En direct

QUESTIONS À… Armel Le Compagnon, président de la fédération du BTP de Haute-Loire
PHOTO - RAA34 Le Compagnon.eps - © Brigitte Cavanagh

QUESTIONS À… Armel Le Compagnon, président de la fédération du BTP de Haute-Loire

Propos recueillis par Vincent Charbonnier |  le 16/02/2006  |  ConjonctureImmobilierEntreprises

« Les entreprises doivent s’impliquer dans la gestion des compétences »

Votre assemblée générale du 17 février est centrée sur les prix. Pourquoi ?

Nous voulons défendre les augmentations de prix dans notre secteur, que certains trouvent injustifiées. Nous allons ouvrir le débat avec les maîtres d’ouvrage. Si les prix ont fortement augmenté depuis dix-huit mois, c’est à cause de la hausse du prix des matières premières, pas seulement de l’acier, mais aussi des ciments et des matériaux. Il nous faut également supporter l’augmentation répétée du Smic, les 35 heures, la législation sur la sécurité : le client doit payer sa part de sécurité sur les chantiers. Nous devons prendre en charge également le coût supplémentaire de la formation de la main-d’œuvre. On ne comprend pas non plus la progression des prix du foncier. Le Puy, ce n’est pas la Côte d’Azur. Tout cela pèse sur les marges des entreprises, qui n’ont pas augmenté, contrairement à certaines rumeurs.

Avez-vous toujours des difficultés à recruter ?

La situation n’a pas évolué. Il n’y a pas véritablement de pénurie générale de main-d’œuvre, mais uniquement de main-d’œuvre qualifiée. Les entreprises ont pris conscience qu’il n’y a plus de maçon qualifié en particulier, qu’elles doivent s’impliquer dans la formation et dans la gestion des compétences de leurs salariés à plus longue échéance. On ne demande plus à un salarié de savoir tout faire, mais d’être compétent dans certains domaines. Si on ne trouve pas ces compétences, on forme une personne en interne.

Comment se déroule le recrutement des femmes ?

Nous travaillons sur ce dossier en partenariat avec l’AFPA, l’ANPE, le conseil régional. Nous avons pour objectif de former une vingtaine de femmes, qui pourront intervenir sur les chantiers, d’ici à fin 2006. Nous organisons trois sessions de formation. Sur la quinzaine de femmes qui ont suivi un premier stage de préqualification, une dizaine sont retenues pour un stage de qualification. En avril, une deuxième session démarrera. Ces femmes suivent des formations de peinture, de carrelage, de montage de menuiserie. Elles s’intègrent bien dans les entreprises.

Commentaires

QUESTIONS À… Armel Le Compagnon, président de la fédération du BTP de Haute-Loire

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur