En direct

QUESTIONS À Robert Ostermann, directeur général d’Adia, réseau de travail temporaire et d’agences d’emploi
PHOTO - 140075.HR.jpg - © dr

QUESTIONS À Robert Ostermann, directeur général d’Adia, réseau de travail temporaire et d’agences d’emploi

Propos recueillis par Emmanuelle N’Haux |  le 27/11/2008  |  ImmobilierRéglementationDroit du travailFrance entièreTravail

« Nous allons étoffer notre réseau d’intérim d’insertion »

Quelles sont les répercussions de la crise économique sur votre activité ?

Comme nos confrères, nous subissons un décrochage de notre activité « intérim » d’environ 10 % depuis le mois de septembre. Et la visibilité pour 2009 n’est pas très bonne. En revanche, nos activités « placement » restent stables. Nous devons profiter de cette stabilité pour proposer à nos clients de recruter certains de nos intérimaires en CDD ou en CDI.

Compte tenu du contexte économique actuel, allez-vous poursuivre l’impatriation (*) de personnel intérimaire ?

Absolument. D’ailleurs, nous avons déjà 120 collaborateurs polonais et portugais dans notre réseau qui travaillent, pour 80 % d’entre eux, dans des entreprises de BTP. Ce sont essentiellement des ouvriers qualifiés sur des spécialisations très recherchées comme le coffrage, la charpente métallique ou encore l’électricité. Nous nous chargeons de les sélectionner, de les faire venir en France, de les loger et de les suivre pendant toute la durée de leur mission. Nous les accompagnons également sur les questions de sécurité sur les chantiers.

Quels sont vos projets pour 2009 ?

Nous allons doubler notre réseau d’intérim d’insertion en passant de 9 à 18 agences l’an prochain. Pour cela, nous nous appuierons sur le réseau de nos agences « classiques » en implantant au sein de ces agences une personne dédiée à l’insertion. Nous démarrerons par deux secteurs prioritaires ; le BTP et l’hôtellerie-restauration. Nous travaillons également sur la labellisation des CV des intérimaires passés par l’insertion qui intègrent ensuite le circuit de l’intérim. C’est un bon moyen de valoriser leur parcours.

(*) L’impatriation consiste pour une entreprise à faire venir un salarié étranger en France.

Commentaires

QUESTIONS À Robert Ostermann, directeur général d’Adia, réseau de travail temporaire et d’agences d’emploi

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX