En direct

QUESTIONS À… Christian Surget président de la fédération régionale des travaux publics d’Aquitaine « S’il ne se passe rien, ce sera saignant »
PHOTO - 178901.HR.jpg - © dr

QUESTIONS À… Christian Surget président de la fédération régionale des travaux publics d’Aquitaine « S’il ne se passe rien, ce sera saignant »

Propos recueillis par BERTRAND ESCOLIN |  le 02/05/2009  |  France entièreCollectivités localesTravailAménagementFormation BTP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Collectivités locales
Travail
Aménagement
Formation BTP
Architecture
Valider

Quel poids économique et social représentent les entreprises de travaux publics en Aquitaine et comment affrontent-elles la crise ?

Nos 450 entreprises représentent 15 000 emplois locaux soit, en termes d’emploi, la sixième région française ! La brutalité du choc nous a surpris. Les carnets de commande ne se renouvellent pas assez vite. Mais pas question de baisser les bras surtout face à la baisse des prix, à la disparition des marges et aux tensions sociales qui fragilisent nos entreprises. Pour l’instant nos trésoreries sont encore saines, mais je crains de voir resurgir les prix anormalement bas et se corrompre le marché. J’en vois ici les prémisses.

Quelle peuvent être vos réponses et vos demandes ?

D’abord, ne pas céder à la panique, la meilleure façon de lutter contre le chômage est d’investir. En attendant les gros chantiers, d’ici à 2011, avec la ligne à grande vitesse (LGV) et le doublement de l’autoroute A63, il faut absolument que les collectivités locales dégagent le financement des petites et moyennes opérations qu’elles ont déjà programmées. C’est l’essentiel de notre activité à venir, pour sauver des emplois qui – c’est important – ne sont pas délocalisables.

Ensuite, il nous faut absolument garder ces employés que nous avons recrutés, formés, et à qui nous promettons une carrière. La relance viendra et il faut être prêts quand elle sera là. Nous demandons des travaux d’accompagnement de la relance, qui permettent d’assurer le raccord avec les grands chantiers à venir.

Voyez-vous quelques signes positifs ?

Nous avons besoin de procédures rapides comme les marchés à procédure adaptée (Mapa) qui alimentent les carnets de commandes. J’encourage les maîtres d’ouvrage à déclencher ces marchés, sans attendre, sur les projets de proximité : les besoins sont là ! Ce n’est pas le plan de relance qui nous fait problème, mais l’inertie apparente de quelques maîtres d’ouvrage. Que ce soient des marchés d’aménagement urbain, de voirie ou d’hygiène publique, certains élus n’ont peut-être pas pris conscience de l’urgence de les lancer au plus vite. En matière d’eau potable notamment, et d’assainissement, notre région est très en retard. Le réseau est vétuste. L’hygiène publique et le génie civil souffrent déjà, avec beaucoup d’ouvrages bloqués. S’il ne se passe rien dans les mois qui viennent, ce sera saignant.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur