Culture

Quel avenir pour le dessin à l’heure du BIM?

Les architectes du patrimoine ne se préoccupent pas que de vieilles pierres. Une récente rencontre leur a permis d’interroger la pratique du dessin face à l’essor de la conception en BIM…

C’est le 10 février dernier que l’Association des architectes du patrimoine (AAP) a organisé pour ses adhérents, autour de l’exposition « Dessiner pour bâtir » aux Archives nationales (Paris), une table ronde sur la place du dessin dans la création architecturale contemporaine. Pour l’occasion, cinq intervenants aux profils variés avaient été réunis par son président, Rémi Desalbres : Alain Berthoz, neurophysiologiste, Alexandre Cojannot et Alexandre Gady, historiens de l’art et co-commissaires de l’exposition susmentionnée ainsi que les architectes Philippe Prost et Vassily Laffineur (associé de l’agence Renzo Piano). Contre toute attente, il ne fut nullement question du BIM comme d’une menace, mais plutôt comme d’une opportunité d’améliorer la conception. À condition toutefois de ne pas renoncer au primat du dessin, langage de l’architecture par excellence. […]

Lisez l’intégralité de l’article sur le site web des Cahiers Techniques du Bâtiment

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X