En direct

Quand le pin veut réhabiliter la campagne

MARGOT GUISLAIN |  le 02/05/2014  |  ArchitectureAménagementSaône-et-Loire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Aménagement
Saône-et-Loire
Valider
Chauffailles (Saône-et-Loire) -

Si l’usage du bois rencontre un franc succès en milieu urbain - vu le nombre d’opérations de logements parisiens où il tient la vedette - il n’en est pas forcément de même en milieu rural, où il est tout simplement le matériau ancestral avec lequel sont construits les bâtiments les plus utilitaires, et donc les moins nobles. C’est bien l’inquiétude ressentie au départ par la municipalité de Chauffailles, lorsque Gérald Lafond et Pilar Calderon, architectes associés pour cette opération, ont présenté leur projet de salle polyvalente, qui, non seulement ne conservait que la partie de la ferme qui correspond à l’ancienne grange, mais en plus créait une extension reprenant l’image archétypale des vieux entrepôts agricoles, dont la construction en bois témoignait d’un savoir-faire local. Derrière les façades en pierres de granit rose du bâtiment existant, c’est la vision de la charpente traditionnelle qui a décidé les architectes de poursuivre sur ce thème. L’espace intérieur, qui abrite dorénavant les locaux techniques, la cuisine et le bar, est tapissé de tasseaux horizontaux en pin Douglas posés à claire-voie (au-dessus d’un isolant acoustique), à l’exception des murs en pierres : le dialogue avec le bois est d’ores et déjà établi, et peut donc se poursuivre à l’extérieur.

Patine naturelle pour l’intérieur

De l’intérieur de l’ancienne grange, le bois semble se propager au dehors pour former une excroissance protéiforme, qui accueille la grande salle. Cette extension est enveloppée de planches de pin Douglas posées à clin, une tradition agricole. A l’intérieur, même habillage que l’existant, avec des tasseaux. Si la maîtrise d’ouvrage s’est laissée convaincre du bien-fondé du choix de ce matériau, le compromis s’est conclu sur la fameuse patine naturelle du bois, très prisée en ville, moins à la campagne : le traitement en autoclave permettra de limiter le grisaillement.

PHOTO - 782082.BR.jpg
PHOTO - 782082.BR.jpg - ©
PHOTO - 782125.BR.jpg
PHOTO - 782125.BR.jpg - ©
PHOTO - 782084.BR.jpg
PHOTO - 782084.BR.jpg - ©
PHOTO - 782083.BR.jpg
PHOTO - 782083.BR.jpg - © photos : Pol Viladoms
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Chauffailles. Maîtrise d’œuvre : G. Lafond, architecte. P. Calderon, M. Folch, architectes associés (CFS Arquitectes). BET : ECPI (économiste), Frairot (structure), Thermifluides (fluides), EAI (acoustique), Nord/Sud (OPC). Principales entreprises : Deverchère (gros œuvre), Sanglar-Lespinasse (charpente, couverture, zinguerie), Journay (bardage bois), Laffay (menuiseries bois, parquets). Surface : 904 m 2 Shon. Montant des travaux : 1,616 million d’euros HT.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur