En direct

QUESTIONS À… Gilbert Guignard, président de la fédération française du bâtiment de l’Indre

Propos recueillis par Jean-Jacques Talpin |  le 23/08/2007  |  ConjonctureIndreFrance entière

« Les entreprises déstabilisées par les hausses de prix »

Vous venez d’être réélu à la tête de la FFB de l’Indre alors que la situation du bâtiment a rarement été aussi bonne.

C’est vrai, le secteur se porte plutôt bien. Dans ce petit département de 230 000 habitants, nous avons réalisé l’an passé un chiffre d’affaires hors taxes de 485 millions d’euros, en hausse de 7,7 %, et créé près de 200 emplois nets. La tendance devrait se poursuivre grâce à une bonne visibilité sur le moyen terme et à un carnet de commandes moyen de cinq mois. Ce résultat est aussi le fruit des efforts et des initiatives des chefs d’entreprise qui ont adapté leur outil de production à la demande.

La rentabilité de vos entreprises a-t-elle suivi le même rythme ?

Hélas non, et cela pour cause des hausses fortes et durables des matières premières et des produits pétroliers que nos entreprises, déstabilisées, n’ont pu répercuter. Cette situation est particulièrement désastreuse dans un secteur où la culture du prix ferme chez les maîtres d’ouvrage est encore généralisée. Pourtant, les maîtres d’ouvrage doivent obligatoirement prévoir une clause de révision des prix pour les travaux de plus de trois mois. Nous sommes également inquiets car les Urssaf de la région Centre ont diffusé, fin 2006, leur intention de modifier l’assiette de cotisations dans le cadre du calcul de l’abattement de 10 %. Ce qui pourrait provoquer de lourdes charges supplémentaires pour les entreprises pratiquant l’abattement.

La situation de l’emploi est-elle en voie d’amélioration ?

Pas suffisamment, même si des efforts commencent à porter leurs fruits. Notre CFA est plein tandis que l’opération « un jeune, un métier, une entreprise », que nous avons lancée dans le Berry, est un véritable succès. Cette campagne a mobilisé 220 jeunes dont 105 se sont inscrits pour un entretien et 61 ont fait l’objet d’un parcours individualisé. Nous réussirons à intégrer 15 jeunes dans un emploi durable. C’est un premier résultat encourageant pour une opération que nous allons renouveler.

PHOTO - OUE-GUIGNARD
PHOTO - OUE-GUIGNARD

Commentaires

QUESTIONS À… Gilbert Guignard, président de la fédération française du bâtiment de l’Indre

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur