En direct

Ralentissement

le 02/12/2011

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider
Travaux publics -

L’été a été mitigé pour le secteur des travaux publics, après une activité assez soutenue au deuxième trimestre 2011. Sur les neuf premiers mois de l’année, les travaux réalisés ont ainsi progressé de 4,6 % (en euros courants) par rapport à la même période de l’année précédente. La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) signale d’ailleurs qu’en prenant compte de l’évolution de l’index TP01, la croissance a été nulle.
Le travail intérimaire, traditionnelle variable d’ajustement, reprend vigueur, progressant de 15 % depuis le début de l’année. Les heures travaillées par les ouvriers permanents n’ont augmenté, elles, que de 0,9 % sur la période. Au total, les heures travaillées ont crû de 2,5 % de janvier à septembre. Les effectifs ouvriers sont en retrait de 2,4 % sur douze mois.
Du côté des commandes, les marchés conclus subissent un véritable coup de frein, repassant sous les 2 milliards d’euros en septembre. Ce qui, après la forte progression enregistrée en août en raison de la signature du contrat de la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de la Loire, correspond à leur niveau du mois de mai.

GRAPHIQUE - 604925.BR.jpg
GRAPHIQUE - 604925.BR.jpg - © Source : FNTP
GRAPHIQUE - 604924.BR.jpg
GRAPHIQUE - 604924.BR.jpg - © Source : FNTP
GRAPHIQUE - 604923.BR.jpg
GRAPHIQUE - 604923.BR.jpg - © Source : FNTP
PHOTO - 605028.BR.jpg
PHOTO - 605028.BR.jpg - © BPCE
GRAPHIQUE - 604922.BR.jpg
GRAPHIQUE - 604922.BR.jpg - © Source : caisse d’épargne-AMF
« La voirie, toujours prioritaire, pourrait subir un étalement des projets »

« Notre baromètre financier des communes et communautés (Caisse d’épargne-AMF) indique que 51 % des maires veulent continuer à investir (56 % en 2010). C’est particulièrement vrai pour les communes de moins de 10 000 habitants. Dans un contexte déjà difficile, le niveau d’investissement, bien qu’en retrait, restera probablement élevé en 2011. Comme le montre le baromètre, les municipalités et intercommunalités ont conscience du poids de leurs investissements dans l’économie régionale. Elles savent quelles sont leurs priorités. Les dépenses telles que la voirie, le secteur scolaire et périscolaire, le soutien économique local, la gestion de l’eau et le développement durable resteront des enjeux essentiels (voir graphique). En période de crise, on peut comprendre un recentrage sur les dépenses d’investissement qui ont la plus forte valeur ajoutée économique. La situation étant très incertaine et le cadre financier plus contraint, leur obligation d’équilibre budgétaire sera plus difficile à atteindre en 2012. Les secteurs qui concentrent les plus grosses masses d’investissements pourraient souffrir d’un étalement des projets. Pour autant, certains, mûris depuis deux ou trois ans, vont entrer dans les faits pour pouvoir être achevés avant la fin de la mandature. L’impact de toutes les contraintes n’étant pas encore connues (péréquation, dépenses sociales…), nous serons mieux fixés début 2012 avec le vote des budgets locaux. »

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur