En direct

QUESTIONS À… Catherine Greiveldinger, directrice régionale de Réseau de transport d’électricité (RTE) Sud-Est.

Propos recueillis par Rémy Mario |  le 01/03/2007  |  EnergieAlpes-MaritimesVar

« Des risques de rupture de l’alimentation »

Le projet de ligne très haute tension (THT) Boutre/Carros a été annulé l’été dernier, juste avant son lancement. Comment faites-vous face à cette situation ?

Nous allons lancer des solutions palliatives. Elles consistent à utiliser au maximum le potentiel du réseau existant, en procédant à une augmentation de capacité de la ligne 400 000 V, avec deux circuits entre Toulon et Nice, en installant un transformateur-déphaseur à Boutre pour sécuriser l’agglomération toulonnaise ainsi qu’une batterie de condensateurs dans les Alpes-Maritimes pour assurer la tenue de tension. Ces nouveaux équipements représentent 70 millions d’euros d’investissements en 2008 et 2009 et devraient nous permettre de faire face jusqu’en 2015.

Les énergies renouvelables et la maîtrise de la demande électrique peuvent-ils remplacer la création d’une nouvelle ligne THT ?

Absolument pas et même si celles-ci doivent être favorisées, elles n’auront d’impact que sur une petite partie de la consommation régionale qui, selon nos prévisions, va continuer d’augmenter de 1,5 à 1,7 % par an au cours des prochaines années. Le problème est que le réseau 400 000 V de Paca n’est pas bouclé et qu’il y a des risques importants de rupture de l’alimentation en cas d’écroulement de tension, d’avarie ou de feux de forêts, comme en 2003.

Il est donc indispensable d’augmenter la puissance apportée au nord, en passant de 450 MW à 1 800 MW à l’horizon 2015. Un point positif : le fort développement des projets de production électrique à Fos et à Lavéra, 5 000 MW, en liaison avec le nouveau terminal méthanier. C’est une avancée importante pour la sécurisation de la zone de Marseille.

Commencez-vous à étudier un autre projet ?

Nous entamons les premières réflexions. L’arrêt du Conseil d’Etat ne remet pas tout en cause : l’utilité publique du projet est confirmée ; les DUP des deux postes encadrant le site du Verdon ont été validées. Il y a donc une base à un futur projet de bouclage qui devra, dans tous les cas, s’inscrire hors du site classé du Verdon. La marge de manœuvre est étroite car, quel que soit le site retenu, il y aura des contraintes environnementales et une future ligne ne devra pas être trop éloignée de l’infrastructure actuelle, ce qui poserait de gros problèmes de raccordements.

PHOTO - MED greiveldinger catherine 88.eps
PHOTO - MED greiveldinger catherine 88.eps

Commentaires

QUESTIONS À… Catherine Greiveldinger, directrice régionale de Réseau de transport d’électricité (RTE) Sud-Est.

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur