En direct

QUESTIONS À… Jean Maegey, président de Fibois Alsace

Propos recueillis par Olivier Berthelin |  le 04/09/2008  |  ImmobilierEnvironnementFrance entière

« Les scieurs locaux méritent l’attention des pouvoirs publics »

L’implantation d’une scierie géante de hêtres à Epinal suscite beaucoup d’émotion en Lorraine. Comment réagissez-vous ?

Nous sommes moins directement touchés que nos confrères lorrains, car dans la construction, la matière première est beaucoup moins sollicitée que dans l’énergie. Mais nous demandons aux pouvoirs publics de ne pas avantager ce nouveau concurrent par rapport aux scieurs locaux qui font de gros efforts d’investissement.

Nos entreprises, qui dépassent rarement les 100 salariés, envisagent des regroupements afin de moderniser les outils de production. Cette démarche se développe surtout dans le secteur des bois reconstitués, où nous nous trouvons en position de faiblesse par rapport à la concurrence. Face à la frilosité des ménages et des banques, nous espérons que la région Alsace poursuivra ses efforts en faveur de la construction à haute qualité environnementale.

Quelles autres perspectives les acteurs de la filière forêt-bois ont-ils tracé lors de la récente assemblée générale de Fibois Alsace ?

Avec nos partenaires des cinq régions du grand Est, nous suivons avec une grande attention l’évolution de la ressource dans le domaine du bois énergie. Nous voulons éviter sur le long terme une pénurie de matières premières. Avec des efforts sur une gestion durable de la forêt et en favorisant l’approvisionnement des circuits d’approvisionnement courts, nous avons bon espoir d’y arriver. Mais la politique des transports routiers à travers le massif vosgien nous inquiète. Nous craignons que les tarifs du tunnel Henri-Lemaire ne découragent les transporteurs. D’un autre côté, les restrictions d’horaires touchant les camions ne correspondent pas aux besoins des entreprises.

Comment comptez-vous lutter contre la pénurie de main-d’œuvre qualifiée ?

Nous avons engagé des rencontres avec les proviseurs des lycées pour envisager avec eux des actions destinées à revaloriser les métiers du bois. Grâce à l’ENSTIB d’Epinal (*), nous ne manquons pas d’ingénieurs mais nous souffrons d’une pénurie de cadres moyens. Nos entreprises familiales ont besoin de collaborateurs capables de piloter les études comme les chantiers de montage.

(*) Ecole nationale supérieure des technologies et industries du bois.

PHOTO - EST JMaegey67.eps
PHOTO - EST JMaegey67.eps

Commentaires

QUESTIONS À… Jean Maegey, président de Fibois Alsace

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur