelles en SS4. - © ©Tsuboya - stock.adobe.com

Rapport « Carto » amiante : les modes opératoires s’améliorent

Caroline Gitton |  le 01/07/2021  |  PréventionOPPBTPAmianteFrance Artisans

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Prévention
Vie du BTP
OPPBTP
Amiante
France
Artisans
Valider

Les résultats du rapport de « Carto amiante », mis à jour par l’OPPBTP le 1er juillet, montrent de faibles niveaux d’empoussièrement à cette substance. Quatre nouvelles situations de travail ont pu être appréhendées dans ce cadre.

 

Bonne nouvelle sur le front de la prévention contre le risque « amiante ». L’OPPBTP publie, ce 1er juillet, son troisième rapport de « Carto amiante », qui montre de faibles niveaux d’empoussièrement à cette substance.

Pour mémoire, lancé en 2014 sous l’impulsion d’un partenariat entre la DGT, l’OPPBTP et l’INRS, le projet « Carto amiante » vise à réaliser une cartographie de l’empoussièrement des interventions en sous-section 4 (SS4, entretien et maintenance sur matériaux ou produits contenant de l’amiante).


Nouvelles études menées sur les travaux de peinture

 

L’analyse et les préconisations de ce troisième rapport s’appuient sur 398 mesures d’empoussièrement réalisées sur les chantiers de 168 entreprises. La base de données, qui contient désormais 15 situations de travail, s’enrichit de quatre nouveaux cas de figure :

-l’application de peinture ou d’enduit sur peintures et enduits intérieurs ;
-la pose de toile de verre ou de papier peint sur peintures et enduits intérieurs ;
-la dépose de papier peint sur peintures et enduits intérieurs ;
-et le grattage manuel sur peintures et enduits intérieurs.

Le rapport fait donc état de faibles niveaux d’empoussièrement. Sur les 15 processus de travail exploitable, 13 présentent un niveau dit « 1 » (empoussièrement inférieur à 100 fibres/litres), tandis que les deux autres révèlent un niveau « 2 » (empoussièrement compris entre 100 et 6 000 fibres/litres).

Preuve, pour l’OPPBTP, qu’il existe des solutions opérationnelles simples qui, si le geste professionnel de l’opérateur est maîtrisé, dans le respect du mode opératoire de chaque situation, « permettent d’obtenir ces résultats encourageants ».


Cap sur des mesures en situations réelles en SS4

 

L’organisme de prévention souhaite à présent capitaliser sur la dynamique engendrée autour de sa campagne pour aller plus loin. L’OPPBTP et la DGT recherchent ainsi des chantiers pour effectuer de nouvelles mesures en situations réelles en SS4. Les employeurs sont invités à postuler via la plateforme dédiée www.carto-amiante.fr.

Pour mémoire, l’organisme de prévention a mis en ligne, en début d’année Les Règles de l’art Amiante, un site dédié aux interventions en SS4 qui propose des modalités d’intervention opérationnelles aux entreprises concernées sur la base de pratiques reconnues.

Commentaires

Rapport « Carto » amiante : les modes opératoires s’améliorent

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil