En direct

Quatre outils pour fidéliser les salariés

DOMINIQUE LE ROUX |  le 23/11/2001  |  Temps de travailDroit du travailImmobilierRéglementationTravail

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Temps de travail
Droit du travail
Immobilier
Réglementation
Travail
Valider

Primes d'intéressement, de participation, épargne retraite, PEE... Ces mécanismes permettent aux salariés de se constituer un complément de revenus ou une épargne gérée à moindres frais.

L'épargne salariale... qui n'en a pas entendu parler en 2001 ? La loi Fabius, du 19 février 2001, a incontestablement relancé le débat sur l'intérêt et l'opportunité pour les entreprises de créer un plan d'épargne entreprise (PEE). A ce jour, cela reste un débat d'initiés. Si l'on se réfère à notre sondage Le Moniteur/SMA-Vie BTP, 4% des entreprises du BTP ont mis en place un Plan d'épargne entreprise, principalement les grandes entreprises.

Pour Paul Maillard, spécialiste de la question, « l'épargne salariale offre aux salariés l'opportunité de se constituer une épargne pour réaliser des projets à moyen terme. Ce peut être la retraite, l'achat de la résidence principale, mais aussi la création ou la reprise d'une entreprise, le financement des études de leurs enfants. »

Les entreprises, elles, y voient un intérêt immédiat : qu'il s'agisse de l'intéressement, de la participation ou des sommes qu'elles versent dans le PEE, toutes ces sommes sont exonérées de charges sociales. Mais cela ne peut pas, et ne doit juridiquement pas, remplacer un élément du salaire, qui reste l'outil de motivation principal des salariés.

Notre sondage le montre clairement : quoi de mieux qu'une prime ou une augmentation de salaire pour récompenser les plus méritants. Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras, se disent les salariés et les syndicats. Mais les grandes entreprises ont enclenché le mouvement en développant, en marge de leur politique salariale, d'autres outils de motivation et de fidélisation de leurs salariés. Les cercles patronaux développent depuis plusieurs années le concept de « rémunération globale », associant à la classique rémunération d'autres avantages issus du contrat de travail : une prime de participation, d'intéressement, un PEE. Que les salariés se rassurent. Rien ne se fera en catimini. Le législateur subordonne la mise en place de ces différents dispositifs à l'ouverture de négociations dans les entreprises ou les branches professionnelles.

Pour motiver leurs salariés

53% des entreprises privilégient l'augmentation de salaires

43% versent une prime

2% mettent en place un système d'épargne salariale

1% propose un système d'épargne retraite

Les chiffres cités dans cet article sont issus du

sondage Le Moniteur/SMA-Vie BTP, réalisé par l'institut I+C en octobre 2001 par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 733 entreprises du BTP.

PHOTO :

NOTRE EXPERT : Paul Maillard est le vice-président de Fondact, une association créée en 1979 chargée de promouvoir l'épargne salariale, et conseiller de l'Association française de la gestion financière (AFG-ASFFI).

Cet article fait partie du dossier

EPARGNE SALARIALE

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil