En direct

Quatre étages en bois massif contrecollé pour un lycée parisien

Stéphane Miget |  le 03/07/2013  |  ImmobilierTechniqueBâtimentParisEducation

Sommaire du dossier

  1. Appartements en balcon sur un vallon
  2. Villas urbaines pédagogiques
  3. Internat passif pour lycéens actifs
  4. Le navire de bois du lycée maritime de Saint-Malo
  5. Les derniers défis du bois en construction
  6. Une nouvelle union professionnelle pour développer la construction bois
  7. Le bois prend enfin son envol
  8. Du bois dans tous ses états pour l’extension d’un lycée agricole
  9. La filière bois-construction trouve son salut dans la rénovation et l'extension-surélévation
  10. Pour rebondir, la construction bois convoite de nouveaux espaces
  11. Un manifeste de la construction bois à Epinal
  12. Le décret bois finalement abrogé : et maintenant ?
  13. Un centre commercial tout en bois : une première en France
  14. Les derniers verrous à faire sauter
  15. Un lamellé-croisé de hêtre
  16. Quand le logement social s’essaie au bois
  17. Le bois norvégien atteint des sommets
  18. La construction en bois poursuit son ascension
  19. Resconstruction d’un collège vosgien
  20. Une association pour favoriser le développement du lamellé-croisé
  21. Construction d’une maison à ossature bois en 10 étapes
  22. La construction bois travaille d'arrache-pied pour asseoir son statut de "filière stratégique"
  23. Un ensemble bois à énergie positive
  24. Le bois au carrefour d’un nouveau développement
  25. Rougier regroupe ses activités d’importation
  26. Surélever et rénover en toute légèreté
  27. Quand le pin veut réhabiliter la campagne
  28. Un bâtiment manifeste en porte-à-faux
  29. Un groupe scolaire rhabillé d’une résille pliée
  30. Extension sur pilotis pour la Cité des machines
  31. « La filière bois entre dans une logique d’innovation »
  32. Première tour passive R+7 de logements en bois
  33. Un concept de maison en bois à coût réduit
  34. La filière bois a désormais son comité stratégique
  35. CLT : des panneaux structuraux adaptés à toute construction
  36. La filière bois construction se met en marche
  37. Quatre maisons individuelles en bois
  38. Innovation et savoir-faire avec le bois local
  39. Bois massif et toiture végétalisée sur le chemin des écoliers
  40. La construction bois résiste (mieux) à la crise
  41. Structure bois inédite pour un immeuble de 10 logements
  42. Bois à tous les étages pour un « bâtiment image »
  43. Quatre étages en bois massif contrecollé pour un lycée parisien
  44. Logements R 7 à ossature bois
  45. Un rapport pour relancer la filière bois
  46. Innover avec des bois locaux
  47. Utilisation du bois dans certaines constructions
  48. Construction / bois Quantité minimale de matériaux en bois dans certaines constructions nouvelles
  49. Une icône architecturale pour la filière bois en Pays de la Loire
  50. Le Conseil constitutionnel rend le décret « bois » inapplicable
  51. Mélèze et épicéa, bien entendu !
  52. L’Inra choisit la forêt des Vosges comme ressource locale
  53. A l’école des cinq essences
  54. Un bois structurel aux qualités proches du béton
  55. Préfabrication pour une enveloppe efficace
  56. Un travail de précision autour de l’étanchéité à l’air
  57. Une chaudière gaz à condensation économe
  58. Une ventilation double flux performante
  59. Menuiseries double ou triple vitrage selon l’orientation
  60. Un immeuble de quatre étages à structure en bois massif
  61. La construction bois : épicentre de l’innovation
  62. Construction BBC en bloc bois à montage rapide et simplifié
  63. L’Entrepreneur TV – juin 2012 – La construction bois
  64. Surélévation-extension bois : requalification d'un pavillon des années 70
  65. Le bois perce sur tous les marchés
  66. «Les entreprises du bois doivent s'industrialiser sans devenir des industriels», Philippe Roux, président de l'Union charpente, menuiserie, parquet (FFB)
  67. Veiller à l’isolation acoustique entre logements
  68. Construction bois : un Forum pour des majors de plus en plus impliqués
  69. Introduction
  70. Création de France bois industries entreprises (FBIE)
  71. Le bois certifié prend racine dans la construction
  72. Une résidence étudiante en bois massif
  73. Des maisons de gendarmes à ossature bois
  74. Une maison en bois à doubles murs
  75. 4 modules bois pour un logement
  76. Chaniters Loire-Atlantique Techniques ancestrales pour une maison passive ossature bois
  77. Une maison passive en bois testée, mesurée et contrôlée pendant 5 ans
  78. Feuilleton 3/9 Maisons passives à ossature bois
  79. Maisons en bois à géométrie variable
  80. Guide de l’achat public éco-responsable Le bois matériau de construction
  81. Vers une pénurie du bois dans la construction !
  82. Le bois français va-t-il servir à chauffer les Anglais ?
  83. La filière bois-énergie menace-t-elle l’industrie du bois ?
  84. Un décret multiplie par 10 la quantité de bois imposée dans les logements
  85. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions
  86. Méthode de calcul du volume de bois incorporé dans certaines constructions (rectificatif)
  87. Bois : nouvelle méthode de calcul du volume incorporé dans les constructions

Rapidité d’exécution, légèreté, absence de déchets, réduction des rotations de camions pour les livraisons, parois intérieures à l’état brut. Autant de qualités qui ont conduit les concepteurs du nouveau lycée Sainte-Louise, dans 20e arrondissement à Paris, à retenir le bois massif contrecollé. Un chantier exceptionnel par son ampleur.

A quelques pas du parc de Belleville, dans le 20e arrondissement de Paris, le Lycée privé Sainte-Louise est probablement l’un des bâtiments à structure bois les plus importants de la capitale.


Les architectes du projet, Grégoire Claudel et Sophie Van Vlaenderen de l’agence Rouge Basilic, ont retenu le bois massif contrecollé pour les murs et les planchers et ce, sur quatre étages. Un choix à la fois esthétique et technique : « Après de longues études de fondations en raison de la proximité du tunnel Sncf de Belleville (petite couronne), explique Grégoire Claudel, le parti constructif s’est imposé naturellement. Ainsi on profite du sous-sol avec la création d’un gymnase en béton, de trois cages d’escalier qui viennent contreventer l’ensemble, des étages en bois (KLH) et une charpente métallique pour alléger le bâtiment et en accélérer la construction ».

Au plan esthétique, le bois reste visible à l’intérieur « pour une ambiance naturelle », tandis qu’il est, à l’extérieur, peu présent. En effet, la construction, dotée d’un système d’isolation thermique par l’extérieur, mixte les matériaux en habillage de façade : bardage bois, panneaux stratifiés, enduit minéral et zinc à joints debout.

Radier poids

Les panneaux bois doublés d’une structure métal ont apporté des réponses à nombre de problématiques, à commencer par l’allègement des fondations qui sont néanmoins spécifiques en raison du tunnel : « Il y avait un risque de soulèvement de la voûte du tunnel », explique Claude Bielakoff, directeur des travaux chez Rabot Dutilleul, ce qui a imposé une surveillance permanente avec un géomètre expert. » Au final, le terrassement sur sept mètres de profondeur repose sur un radier poids d’un mètre d’épaisseur. « Une partie de l’ouvrage est réalisée sur pieux avec angle de force pour échapper à l’impact sur le tunnel ».

Portiques métalliques

 

Concrètement, la partie bois du bâtiment, sur quatre étages, repose sur le gymnase et le premier étage réalisés en béton. Pour répondre aux vœux du maître d’ouvrage et de l’architecte qui souhaitaient des plateaux librement aménageables à l’intérieur avec des cloisons mobiles, l’entreprise de charpente a d’abord mis en place une structure métallique : « Nous voulions éviter les refends bois qui auraient figé les locaux », explique Grégoire Claudel.

« Les portiques métalliques toute hauteur et à longue portée, explique Fabien Barcque, gérant de Barcque Charpentes, assurent la reprise de charge et le contreventement, tandis qu’ils libèrent l’espace en remplaçant les murs de refend ». Portiques qu’il aurait été plus difficile de réaliser en structure bois : « Les sections auraient été trop importantes, donc nous aurions été obligés de placer des murs de refend en panneaux bois ». Ensuite, c’est un jeu de construction, ou presque : « Nous avons beaucoup travaillé en amont avec le fournisseur KLH, qui a collaboré aux études, aux fiches de taille et à la livraison avec plan de chargement. »

Difficultés d’accès

 

Car c’est là l’une des autres problématiques du chantier : « Un milieu urbain dense, avec des difficultés d’accès et un voisinage très attentif ». Dans ces conditions, la solution bois massif n’est pas sans avantage : « Pour la partie bois et métal, nous avons en tout 18 semi-remorques, 15 pour le bois et 3 pour le métal. Rien à voir avec un immeuble construit en béton banché où le nombre de camions-toupie est très important. Sans parler de l’absence de déchets et de la rapidité d’exécution – deux semaines par étage, reprend Claude Bielakoff. « 5000 m2 en deux mois, ça a donné un coup de fouet au chantier », se souvient l’architecte.

Acoustique

 

Reste un « détail » important sur lequel insiste le directeur des travaux et l’architecte après le retour d’expérience : « Il faut que les concepteurs aient une bonne connaissance du matériau pour bien préparer le chantier. Ici, nous avons eu à régler la problématique acoustique quasiment en cours de chantier en apportant un complément par chape acoustique et doublages spécifiques. Il y a un aussi un travail à mener en amont sur les incorporations techniques », détaille Claude Bielakoff. Ce que confirme l’architecte Grégoire Claudel : « Avec ce mode constructif, il y a une attention particulière sur l’acoustique et la transmission des bruits latéralement. Il a fallu, par exemple, renforcer les faux-plafonds ».

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Œuvre de Saint-Nicolas (75)
Maîtrise d’œuvre : Grégoire Claudel et Sophie Van Vlaenderen architectes Dplg, Rouge Basilic (75)
BET Structure : Arnould BE (08) / Sarl Oregon (94) 
Economiste : Voxoa (69)
Entreprise Générale : Rabot Dutilleul Construction (59)
Structure bois métal : Barcque Charpente (91)
· Typologie : école, collège, lycée
· Cout global de l’opération : 11,5 M €
· Date de début de levage : fin juin 2012
· Date de fin de levage : mi-septembre 2012
· Nombre camions bois : 15 camions
· Poids du métal / nombre camions : 50,88 tonnes / 3 camions
· Nombre d’ouvriers charpentiers : 4 ouvriers à temps pleins
· Essences du panneau massif contrecollé : épicéa
· Epaisseurs planchers bois : 200 à 230 mm
· Epaisseurs murs bois : 95 à 128 mm
· Structure métallique : IPE 240 à 270, HEB 200 à 600
· Thermique : isolation par l’extérieur
· Revêtement extérieur : enduit et bardage
· Structure zone 1 : 230 m3 de panneaux KLH
¨ 960 m2 de murs
¨ 690 m2 de planchers
· Structure zone 2 : 510 m3 de panneaux KLH
¨ 1440 m2 de murs
¨ 1910 m2 de planchers
· Total structure collège : 5000 m2 / 740m3
· Total prévisionnel structure école : 1180 m2 / 170 m3

Commentaires

Quatre étages en bois massif contrecollé pour un lycée parisien

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

50 outils pour la conduite de chantier

50 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 03/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur