Immobilier

Qui veut les 500 millions d’euros du PIA 3 dédié à la ville durable ?

Mots clés : Démarche environnementale - Innovations

La Caisse des Dépôts a publié l’appel à manifestation d’intérêt nommé « Territoire d’innovation de grande ambition » du troisième programme d’investissement d’avenir (PIA 3) dédié à la ville durable. Les équipes ont jusqu’à la fin du mois de septembre pour candidater. Au total, une vingtaine de projets seront sélectionnés.

L’appel à manifestation d’intérêt (AMI) permettant de répondre au troisième programme d’investissement d’avenir (PIA 3) dédié à la ville durable a été publié sur le site de la Caisse des dépôts vendredi 24 mars. Nommé « Territoire d’innovation de grande ambition », ce PIA est doté d’une enveloppe de 500 millions d’euros répartie en deux volets.

50 millions sont alloués à « Anru + », un AMI lancé au début du mois de mars par l’Anru qui financera les opérations d’innovations développées dans les quartiers qui bénéficient du nouveau programme national de renouvellement urbain. Et 450 millions d’euros abondent l’AMI « Territoires d’innovation de grande ambition » publié par la CDC. Cette enveloppe se compose de « 150 millions d’euros de subventions et 300 millions de fonds propres dédiés aux prises de participations à venir », détaille Séverine Chapus, directrice de programme urbanisme et cohésion sociale au commissariat général à l’investissement.  

 

Jusqu’à 400 000 euros par projets

 

L’AMI est structuré en deux temps. D’abord, les porteurs de projets ont jusqu’au 28 septembre pour répondre à l’AMI. Les projets sélectionnés pourront alors répondre à l’appel à projets qui sera lancé au 1er semestre 2018. « Cela permettra d’affiner les projets et les consortiums », signale Séverine Chapus.

Car les équipes qui répondront à l’AMI devront être constituées de collectivités locales, d’entreprises et d’acteurs académiques. « Tous ces maillages sont compliqués à monter, procéder en deux temps permet d’améliorer le consortium et de spécifier les projets à développer, juge Séverine Chapus. Nous nous attendons plutôt à ce que les dossiers soient montés par des agglomérations plutôt que par des régions, dont le champ d’action est trop large pour porter ce genre d’initiatives. Par ailleurs, les dossiers doivent être au service de l’ambition opérationnelle du territoire, comme l’augmentation du reste à vivre des habitants, la ville durable et la santé, et s’inscrire sur des échelles territoriales différentes. »

Au total, une vingtaine de lauréats pourront bénéficier d’enveloppes allant jusqu’à 400 000 euros.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X