En direct

QUESTIONS À Marcel de Proost, membre du conseil économique et social de la région Ile-de-France, auteur d’un rapport sur la transmission-reprise des TPE du secteur marchand en Ile-de-France.

Propos recueillis par Axelle Saada |  le 01/03/2007  |  France entièrePetites et moyennes entreprises

« Il faut mieux organiser l’information autour de la transmission reprise des TPE »

Dans le cadre d’un colloque organisé en janvier par le conseil économique et social de la région Ile-de-France, vous avez remis un rapport sur l’état de la transmission dans les TPE. Quels constats dressez-vous ?

La situation est aujourd’hui très préoccupante. En nous basant uniquement sur le critère de l’âge du dirigeant, nous estimons qu’il y a aujourd’hui en Ile-de-France 200 000 TPE potentiellement à vendre, ce qui représente environ 500 000 emplois. Mais au-delà de ces entreprises dont le dirigeant est en âge de céder, il faut également penser à toutes celles dont l’activité attire peu les repreneurs ou se prête peu à la reprise, celles qui n’ont aucun salarié et sont donc par nature plus difficilement cessibles ou encore celles dont les résultats rembourseront difficilement la dette de l’emprunt. Le secteur de la construction est largement concerné par cette problématique quand on sait que 98 % des entreprises de BTP comptent moins de 20 salariés.

Que faut-il faire selon vous pour faciliter la transmission de ces TPE ?

Il faut avant tout mieux organiser l’information sur ce thème, non seulement auprès de l’ensemble des acteurs, mais plus spécifiquement en direction des cédants potentiels. Il faudrait également mettre en réseau l’ensemble des capteurs et producteurs d’informations, comme l’APCE, l’Insee, les chambres consulaires ou les organisations professionnelles, qui disposent tous de fichiers, sans qu’il y ait de correspondance entre eux.

Vous préconisez également la mise en place d’outils de suivi. De quoi s’agit-il ?

Il faut effectivement positionner correctement la place de la région et construire des outils de suivi des actions et d’évaluation des orientations prises. Rappelons par exemple que les actions « Cap Entreprise », mises en place par la région, ne toucheraient que 2 % des artisans concernés par la transmission ! Cette évaluation permettra non seulement de mesurer l’impact des actions menées par le passé, mais également de définir les conditions d’une nouvelle politique.

PHOTO - gest88 oeil deproost.eps
PHOTO - gest88 oeil deproost.eps

Commentaires

QUESTIONS À Marcel de Proost, membre du conseil économique et social de la région Ile-de-France, auteur d’un rapport sur la transmission-reprise des TPE du secteur marchand en Ile-de-France.

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur