En direct

Quand Paris enjambe deux fois le faisceau ferroviaire de Saint-Lazare
La passerelle conçue par Marc Mimram (à gauche) et le pont dessiné par les architectes de WilkinsonEyre (à droite) ont été installés simultanément au-dessus des voies ferrées du réseau Saint-Lazare. - © ©Paris Batignolles Am?nagement / digitime

Quand Paris enjambe deux fois le faisceau ferroviaire de Saint-Lazare

Marie-Douce Albert |  le 16/08/2016  |  TransportsArchitectureBâtimentParisOuvrage d'art

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Architecture
Projets
Bâtiment
Paris
Ouvrage d'art
pontsbatignolles
Valider

Entre le 13 et le 14 août, deux ouvrages – un pont et une passerelle – ont été poussés au-dessus des voies ferrées qui longent le nouveau quartier des Batignolles, dans le XVIIe arrondissement de Paris. L’opération qui a nécessité l’arrêt de la circulation des trains pendant 12 heures était soigneusement programmée.

A Paris au mois d’août, la torpeur estivale est toute relative. La capitale est juste ce qu’il faut désertée pour autoriser les grandes manœuvres telle celle qui a été entreprise, entre le 13 et le 14 août, au-dessus du faisceau ferroviaire de Saint-Lazare. Le week-end a été mis à profit pour lancer non pas un, mais deux ouvrages d’art pour permettre d’enjamber les voies et, à terme, de relier le quartier en cours d’aménagement de Clichy-Batignolles au sud du XVIIe arrondissement. A 120 mètres d’écart, un pont routier et une passerelle piétonne ont ainsi été poussés simultanément alors qu’en contrebas, le trafic des trains qui desservent tout l’Ouest francilien a été totalement arrêté pendant douze heures, entre minuit et midi le dimanche 14 août.

« Nous avons mutualisé les deux opérations pour limiter ce temps d’interruption, explique Maxime Halbina, l’ingénieur travaux en charge du double projet de traversées pour la direction de la voirie et des déplacements de la mairie de Paris. Et cette date qui a été déterminée de façon à avoir le moins d’impact possible sur les voyageurs avait été négociée avec la SNCF en… juin 2013. Sachant que si nous ne pouvions pas opérer ce lancement le moment venu, cela nous obligeait à le reporter encore de trois années. »

Pour les équipes de conception des ouvrages - l’agence de l’architecte-ingénieur Marc Mimram pour la passerelle et l’agence d’architecture WilkinsonEyre associée au bureau d’ingénierie Arcadis pour le pont -, la fenêtre de tir était donc restreinte. Les deux structures, dont les éléments avaient été préalablement assemblés, ont été toutes poussées d’un seul tenant et dans les temps. « L’opération était délicate non seulement parce que nous devions nous caler sur ce calendrier précis mais aussi parce que nous intervenions dans un site urbain dense, en partie exploité, en partie en construction, où il fallait éviter les co-activités et gérer les interfaces multiples, remarque Bertand Lê, responsable génie civil et ouvrages d’art chez Arcadis. Ce à quoi s’est ajoutée la complexité même du pont dont la géométrie variable rendait le guidage transversal complexe et le lancement très technique. »

Une fois le pont et la passerelle arrimés à la rive sud des voies ferrées, il reste notamment à les « dévériner », c’est-à-dire à les abaisser pour les déposer sur leurs appuis définitifs. « En tant que tels, les ouvrages seront finis en janvier prochain et il sera alors procédé aux tests de charge », explique Maxime Halbina, à la mairie de Paris. Leur mise en service sera ensuite conditionnée par l’avancée des chantiers de construction environnants. A priori, le pont devrait ouvrir en septembre 2017 tandis que la passerelle pourrait être empruntée à partir de février 2018.

Les deux ouvrages vont permettre de désenclaver le nouveau quartier Clichy-Batignolles vers le sud.
Les deux ouvrages vont permettre de désenclaver le nouveau quartier Clichy-Batignolles vers le sud. - © © Paris Batignolles Aménagement

Le pont :

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Paris, direction de la voirie et des déplacements.

Maîtrise d’œuvre : WilkinsonEyre, architectes ; Arcadis, ingénierie TCE ; Light cibles, concepteur lumière.

Entreprises : NGE CG, Baudin Châteauneuf, GTS.

Longueur : 125 m.

Largeur : 16 m.

Poids charpente métallique du tablier : 1 15O tonnes.

La passerelle :

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Paris, direction de la voirie et des déplacements.

Maîtrise d’œuvre : Marc Mimram, architecture et ingénierie.

Entreprises : GTM TP IDF, SOGEA TPI, Soletanche Bachy, Victor Buyck Steel Construction.

Longueur : 12O m.

Largeur : variable entre 6 et 9 m.

Poids de l’ouvrage : 36O tonnes.

Retrouvez toutes les images du double lancement sur le site dédié de Paris Batignolles Aménagement .

Commentaires

Quand Paris enjambe deux fois le faisceau ferroviaire de Saint-Lazare

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Date de parution : 11/2018

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d’études Structure

AUTODESK REVIT pour les bureaux d’études Structure

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur