En direct

Quelques bons créneaux pour les PME

françoise vaysse, nicole salez, jean-michel gradt, patrice drouin, michel octernaud |  le 28/02/1997  |  ConjonctureÉvénementPetites et moyennes entreprises

Dans la grisaille des marchés, de petits coins de ciel bleu subsistent. Les PME qui ont su se positionner sur la quinzaine de marchés recensés par Le Moniteur restent ainsi à l'abri de la crise.

Triste paysage que celui du BTP qui tente de se maintenir dans la tourmente ! De quelque côté où l'on se tourne, ce ne sont que des évolutions négatives, ou proches de zéro, qu'enregistrent pour 1996 et qu'annoncent pour 1997 les professions, les pouvoirs publics et les experts des prévisions économiques.

Après une mauvaise performance « historique » l'an passé de -2,6 % (dont -4,4 % dans le neuf et -1,1 %, pour la première fois dans l'entretien-réhabilitation), l'évolution de la production du secteur, selon la FNB, devrait rester encore négative de 1,8 % en 1997 : le neuf enregistrera encore un -3,7 % et l'entretien-réhabilitation -0,2 %. Côté travaux publics, la situation est encore plus morose puisque, selon la FNTP, la production qui a chuté l'an passé de 7 % (-9 % dans les routes) devrait à nouveau régresser cette année entre -5 % et -7 %.

Toutefois, des secteurs ont échappé à la récession :

Dans les TP, les sociétés d'autoroutes continuent à investir pour entretenir et compléter leur réseau. Les terrassiers voient leurs activités se maintenir à belle cadence. D'importants travaux sont générés dans les canalisations et le traitement des eaux par le programme des Agences de l'eau et des collectivités locales.

Dans le bâtiment neuf, c'est le cas de la maison individuelle dont les mises en chantier ont progressé en 1996 de près de 4,5 % à 150 000 unités, en raison des retombées bénéfiques du prêt à taux zéro : une tendance qui devrait se poursuivre en 1997 avec un rythme qui resterait sur la ligne des 150 000 à 155 000 mises en chantier.

Dans le domaine de l'entretien-réhabilitation, les travaux des particuliers semblent bien orientés du fait des incitations fiscales touchant notamment tous types de travaux. En outre, la situation a tendance à se débloquer, semble-t-il, du côté des copropriétés, comme en témoignent un certain nombre de professions, après une longue période d'attentisme : les entrepreneurs attendent une progression de 1 % dans le secteur libre du logement. La situation est peu brillante dans le secteur non résidentiel : l'entretien enregistrerait cette année une production en hausse de 0,1 % seulement, poussé essentiellement par les travaux dans les universités, les lycées et les collèges.

Mais d'autres créneaux particuliers sont également porteurs : il en va ainsi de la restructuration de certains patrimoines de logements et de bureaux qui doivent être adaptés aux nouvelles donnes du marché ; ou encore de celle des grandes tours tertiaires dont le niveau des charges est devenu prohibitif. Des parts du vaste marché de la maintenance dans les bâtiments, sont reconquises par des entrepreneurs.

Certaines PME se sont centrées sur des travaux très spéciaux : par exemple, les travaux acrobatiques dans un bâti de plus en plus complexe... Tous ces entrepreneurs qui ont décidé de continuer à naviguer, malgré la tempête, au travers d'une quinzaine de créneaux, méritent un grand coup de chapeau.

Commentaires

Quelques bons créneaux pour les PME

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur