En direct

Quand les citoyens financent les projets locaux

EMMANUELLE N'HAUX |  le 24/02/2017  |  Côtes d'ArmorIlle-et-VilaineEtat

Alternative aux banques, Collecticity est une plate-forme de prêts ou de dons qui réunit collectivités et habitants dans la coconstruction de projets.

Le monde du crowdfunding compte un nouveau venu. Opérationnel depuis septembre dernier, Collecticity a pour particularité de s'adresser exclusivement aux collectivités locales. « Leur financement reste très lié aux banques. Or elles sont peu présentes sur les lignes de crédit inférieures à 150 000 euros. Nous avons créé cette offre participative avec l'idée de proposer, notamment aux plus petites collectivités, une solution alternative », souligne Julien Quistrebert, fondateur et président de la start-up. Les collectivités plus importantes peuvent néanmoins se montrer sensibles à la logique d'implication citoyenne.

L'agglomération de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) a été la première à souscrire un emprunt via la plate-forme. Les 8 400 euros récoltés ont permis l'achat de panneaux solaires pour rendre un bâtiment public autonome énergétiquement. « La loi nous autorise à prêter jusqu'à 1 million d'euros, précise Julien Quistrebert. La rémunération pour les prêteurs tourne autour de 2 %. » De son côté, Collecticity se rémunère avec des commissions assises sur les montants alloués. Parallèlement à cette activité, la plate-forme organise la collecte de dons avec contrepartie ou donnant droit à une défiscalisation, par exemple pour la rénovation extérieure d'une église ou encore l'installation d'une aire de jeux.

Faire appel à leurs administrés permet aux collectivités de communiquer avec eux et de les impliquer.

Promouvoir son territoire. En faisant ainsi appel à leurs administrés, les collectivités trouvent un moyen de communiquer avec eux, de les impliquer davantage dans la vie de la cité et de promouvoir les valeurs qu’elles portent. Ce sont les raisons qui ont conduit Daniel Cueff, maire de Langouet, une commune de 600 habitants d’Ille-et-Vilaine, à emprunter 40 000 euros pour boucler le financement d’une étude de faisabilité chiffrée à 135 000 euros. Son objet : examiner la possibilité de faire du village un écoquartier et projeter des réalisations écoresponsables dans une logique de cradle to cradle (« du berceau au berceau »). « Il nous fallait trouver un financement complémentaire aux subventions car les banques étaient frileuses à l’idée de financer de l’immatériel, et nous souhaitions entraîner les citoyens dans la dynamique de notre projet », raconte Daniel Cueff. Bouclé douze jours avant la fin de l’appel à souscription, le prêt a été alimenté aux deux tiers par des habitants de la commune ou de l’intercommunalité. « Une quinzaine de personnes n’ont pas pu souscrire ! », assure l’élu. Rémunéré à 2 %, l’emprunt sera remboursé sur six ans avec un différé d’une année pour la première échéance.

Collecticity devrait se tourner d'ici à la fin de l'année vers le financement participatif en direction des infrastructures de travaux publics. Ces montages, plus complexes, nécessitent de faire venir d'autres partenaires, que Julien Quistrebert s'emploie désormais à dénicher.

PHOTO - 5974_377182_k2_k1_947217.jpg
PHOTO - 5974_377182_k2_k1_947217.jpg - © DAVID ADEMAS / LE MONITEUR

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur