En direct

QUESTIONS À… DOMINIQUE DURON, président des Unions des producteurs de granulats du Puy-de-Dôme et d’Auvergne
PHOTO - RHo DOMINIQUE DURON 67.eps - © ch. camus/le moniteur

QUESTIONS À… DOMINIQUE DURON, président des Unions des producteurs de granulats du Puy-de-Dôme et d’Auvergne

Propos recueillis par Sylvie Jolivet |  le 04/09/2008  |  AllierCantalHaute-Loire

« Extinction de la production d’alluvions »

Treize sites ont participé à la première opération « Carrières à cœur ouvert » organisée en Auvergne. Quels étaient les objectifs de la profession ?

Faire prendre conscience aux décideurs et au grand public de nos difficultés d’accès à la ressource, de notre rôle fondamental dans l’économie régionale et du fait que nous avons évolué vis-à-vis de l’environnement.

Comment cela s’est-il passé pour votre site de Blot-l’Eglise dans le Puy-de-Dôme ?

Les gens sont habitués à voir notre carrière qui existe depuis l’après-guerre mais dont l’activité a progressé : en quatre ans, nous avons extrait l’équivalent des trente années précédentes. Ils sont venus nombreux et ont été étonnés de voir que l’on descend aussi profond et de trouver un système aussi industriel et aussi automatisé. Les élus se sont rendus compte qu’il s’agit d’une industrie lourde et d’investissements importants.

Quel a été le rôle des salariés ?

Ils se sont bien impliqués. Certains ont été formés par l’Unicem pour l’accueil des visiteurs auxquels ils ont expliqué tout le processus. Ceux-ci ont découvert nos métiers et les perspectives d’emploi.

Ces journées se sont déroulées en pleine révision des schémas départementaux de carrières. Où en est-on ?

Le schéma 2008-2017 du Puy-de-Dôme est bouclé. Trois jours après la publication de l’arrêté préfectoral, des associations ont déposé un recours, considérant que ce schéma ne prend pas suffisamment en compte la protection des cours d’eau. Conformément à la réglementation, il ne prévoit pas d’ouverture dans le lit des rivières : la production d’alluvions (2 millions de tonnes en 2006 sur une production totale de 5,5 millions de tonnes) devrait s’éteindre progressivement jusqu’en 2015. Comme il est très difficile d’ouvrir des sites, le département devra importer un volume équivalent de roches massives.

Ce problème se pose-t-il pour les trois autres départements dont les schémas sont en cours de révision ?

Dans l’Allier, il se posera dès 2010 mais les alluvions ne représentent qu’un quart de la production. Le Cantal et la Haute-Loire, qui sont déjà très importateurs, ne sont concernés qu’à la marge.

Commentaires

QUESTIONS À… DOMINIQUE DURON, président des Unions des producteurs de granulats du Puy-de-Dôme et d’Auvergne

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur